18/04/2011

Prisons belges: plainte à l'ombudsman fédéral

ministre De Clerck, Hans Merissen, pas de réponses, plainte, ombudsman fédéral

MINISTRE DE CLERCK, HANS MEURISSEN: AUCUNE RÉPONSE

Monsieur Guido Schuermans, Ombudsman fédéral 43, Rue du Duc, 1000, Bruxelles

Cher Monsieur Schuermans,

Objet: Arbi Zarmaev, prison de Bruges- Le Ministre de la Justice De Clerck et le Directorat-Général des Institutions Pétnitentiaires ne répondent pas à nos questions- Plainte

Dans le dernier rapport annuel que vous et votre collègue Catherine De Bruecker avez soumis au Président de la Chambre, vous constatez ‘‘que les citoyens cette année-ci pas moins que les années précédentes, se plaignent d’un manque d’informations et de travail communicatif de la part du gouvernement fédéral’’. Et effectivement, nous de notre côté ne pouvons que constater que la situation sur ce point devient de plus en plus grave.

Notre conclusion sur ce sujet est basée sur le fait que nous n’avons reçu aucune réponse de la part du ministre de la Justice De Clerck à nos lettres concernant les pratiques de torture et d’isolement (et l’utilisation de drogues psychiatriques) à l’encontre de Monsieur Arbi Zarmaev.

La famille de Monsieur Armaev a envoyé quatre lettres en recommandée au ministre au cours des derniers 21 mois. A ces lettres-là non plus il n’y eut aucune réponse.

Ma visite en compagnie de la famille de Monsieur Zarmaev au cabinet du ministre (115, Rue Waterloo. Bruxelles) il y a dix jours, n’a également pas eu de résultat.   Le service d’accueil nous fit savoir que les lettres sus-nommées se trouvaient rangées dans 'un petit dossier de renseignements’ au sécrétariat du Directorat-Général des Institutions Péntitentiaires, qui est géré par Monsieur Hans Meurissen.

Après avoir téléphoné aux dits services de Monsieur Meurissen, on nous annonça que nous étions attendus au bureau de ce Monsieur, au 76 Avenue Waterloo, 1000, Bruxelles. Arrivés sur place, la sécrétairesse de Monsieur Meurissen nous fit néanmoins savoir ‘‘qu’il n’était pas possible d’arranger un rendez-vous’’ et qu’on nous priait ‘‘d’envoyer un petit mail ou de téléphoner’’ . Quand nous protestâmes que le service d’accueil du cabinet du ministre De Clerck venait juste de lui téléponer pour prendre un rendez-vous, la dame resta muette. Ensuite nous entamâmes les lettres envoyées en recommandée qui était restées sans réponse, disant que cette expérience-là nous semblait suffisante pour oser conclure qu’une réponse à un petit mail de notre part n’était pas vraiment une chose très vraisemblable à attendre. Ce à quoi la dame répondit par un haussement d’épaules pour nous planter là ensuite. Quand nous eûmes regagné le cabinet du ministre De Clerck, le service d’accueil reprit contact avec le bureau de Monsieur Meurissen. On nous transmit le numéro de téléphone de la sécretaresse de Monsieur Meurissen. Quand nous téléphonâmes ensuite à la dame, elle essaya de s’esquiver. A nos insistances, elle finit par répondre finalement ‘‘qu’on allait voir ce qu’on pouvait faire pour nous’’.

Une chose nous paraît ainsi être prouvée par la présente, et c’est que le manque d’informations et le manque de capacités communicatives de la part du gouvernment et ses services, mènent immanquablement à des situations inadmissibles, ce qui amène les citoyens sans cesse à chercher le recours du Ombudsman qui lui n’arrivera jamais à changer quoi que ce soit à la situation.

Voilà donc la raison pour la plainte que nous vous adressez.

En espérant que vous voudriez bien la prendre au sérieux, nous vous prions d’agréer l’expression de nos sentiments les plus distingués.

Jan Boeykens
Président du Werkgroep Morkhoven
10, Rue Faider,
1060 Bruxelles

Photo: Parlement européen

03/04/2011

Prisons - tortures - Arbi Zarmaev: Lettre ouverte à Ministre De Clerck (2)

Bruxelles, le 1 avril 2011

Ministre de la Justice Stefaan De Clerck, Waterloolaan 115, 1000 Bruxelles

Cher Monsieur De Clerck,

Objet: Arbi Zarmaaev, mes lettres du 26 et 28.3.2011

Comme je vous ai écrit, nous savons que Monsieur Arbi Zarmaev est soumis actuellement dans la prison de Bruges, comme cela était déjà le cas précédemment dans la prison de Hasselt, à un traitement qu’on ne peut autrement qualifier que de torture, par suite de quoi il se trouve dans un tel état alarmant, que sa famille a adressé un appel urgent à notre association pour agir.

Monsieur Zarmaev ne pèse plus que 50 kilos et souffre d’une insufficance rénale et d’autres problèmes graves de santé qui sont la suite d’une longue privation d’eau et de sommeil. Tout cela a été traîté par la direction de la prison de Bruges comme étant 'des simulacres’, tandis que la vérité est, comme je vous avais déjà écrit avant comptant sur le fait que vous m’entendriez, que Monsieur Zarmaev a besoin de soins médicaux urgents.

La famille de Monsieur Zarmaev ignore si actuellement il y a un médecin qui est chargé de le soigner. La famille a sollicité l’intervention d’un médecin indépendant de la prison, mais elle a l’impression que la direction vise à refuser l’accès à la prison de ce medecin, sous prétexte que Monsieur Zarmaev «est fou à lier et qu’il refuse tout contact avec le monde hors de la prison».

Le docteur Proot, médecin-chef de la prison de Bruges, ne semble pas prendre la situation bien au sérieux. On peut même se demander s’il existe un dossier médical sur Monsieur Zarmaev et, au cas où ce dossier existe réellement, si l’information qu’il contient est bien correct. En effet, nous-mêmes avons pu constater dans le passé que l’on traffiquait le dossier médical d’un détenu gravement malade, et qu’on avait même supprimé des pièces de son dossier. Nous vous enverrons une copie en attaché à cette lettre de la lettre que nous vous avions adressée sur ce sujet et dont vous n’aviez apparemment pas cru prendre notion.

Actuellement sa famille est sans nouvelles de Monsieur Zarmaev. On refuse tout contact entre Monsieur Zarmaev et sa famille en faisant savoir que Monsieur Zarmaev est 'completement fou’ et 'ne sait plus ce qu’il dit’. La famille a aussi été renseignée du fait qu’Arbi 'refuse tout contact avec le monde hors de la prison’, tandis que sa soeur et son frère lui ont rendu visite il y a à peine deux jours, pendant laquelle visite ils lui ont parlé et constaté que, malgré ses problèmes de santé très graves suite à la longue période qu’on l’a privé d’eau et de sommeil, son état mental était parfaitement sain.

Il est clair que l’on a donc suspendu le droit que Monsieur Zarmaev a de recevoir des visites, bien que dans son rapport, dressé et signé par lui le 19.03.2011, le directeur-attaché de la prison de Bruges, Monsieur L. Decaesstecker, note de manière absolument sans équivoque, que Monsieur Zarmaev, après son enfermement dans la cellule d'isolement, garde le droit de participer aux activités offertes par la prison dans le domaine du culte religieux, de l'éducation et des loisirs, ainsi que dans celui du travail, et qu'il garde le droit d'avoir des contact avec le monde extérieur par lettre, visites et téléphone (y compris avec les autorités diplomatiques ou consulaires).

Vous me permettrez, j'espère, de refaire de nouveau un appel à vous pourque vous voudriez intervenir dans cette affaire.

En attendant votre réponse, je vous prie d'agréer l'expression de mes sentiments distingués.

Jan Boeykens 10 Rue Faider, 1060 Bruxelles

 

PS. Un copie de cette lettre vous sera également envoyée en recommandée, vu que vous êtes personellement impliqué dans cette affaire (étant donné que vous avez accordé l’extradition de Monsieur Zarmaev à la Russie et aux autorités tchetchènes) et que nous souhaitons empêcher que vous puissiez vous en tirer par une excuse au cas où Monsieur Zarmaev viendrait à décéder."

Prisons - tortures - Arbi Zarmaev: Lettre ouverte à Ministre De Clerck

TORTURES DANS LES PRISONS BELGES - ARBI ZAMAEV: LETTRE OUVERTE AU MINISTRE DE CLERCK (CD&V, Parti des Démocrates-Chrétiens)  - Traduction française

Bruxelles, 26.3.2011

Cher Monsieur De Clerck,

Objet: Arbi Zarmaev, prison de Bruges, nécessité urgente d’examiner son cas et d’intervenir

On m’a appris la nouvelle que le rufugé politique Tchetchène Arbi Zarmaev, dont vous prévoyez l’extradition sur demande de la Fédération Russe, est actuellement enfermé sous les condittions les plus inhumaines dans une cellule d’isolement à la prison de Bruges.

Avant son transfert vers la prison de Bruges, Monsieur Zarmaev était détenu dans la prison de Hasselt.

Là, cet homme, qui se trouve dans un état physique lamentable (il ne pèse plus que 50 kilos) a passé quatre jour dans la cellule d’isolement de la section haute surveillance de la prison.
Cela c’était produit après qu’on l’eût faussement accusé d’avoir ’délibéramment provoqué’ une bagarre entre détenus, ce pourquoi il a été puni de la sorte sans avoir été donné la possibilité de se défendre contre cette accusation.

Pendant ce séjour en cellule d’isolement ses mains ont été liées par une chaîne en fer sur le dos, de sorte qu’il lui était impossible de bouger, ce qui lui a provoqué des blessures profondes au niveau des poignets.

Il aurait été forcé à rester quasiment nu dans sa cellule et on lui aurait jeté son pain comme on ferait avec un chien, sans lui quitter les chaînes qui retenaient ses bras et ses mains.

Le frère de Monsieur Zarmaev constata lors de sa visite que son frère était déshydraté et qu’il avait des hématomes partout sur son corps et qu’il grièvement blessé à la hauteur du nez. 

On refusait de lui apporter suffisament d’eau potable, ce qui l’amenait à essayer de boire l’eau du réservoir au dessus de toilet. 

Il a interpellé le directeur de la prison de Hasselt à ce sujet, mais ce monsieur semblait trouver les faits qui lui étaient rapportés tout à fait normaux. de sorte à ce qu’il ne se sentait pas sollicité à intervenir de quelque faćon que ce soit.

Et aujourd’hui donc, Monsieur Zarmaev se trouve être enfermé dans la cellule d’isolement de la prison de Bruges, où on lui réserve le même traitement qu’il a connu avant, tandis qu’en réalité il a besoin de soins médicaux urgents. Il craint qu’on veut le détruire psychiquement en essayant de le rendre fou et qu’on finira par le tuer.

Vue que nous sommes au courant des pratiquent qu’on employe parfois dans les prisons de Hasselt et Bruges, et qu’il n’y a aucun contrôle sur les prisons dans ce pays (la loi sur les prisons de 1994 qui était censée protéger les droits des détenus, n’est toujours pas appliquée, malgré les nombreuses condamnations par l’Union Européenne sur ce point à l’encontre de l’état belge), je vous prie donc de vouloir en tant que ministre de la Justice, donner l’ordre d’examiner ce cas et de prendre les mesures urgentes concordantes.

On administre à ce moment un sérum à Monsieur Zarmaev, mais sa famille craint pour sa vie parce que son état continue de détoriérer.

Espérant une prompte réponse de votre part, je vous prie d’agréer l’expression de mes sentiments distingués.


Jan Boeykens, Rue Faider 10, 1060 Saint-Gilles (Bruxelles)


UPDATE: Mr Arbi Zarmaev est maintenant enfermé dans la cellule d’isolement de la prison de Bruges, après avoir passé quatrre jours sous des criconstances inhumaines dans la cellule d’isolement de la prison de Hasselt. Il a été privé d’eau pendant 4 jours.

En ce moment on utilise des techniques de torture contrre lui à fin de le briser psychiquement. Ainsi on a adopté l’habitude d’aller frapper continuellement pendant la nuit sur la porte de sa cellule. A part cela, on entre chaque quart d’heure dans sa cellule pour le réveiller en l’eblouissant avec une torche électrique.

Le directeur de la prison aurait entre-temps rédigé un rapport pour se protéger contre les suites éventuelles d’une examination du cas de Mr Zamaev. Dans ce rapport il mentionnerait l’ordre qu’il aurait donné de «laisser Mr Zamaev autant que possible en paix vu le mauvais état de sa santé».

Ministre De Clerck, qui à signé il y a quelque jours un document préparant l’extradition de Mr Zamaev vers la Fédération Russe, a déclaré après un entretien avec l’ambassade Russe, «qu’il n’y avait aucun risque de ce que Mr Zamaev soit torturé dans une prison Russe ou Tchetchène»

Actuellement l’affaire est examinée par Le Conseil d’Etat qui a entre autre la tâche de se prononcer sur les chances qu’il y a que le procès contre Mr Zamaev se déroulera d’une manière equitable et objective et sur les éventuelles risques qu'il y que les droits fondamentaux de Mr Zamaev seront violés au cas d’un extradition vers la Fédération Russe.

En Tchetchénie, les droits de l’homme ne sont pas du tout respectés. Les derniers opposants qui restent au régime actuel, sont en train d’être tout simplement liquidés. C’est ce qui explique pourquoi il y a tant de réfugiés politiques tchetchènes.

Dans le cas où on décidera d’extradier Mr Zamaev, il est presque sûr qu’il sera assassiné. Dans ce sens, ministre De Clerck, sur qui on exerce apparemment une forte pression politique, a signé une sorte de condamnation à mort à ĺ’encontre de Mr Zamaev dont la légalité est fort douteuse, vue qu’il s’agit d’une décision politique personelle et qu’on ne respecte pas les procédures réglementaires pourvues par la loi.

En outre, le fait d’approuver la décision prise par De Clerck entrainera la conséquence que d’autres réfugés politiques risquent d’être renvoyés de la même facon vers leur état d’origine où les attend la menace d’être torturés ou assassinés. Cela porterait une grave atteinte au statut légal des réfugiés politiques dans notre pays.

27/02/2010

Tortures en prison de Hasselt: Lettre au ministre de la justice

DeClerck1

Bruxelles, le 25 février 2010
 
Ministre de la Justice Stefaan de Clerck
Waterloolaan 115
1000 Bruxelles
 
Cher Monsieur le Ministre,

Sujet: La prison de Hasselt - Marcel Vervloesem - privé de soins médicaux - refus de le transférer
 
Par la présente je vous envoye encore une fois un compte-rendu de la situation dans la quelle M. Marcel Vervloesem se trouve. Comme vous le savez, M. Vervloesem est incar-
céré déjà depuis trois semaines à la prison de Hasselt vers laquelle il a été transféré, bien que sa comparution devant la cour pour l'exécution des peines pénales d'Anvers, qui avait été le motif affiché pour ce transfert, ne durait pas plus d'une heure.
 
Comme vous le savez, ayant été amplement renseigné sur ce sujet, Marcel Vervloesem est gravement malade. Il est cardiaque, diabétique grave, il a des problèmes de reins, et il souffre d'un cancer sommeillant. Ces problèmes de santé dont il souffre ont déjà nécesité 20 hospitalisations d'urgence pour qu'il soit opéré (cinq de ces hospitalisation ont eu lieu pendant son enfermement en prison.)
Malgré cette situation, Marcel n'a plus vu de médécin depuis déjà trois semaines maintenant, bien qu'il souffre de nouveaux de troubles cardiaques et qu'il a dû subir une lourde opération au coeur il y a tout juste quelque mois. En ce moment sa pression sanguine n'est toujours pas contrôlée.
Depuis quelque semaines il ne peut plus faire les exercices physiques que le médecin de la prison de Turnhout lui avait pourtant prescrits à cause de sa maladie de coeur et de son diabète.
Il ne peut plus recevoir de lettres. Il ne peut ni écrire de lettres non plus, du fait que la cantine spéciale de la prison avait 'oublié' de lui fournir des timbres. Tout comme avant déjà, la prison de Turnhout avait 'oublié' de remettre son dossier médical au personel qui effectuait le transfert de Marcel, de sorte que maintenant il n'y a plus aucun suivi médical de ses maladies. De même, la prison de Turnhout avait 'oublié' de verser de l'argent sur compte à la prison de Hasselt, de sorte que Marcel a été incapable de s'acheter quoi que ce soit. De la même façon on a 'oublié'' à Hasselt pas moins de six fois de suite de remplir les formulaires que requiert la procedure adiministrative pourque son transfert puisse être effectué. Par conséquent, Marcel n'a toujours pas été ramené à la prison de Turnhout. Pareillement, on avait 'oublié' à Hasselt qu'on n'avait pas la voiture réglementaire pour ce genre de transfert, etc.
M. Vervloesem n'a plus reçu de nouvelles à propos de son transfert vers la prison de Turnhout, depuis que ce transfert avaient été reporté pour la sixième fois ce 22 février 2010. Maintenant on lui promet qu'on va le transférer le premier jour de mars prochain.
En outre, M. Vervloesem n'arrive plus à contacter son avocat en ce moment.
La cour d'exécution des peines pénales avait donné deux mois à Marcel pour préparer toutes ses requêtes etc., mais ce dossier est maintenant complètement bloqué. A force de reporter le transfer de Marcel, on essaye apparemment de l'empêcher de s'occuper de ses affaires.
 
La seule chose qu'on a fait est appliquer un collant sur la porte de sa cellule, qui dit 'surveillance spéciale', parce que Marcel commence à devenir désespéré, suite à son long isolement et à l'absence totale de soins médicaux et à cause de la détérioration de son état de santé qui s'en est suivie. Tout cela fait qu' il commence à avoir des idées suicidaires.
 
Apparemment, vos services judiciaires éprouvent un plaisir exquis à martyriser à mort et à pousser au suicide des prisonniers mortellement malades, que vous avez voulu emprisonner jusqu'à la fin de leurs jours afin de pouvoir étouffer certaines affaires. Après avoir réalisé ses sinistres intentions, on pourra toujours prétendre que 'le détenu avait voulu lui-même mettre fin à ses jours'.
 
Je juge ces pratiques de torture que vous faites appliquer par vos services, totalement inadmissibles et par conséquent je vous demande une fois de plus et pour la tantième fois d'immédiatement mettre fin à ces pratiques, avant que M. Vervloesem ne succombe à une attaque cardiaque où par suite de quelque acte désespéré.
 
J'insiste aussi pourque vous régliez enfin le transfert de M. Vervloesem vers Turnhout.
 
Si vous ne pouvez pas disposer pas d'un véhicule pour ce transfert, nous sommes toujours prêts à en louer un pour vous, vu que cela ne nous coutera pas les 9.000.000 d'euros que vous dépensez pour la location de votre prison à Tilburg.
 
Je vous fais parvenir encore une fois la copie de la liste des plus de 20 hospitalisations et opérations d'urgence de M.Vervloesem, dans l'espoir que vous voudriez enfin en tenir compte 
 
Comptant sur le fait que vous voudrez respecter vos propres paroles regardant une 'Justice humaine', et en attendant votre reponse, je signe,
 
Respectueusement vôtre,
 
Jan Boeykens
Président de l'ASBL Werkgroep Morkhoven
 

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl Faiderstraat 10
1060 Sint-Gillis
nr. 443.439.55
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu

http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/
http://www.droitfondamental.eu/

 


 

prev13Voici une liste avec plus de 20 hospitalisations d’urgence et d’opération subit par Marcel Vervloesem et qui ont été envoyés plus de 40 fois au Ministre De Clerk et ses collaborateurs de cabinet.

Le Ministre qui prône une justice « humaine et équitable » estime qu’un prisonnier ne peut être sorti de prison que 3 jours avant sa mort supposée…

1) Cancer malin – Hopital St H. Hart à Lier – 2 fois
2) Reins – 5 fois – Hôpital St Elisabeth à Herentals
3) Pancréas – 2 fois – 1X Hopital St H. Hart à Lier, 1X UIA d’Anvers
4) Urgence en soins intensifs pancréatite 2 –
5) Urgence en soins intensifs pancréatite 1 – UIA d’Anvers
6) Soins intensifs – Hôpital Fabiola à Sambreville/Hôpital St Elisabeth à Herentals 11X
7) Reins – Gasthuisberg à Louvain – 2 X
8. Disfonctionnement cardiaque opération à l’AZ Imelda Bonheiden – 3X
9) Soins intensifs diabétiques – Hopital St H. Hart à Lier 4X
10) Reins – Hopital St H. Hart à Lier – 1X
11) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges – 1X
12) Dialyse rénale – Hopital St H. Hart à Lier- 1X
13) Hémorragie interne – AZ St Jan Bruges – 1X
14) Opération – AZ St Jan Bruges – 1X
15) Placement chirugical de tuyaux de dialyse – AZ St Jan Bruges – 1X
16) Soins intensifs cardio – St Elisabeth Turnhout – 1X
17) Urgence soins intensifs anémie (leucémie) – St Elisabeth Turnhout – 1X
18) Urgence soins intensifs – St Elisabeth à Herentals – 1X
19) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges
20) En date du 14 mai 2009 il devait du à des problèmes cardiaque consécutif entre autre au manque de médication et un traitement insuffisant être admit en urgence à l’hôpital AZ Sint Jan Bruges mais la direction de la prison avec son avis négatif a réussi 1 jour avant l’admission sur base du rapport du PSD éviter cette admission.


kaartvzw Werkgroep Morkhoven – le réseau pédocriminel de Zandvoort:

http://tevirepedo.droitfondamental.eu/
Morkhoven Skynet
Droit Fondamental – (French, English, Italian)
Zandvoort case
Website – http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
Réseau Zandvoort
Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz
Médecine – Droit Fondamental
Patrice Verdi
Verdwijningen – Disparitions – Missing children

Gevangenis Turnhout
Marcel Vervloesem
Afdeling 4 – Cel: 86
Wezenstraat, 1
2300 Turnhout
Belgique

Signez la pétition ‘Free Marcel Vervloesem!’

Tortures, Belgique, prisons, prison de Hasselt, lettre ouverte, ministre de la justice

Tortures en prison de Hasselt: Lettre au ministre de la justice

 

01/01/2010

Marcel Vervloesem: Lettre au Président du Werkgroep Morkhoven


prisoner

 

Paris, 1 janvier 2010

A Monsieur Jan Boeykens, Président du Werkgroep Morkhoven

 

Effectivement Jan, cela n'est pas possible que Marcel continue à souffrir comme ça. Nous sommes toujours contraints de publier des articles car le fait d'écrire secrètement à tous les interlocuteurs responsables ne change rien et ne suffit pas à être entendus pour soigner Marcel durablement...

J'ai remarqué que les décisions qui sont prises ne le sont qu'après que nous ayons publié des nouvelles sur les souffrances de marcel mais sitôt qu'il est fait un pas en avant cela recommence alors ?

Comment obtenir une hospitalisation de Marcel assez longue pour rééquilibrer à nouveau le diabète qui a été déséquilibré par la détention en isolement et le stress qu'on lui impose? Pour soigner ses reins et son cœur, pour le soulager et traiter son cancer métastasé ?

Nous sommes condamnés à continuer à publier alors qu'il suffirait qu'ils prennent en compte les demandes officielles de son avocat et que cessent les retards dans la transmission de ses rapports et nos demandes pour que nous cessions.

Nos demandes sont légitimes car Marcel est vraiment malade gravement et à chaque fois sa santé se détériore un peu plus. Sa survie n'est pas gagnée et elle ne pourra l'être que si une hospitalisation est décidée très vite pour lui.

Le fait que l'administration dise maintenant que la démocratie impose qu'il ne soit pas menotté davantage que ce qu'il l'a déjà été en allant à l'hôpital est une façon de nous faire porter la responsabilité de la non hospitalisation de Marcel à cause du fait que nous avons déjà dénoncé ce menottage.

Mais la démocratie c'est appliquer à un détenu malade les mêmes droits qu'un individu libre à être soigné totalement jusqu'à complète guérison ou si cela n'est pas possible jusqu'à constante amélioration pendant un temps assez long pour que les médecins puissent faire convenablement leur travail et que sa vie ne soit plus sans cesse en danger.

Cela, toutes les conventions (belges et internationales) le disent et il faut juste les appliquer.

Nous allons continuer sans relâche à demander l'hospitalisation de Marcel et sa libération pour raison de santé au Ministre de la Justice qui peut seul en décider.

Amicalement

Martine


Martine Mangione

http://tevirepedo.droitfondamental.eu/


La situation de Marcel Vervloesem depuis son transfert de la prison de Brugge vers la prison de Turnhout (30 juin 2009 au  24 novembre 2009)

Situation médicale:

21 visites chez le médecin:
1 juillet 2009 - 10  juillet  2009 - 24  juillet  2009 - 30  juillet  2009 - 8  juillet 2009 - 18  juillet  2009 - 27  juillet  2009 - 11 août 2009 - 15 août 2009 - 17 août 2009 - 21 août 2009 - 21 août 2009 - 1 septembre 2009 - 5 septembre  2009 - 11 septembre 2009 - 4 octobre 2009 - 6 octobre 2009 - 8 octobre 2009 - 24 octobre 2009 - 11 novembre 2009 - 18 novembre 2009

6 examens médicaux:
13 août 2009: Analyses sanguines
13 août 2009: Analyses urinaires
20 août 2009: Consultation oculaire par le Dr.Van O. de Turnhout
26 août 2009: Examen diabétique par le spécialistz Dr. A AZ Sint-Jozef, Turnhout
31 août 2009: Analyses urinaires 
24 octobre 2009: Analyses urinaires 

2 injections(vaccins):
6 octobre 2009: grippe
11 novembre 2009: grippe Mexicaine

Soins des pieds du au diabète:
19 août 2009

Soins a cause diabète et controle cardiaque:
615 visites

2 requête de Brugge pour la restitution des résultats d'examens (cardiaques + ...):
11 septembeer 2009
8 octobre 2009

3 demandes d'obtention des dossiers médicaux de Marcel par son avocat:
3 septembre 2009 - L'hôpital  AZ Sint-Jan de Brugge a fait parvenir le dossier 
9 september 2009 - L'hôpital  Sint-Elisabeth a fait parvenir le dossier 
14 octobre 2009 - Dr. F. Van Mol, directeur-general du Service de Santé pénitentiaire du Ministère de la Justice à envoyé le dossier chirurgical de Marcel à son avocat.

kaartvzw Werkgroep Morkhoven - le réseau pédocriminel de Zandvoort:

Werkgroep Morkhoven - Wordpress
vidéos: le réseau pédocriminel de Zandvoort
vidéos: Zandvoort etc. (1)
vidéos: Zandvoort etc. (2)
Werkgroep Morkhoven - Skynet
http://droitfondamental.eu/


18/11/2009

Dr. Giorgio Gagliardi: Lettre à Ministre De Clerck

tralies.verdi

 

Dr. Giorgio Gagliardi
Medico Psicoterapeuta
Docente di Psicoterapia Ipnotica AMISI-Milano
Consulente di diverse Associazioni Pro-Vittime
Tel. +39 347 4712328 - +39 0321 658762
Italie

Concerne : Marcel Vervloesem

Monsieur le Ministre,

C'est une véritable honte d'assister à la démolition programmée de l'homme qui a mis au jour les tristes plaies de la société, tels que les réseaux de production de pédopornographie, et qui pour récompense, a été incarcéré trois fois, dans le cadre de procédure manifestement manipulées de tribunaux, les journaux où autre presse, le poussant l'auto destructions, comme la grève de la faim et de la soif et maintenant, au suicide. Marcel même a été persuadé par autrui, de subir une euthanasie, d'abord par les traitements infligés en prisons, et maintenant, se rajoutent les menaces de cachot à cause des diverses publications par son association. Marcel n'est certes pas comparable à un prisonnier ordinaire, mais à un prisonnier qui semble devoir être détruit par tous les moyens.

Aucune des autorités que nous avons contactées et que nous contactons encore, n'ont répondu, sauf pour préciser la bureaucratie nécessaire à lui rendre visite en prison. Aucune des organisations religieuses ou internationales n'ont répondu à nos appels, sauf une fois, pour nous déférer à une organisation subsidiée par l'état belge qui n'a pas daigné répondre.
Le cas alarmant de Marcel n'a même pas été présenté à l'Observateur du Conseil de l'Europe, qui est venu en Belgique pour constater de la situation dans les prisons. Les sources belges font état du nombre alarmant de suicides, et qui croît à la prison de Bruges, comme s'il ne s'agissait pas d'un symptôme indicateur, déjà dénoncé les observateurs de l'ONU ?

J'ai suivi les vicissitudes médicales de Marcel et j'ai remarqué que certaines interventions et conséquences, comme la gangrène survenue à l'endroit où a été inséré le cathéter pour la coronarographie, étaient prévisibles, et qu'elles auraient pu être prévenues par un traitement correct.

Les services de la défense des victimes attachés à ces affaires doivent intervenir car la situation est anomale : les changements de cellule, les ambulances qui ne l'amènent pas dans un hôpital, mais dans autre prison, avec une centre médical ! Ensuite les médicaments essentiels qui ne sont pas toujours fournis.

C'est vraiment déplorable et je ne comprends pas comment aucune enquête n'a encore été ouverte sur ces modalités d'assistance aux prisonniers aussi malades que Marcel, qui sont menottés même sur un brancard ou attaché à divers opérateurs médicaux. Puis cela continues avec un changement de cellule, pour le mettre dans une cellule avec des excréments humains. Et si un prisonnier pourrait fuir malgré son état, pourquoi ne pas lui attribuer un bracelet électronique, plus sûr et moins douloureux que les menottes ?

Les documents disparus de son dossier et les vérités cachées par l'ex ministre de justice lors d'une récente interpellation parlementaire me reviennent toujours à la mémoire. Certes, on rajoute aux traitements imposés à Marcel, celui des enfants du réseau de Zandvoort qui demandent justice, que personnes n'écoute, qui n'ont plus voix et capitulent, pendant que par contre, il n'y a d'intérêt que pour décider Marcel à capituler, de manière à enlever une épine dans le flanc de quelques autorités et amis de l'hôpital d'Anvers, où le réseau Zandvoort est apparu la première foi. La loi, que même le prêtre de la prison de Bruges a demandé pour Marcel par humanité pour des questions majeurs et un directeur qui aurait répondu en haussant les épaules !

Un beau coup d'éponge et ensuite, le silence et la poussière du temps, qui cependant ne couvriront jamais bien, ni Marcel, ni les enfants victimes des réseaux pédocriminels mis en lumière et dénoncés par Marcel.

Le tribunal de Strasbourg peut toujours exposer la honte sur les accusations retenues contre Marcel, mais rien ne parviendra à résoudre, comme ce directeur en haussant les épaules, le fait que maintenant, tous voyagent sur Internet : les gens modestes ne sont plus illettrés, ni stupides, ni déficients, et peuvent sur Internet, lire les lignes et tirer leurs conclusions.

Distinctement

Giorgio Gagliardi
1612009
22033 Asso (Italie)

 


Voici une liste avec plus de 20 hospitalisations d’urgence et d’opération subit par Marcel Vervloesem et qui ont été envoyés plus de 40 fois au Ministre De Clerk et ses collaborateurs de cabinet.

Le Ministre qui prône une justice « humaine et équitable » estime qu’un prisonnier ne peut être sorti de prison que 3 jours avant sa mort supposée...

1) Cancer malin – Hopital St H. Hart à Lier – 2 fois
2) Reins – 5 fois – Hôpital St Elisabeth à Herentals
3) Pancréas – 2 fois – 1X Hopital St H. Hart à Lier, 1X UIA d’Anvers
4) Urgence en soins intensifs pancréatite 2 –
5) Urgence en soins intensifs pancréatite 1 – UIA d’Anvers
6) Soins intensifs – Hôpital Fabiola à Sambreville/Hôpital St Elisabeth à Herentals 11X
7) Reins – Gasthuisberg à Louvain – 2 X
8. Disfonctionnement cardiaque opération à l’AZ Imelda Bonheiden – 3X
9) Soins intensifs diabétiques – Hopital St H. Hart à Lier 4X
10) Reins – Hopital St H. Hart à Lier – 1X
11) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges – 1X
12) Dialyse rénale – Hopital St H. Hart à Lier- 1X
13) Hémorragie interne – AZ St Jan Bruges – 1X
14) Opération – AZ St Jan Bruges – 1X
15) Placement chirugical de tuyaux de dialyse – AZ St Jan Bruges – 1X
16) Soins intensifs cardio – St Elisabeth Turnhout – 1X
17) Urgence soins intensifs anémie (leucémie) – St Elisabeth Turnhout – 1X
18) Urgence soins intensifs – St Elisabeth à Herentals – 1X
19) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges
20) En date du 14 mai 2009 il devait du à des problèmes cardiaque consécutif entre autre au manque de médication et un traitement insuffisant être admit en urgence à l’hôpital AZ Sint Jan Bruges mais la direction de la prison avec son avis négatif a réussi 1 jour avant l’admission sur base du rapport du PSD éviter cette admission.
Les hospitalisations d’urgence à Bruges et Turnhout ont eu lieu pendant l’année d’emprisonnement de Marcel Vervloesem à la prison de Turnhout et la prison de Bruges.

 


http://tevirepedo.droitfondamental.eu/
Morkhoven Skynet
Droit Fondamental - (French, English, Italian)
Zandvoort case
Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
Réseau Zandvoort
Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz
Médecine - Droit Fondamental
Patrice Verdi