18/05/2012

Marcel Vervloesem a été libéré après 5 mois de détention !

Marcel_nieuwsblad_001.jpg

Bruxelles, 18 mai 2012


Cher(e)s ami(e)s,

Sujet: Marcel est tout à fait libre

Mercredi, le 16 mai 2012, après 5 mois de la détention 'préventive', Marcel a été libéré et il a pû retourner enfin chez lui. On l'a ramené à la maison avec une petite camionette.

Comme d'habitude, la nouvelle était aussi diffusée par l'agence de presse Belga (de l'Etat belge) et elle a été copiée par les journaux, sans le moindre commentaire sous le titre 'Marcel Vervloesem en liberté conditionelle'. Mais ces conditions sont les mêmes conditions qu'il avait avant, avec une seule différence: la police de Turnhout doit contrôler qu'il n'a pas de contact avec notre association, ni avec l'acteur flamand Jo Reymen, ni avec la Fondation des pricesses de Croÿ et Lancelotti, ce qui est complètement ridicule.  
Marcel a aussi l'interdiction d'avoir des contacts avec des associations qui luttent contre l'abus d'enfants.

La décision de libérer Marcel venait après la réunion du tribunal de Turnhout où l'avocat de Marcel a plaidé pendant une demi-heure et où Marcel, pour la première fois depuis son arrestation, a pû parler lui-même.

Les juges prétendaient qu'ils ne savaient rien de l'arrêt de la cour pour l'Application des Peines d'Anvers, en février déjà, déclarant Marcel innocent sur base des résultats de l'enquête judiciaire.

La Ministre de la Justice belge, Anne-Marie Turtelboom (Open VLD, les libéraux flamands) a été pendant 5 mois au courant du dossier de Marcel et de tout ce qui s'est passé dans la prison de Turnhout où il y a tellement de prisonniers (210 au lieu des 120 pour lesquels elle est équipée), qu'une partie des détenus est obligée de dormir sur des matelas à même le sol.
Son ministère n'a répondu qu'une seule fois à nos lettres. C'était après notre plainte concernant le vol de nos brochures et de notre matériel devant le ministère de la Justice à Bruxelles, où se situe son bureau.

Turtelboom ne réagit pas à notre plainte que les lettres de Marcel (même celles de sa fille et de sa petite-fille)  étaient retenues pendant plusieurs  mois  tandis que cela était en violation de la loi et des droits des prisonniersEt comme nous le savons, le ministre et ses services permettaient même que Marcel fût enfermé avec un malade mental dans la même cellule pendant une semaine, ce qui a été la  raison du fait que Marcel a eu des infections et des problèmes cardiaques pour lesquels il a dû partir au service des urgences de l'hôpital St. Elizabeth à Turnhout. Là, pendant 5 jours, Marcel a été enchaîné à son lit d'hôpital. 
Cela prouve encore une fois que Turtelboom voit les gens qui sont enfermés sans la moindre raison justificative en détention préventive comme des criminels.

Et puis il y a eu toute l'histoire au sujet du rapport psychiatrique de V., l'homme qui accusait Marcel, et que les juges de la Chambre du Conseil (chambre correctionelle) de Turnhout ont utilisé comme un prétexte pour garder Marcel pendant 5 mois en prison. Ces juges sont les mêmes qui ont poursuivi Marcel pendant 11 ans dans l'affaire de Zandvoort.  
Le but de ce rapport était aussi de donner à V. le statut de 'victime crédible' et de pouvoir accuser Marcel de nouveau. Le ministre Turtelboom était informée sans cesse pendant des mois dans cette affaire, mais elle ne répondait jamais.

Le ministre a nommé le procureur Jan Poels comme son chef de  cabinet...

Il y a quelques mois,  notre association a envoyé des documents importants de l'affaire Zandvoort à Turtelboom. Le contenu de ces documents était directement lié aux abus et viols des enfants dans les crèches d'Amsterdam.Mais Turtelboom ne répondait pas à la demande de notre association d'envoyer ces informations à son collègue hollandais.

Il y a quelques jours, je me suis plaint auprès du parquet fédéral à Bruxelles au sujet des nombreuses irrégularités dans la poursuite pénale de Marcel à Turnhout.
Le procureur fédéral a répondu d'abord avec la brève déclaration 'qu'il n'y avait aucune indication que l'émail était vraiment envoyé par moi''.
Puis j'ai envoyé au parquet fédéral de plus amples renseignements au sujet de la falsification du rapport psychiatrique dans lequel V. était dépeint comme un «bon garçon» tandis que le psychologue savait que V. a un casier judiciaire au tribunal de la Jeunesse de Turnhout.
Le procureur fédéral me répondit alors que ma lettre avait été transmise au procureur d'Anvers où je pouvais transférer toutes mes informations dans cette affaire.

MERCI À VOUS TOUS POUR VOTRE SOUTIEN !

Jan Boeykens, président de l'association Werkgroep Morkhoven

-----

PS. Vous pouvez publier ma lettre.
Traduction: Eheu

19/04/2012

Le Vif/L'Express attaque le Werkgroep Morkhoven...

médias.cachent.jpgDate: Thu, 19 Apr 2012 15:11:54 
Subject: Le Vif/L
'Express attaque le Werkgroep Morkhoven


Cher(s) ami(e)s,

 
Merci-bien pour votre information.
 
Il y a quelques jours nous avons réagi à un article néerlandophone paru dans un journal du même groupe de presse auquel le Vif appartient et où on attaquait le député Louis Laurent pour le fait d'avoir dit qu'un 'certain activiste l'avait informé que le Premier et le Roi étaient des pédophiles' (ce que je trouvais un peu bizarre).
 
Le journalist disait que Laurent n'avait aucune preuve sur ce qu'il disait et que Le Premier et le Roi 'avaient niés' sa déclaration.
 
Ce qui rendait le petit article très intéressant était le fait que le journaliste disait que Laurent se trouvait sur la liste du Parti politique de l'avocat Modrikamen, l'homme qui défendait une grande partie des victimes de l'escroquerie dans l'affaire Fortis à cause de laquelle le gouvernement Leterme a démissioné.
 
L'affaire Fortis est très actuelle en Hollande parce que l'ex-ministre des Finances hollandais, Wouter Bos, était impliqué dans cette affaire.  Il y a aussi une commission parlementaire belge et des néerlandaise autour cette affaire.
 
J'ai écrit (dans des publications et dans des mail) que l'article référait probablement au Werkgroep Morkhoven, mais j'ajoutais qu'aucune personne du Werkgroep Morkhoven avait contacté Louis Laurent.
 
Nous avons aussi publié différents articles autour de la sale affaire de Fortis ( après des contacts entre le gouvernement belge et le gouvernement hollandais, Fortis a été partiellement vendue au groupe financier Paribas qui a fait en 2011 un profit de 6 miljard d'euro).
 
Nous avons dit dans un de nos articles que certains membres de la direction de Fortis avaient été mentionés à plusieurs reprises dans des affaires de pédophilie.
 
C'est pour cette raison (notre information autour l'escroquerie de Fortis, notre remarque autour la pédophilie,) que le Vif doit avoir été commandé d'écrire cet article dans lequel on réfère maintenant publiquement au 'pédophile Marcel Vervloesem d'Anvers' comme ayant été la source de Louis Laurent.
 
J'ai l'impression que l'article est une sorte de provocation. Le Parti libéral flamand (Open VLD) du ministre Turtelboom et de Guy Verhofstadt et le Mouvement Réformateur (MR) de Louis Michel et ses amis, ne sont pas contents avec nos publications autour de l'enfermement de Marcel et de la politique désastreuse de l'Open VLD sur le plan de la Justice et des prisons.
 
 
Après l'article dans Le Vif/L'Express, les chefs des groupes politiques ont appelé à l'établissement d'un 'cordon sanitaire' autour de Laurent Louis.  Jean-Denis Lejeune qui a porté plainte contre Laurent Louis, sera troisième sur la liste CDH de la Chambre dans l'arrondissement de Liège'...

-------------------
 
Le Vif/L'Express
 
Titre du groupe Roularta, Le Vif/L’Express est le premier hebdomadaire d’information en Belgique francophone, avec 469.000 lecteurs. Son ambition est celle d’un magazine complet, traitant toutes les facettes de l’actualité belge et internationale.
Le Vif/L’Express est le pendant francophone de Knack. Lancé en 1983, Le Vif est édité, depuis plus de 20 ans, en collaboration avec le groupe français L’Express. Cette collaboration rédactionnelle concerne, notamment, les articles traitant de l'actualité non belge (et particulièrement l'actualité française).
Le Vif/L’Express réalise la même pénétration que Knack en Flandre : une diffusion payante de 81.008 exemplaires et 472.000 lecteurs CIM1 (Chiffre de 2005/2006).
Le contenu du Vif/L’Express est tout à fait différent de celui de Knack, bien que les deux rédactions collaborent au sein du Brussels Media Centre où, avec les autres rédactions du groupe Roularta, elles peuvent utiliser les réseaux de documentation, d’information et de recherche qui sont reliés entre eux. De temps à autre, les deux magazines d’information collaborent dans le cadre d’enquêtes nationales et de dossiers thématiques journalistiques.  http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Vif/L'Express