03/09/2009

Libération de Marcel Vervloesem: International Police Association


Mobilisation de L’IPA pour la libération de Marcel VERVLOESEM

Mardi, septembre 1, 2009
By B-C Verdi

 

IPA
Messieurs,


De nombreux membres de l’IPA, International Police Association, protestent vivement des traitements réservés à Mr Marcel VERVLOESEM, qui comme beaucoup d’entre nous, a été calomnié et condamné en dépit des dispositions fondamentales du droit international, suite à nos rapports sur le crime organisé ou la corruption.

Mr VERVLOESEM a apporté à nos collègues belges et hollandais lesdits « CD-ROMS de ZANDVOORT » en 1998, où se trouvent 93 081 photos d’enfants abusés, selon nos collègues d’Interpol. Il a été incarcéré en dépit de la reconnaissance par le Conseil Supérieur de la Justice Belge, de deux fautes de procédure et d’un état de santé qui le présumait dans l’impossibilité de pouvoir survivre à la prison.

Nous estimons que les conditions de détention de notre ami enquêteur et « Policier d’Honneur » sont inacceptables :

Il a été privé de soins de santé élémentaires, engendrant cinq opérations majeures in extremis, dont l’amputation d’une gangrène, et est privé de traitement à un cancer métastasé. Il est exposé au mépris du public avec des menottes, bien  que reconnu sans risque d’évasion. La présence de gardiens durant les consultations de médecins lui est imposée, d’où violation du secret médical. Il est privé de congés pénitentiaires, avec mention des publications sur le réseau qu’il a dénoncé, mais dont il n’est pas l’auteur.

Nous attendons la libération de Mr VERVLOESEM, selon la loi belge qui prévoit qu’un prisonnier est libérable au tiers de sa peine, déduit du double de la période de détention préventive, soit le 5 octobre 2009.  Cette mesure a été accordée à un criminel condamné et exposé par Mr VERVLOESEM dans son PV: n°8.220/01 – 03.04.2001 – T.3620/96 : Michel NIHOUL, complice de Marc DUTROUX !

Bien placés pour connaître les traitements réservés à ceux qui exposent les réseaux, nous apportons tout notre soutien à ce prisonnier, qui partage les valeurs d’honneur et de courage qui qualifient notre corporation.

Patrice VERDI
Police municipale – matricule n° 096632
06400 CANNES
FRANCE

http://reseaux-francais.droitfondamental.eu/wordpress/?p=...

 


Après ce message le website de Monsieur Patrice Verdi a été piraté.
La France est touchée par le réseau Zandvoort mais, comme la Belgique, elle étouffe l'affaire.

Commentaires

Réponse de Monsieur Verdi
A Jan Boeykens, Président du Werkgroep Morkhoven

3 september 2009


Monsieur,


je suis entré en fonction en mai 1993, j'ai publié dans mon livre "le serment d'hypocrite" une somme d'idées qui visent à fonder une société sur l'humanité et le profond respect d'autrui.

J'étais à l'écoute des citoyens, j'éprouvais de l'honneur pour ma fonction mais après avoir été traité comme le dernier des truands, j'ai constaté que la pédophilie était un problème sociologique majeur dans notre société.

J'espère pouvoir un jour poursuivre mon combat internationalement car aucune organisation mafieuse ou gouvernementale ne peut m'impressioner, je suis resté un soldat spartiate et suis conscient des risques encourus par ma femme et mes deux enfants âgés de 6 et de 12 ans.

J'espère qu'il existe une solidarité dans notre corporation car je cherche à retrouver une activité mais mon gouvernement génère systématiquement des problèmes en usant des services de renseignement pour me salir, je suis donc un homme traqué et même détesté car la population fait l'autruche et ne tient pas à avoir de problèmes avec la DCRI.

Je vous prie de croire en l'expression de mes salutations distinguées et en l'espoir qu'une lettre au Président SARKOZY de l'IPA m'assurerait certainement un soutien contre les barbouzes du gouvernement qui attendent le moment opportun pour me faire taire définitivement.

Cordialement


VERDI Patrice.


PS : Le destin d'un homme est tracé, la vie n'est qu'une illusion.

Écrit par : Morkhoven | 03/09/2009

Réponse de Monsieur Verdi
A Jan Boeykens
Président du Werkgroep Morkhoven

3 septembre 2009


Monsieur,

Concerne: fonctionnement de la justice


je vous remercie une fois de plus pour le soutien de votre organisation aux personnes qui tentent de détruire la pédocriminalité qui génère plus d'argent que la drogue.

je sais qu'il existe des systèmes de repérages que l'on peut placer sur les enfants pour un traçage satellitaire mais c'est un problème d'éthique pour la démocratie et la liberté de circulation.

je pense que la solution réside en partie dans le fait que la coopération des services de Police devrait être contrôlée par des fondations civiles comme la vôtre qui garantirait une continuité dans l'action judicaire.


Cordialement


VERDI Patrice

Écrit par : Morkhoven | 04/09/2009

Les commentaires sont fermés.