03/12/2008

1.12.2008: Lettre de Marcel Vervloesem


Marcel.hospital.im-victime_du_maitre-chanteur-4Bruges, lundi 1.12.2008

Chers Jan et Jacqueline,

Enfin, une de mes lettres de la prison de Bruges. J'ai grâce à vous depuis samedi ma machine à écrire.

Ne croyez que je soit fâché à votre encontre parce que je ne téléphone pas.Mais après toutes ses opérations, je suis plus le bon, le vieux Marcel que vous connaissez d'en temps. Je cours très peu, parce que ça me fait énormément de mal. Tout est sans souplesse et me fait rapidement saigner. La semaine passée, je me suis limité au minimum absolu et je suis resté alité.

Ma situation médicale est suivie maintenant de très près et elle est très intensive, jour et nuit. Presque toutes les nuits je suis réveillé pour leurs donner la possibilité de me contrôler et leurs permettrent de voir mes blessures, si elles saignent.
Très régulièrement il y a de nouveaux bandages pour fermer mes blessures.
Et croyez-moi, ça fait fait très mal.

Vos nombreuses lettres ont fait bouger beaucoup.
Vous ne le pensez pas peut-être mais je le commence à remarquer.
La semaine passée, presque tout le monde sur le plan administratif et sur le plan médical est passé. Même le psd.
Le courrier semble arriver correctement maintenant et j'ai entendu que tout le monde recevait mes lettres.

Au plan médical, je suis lié à un rein artificielle.
Tous les deux jours je me réveille très tôt parce que l'ambulance vient.
Je mange mon petit déjeuner à St. Jan et reste là bas pendant 4 heures relier aux machines de dialyse pour survivre. Entre-temps mes blessures sont soignées là-bas.
Plus tard, dans la journée, une ambulance me re-transporte et je reçois à la prison, mon déjeuner 'gras et avec peu de sucre'.
Après mes blessures sont encore soigné 3 ou 4 fois et je reçois chaque fois des vêtements et des sous-vêtements propres, tout reste hygiène.
On est devenu beaucoup plus gentil et tout ce bruit a éveillé beaucoup.

Mon plus grand problème maintenant est que mes opérations de cœur nepeuvent plus se faire.
Je ne sais pas ce qui va se passer avec mes reins.
Le taux de sucre pose problème.Ce matin, 444, à 13 heures encore 337 etc.
Je ne le comprends pas parce que je ne mange rien avec du sucre et jene bois rien de sucré. Mais je dois dire que les spécialistes ont mis quelques médications, aussi pour le sucre dans mon sang au frigidaire.
C'est à cause de ça que ne reçois pas suffisamment de médication et peut-être pour cela que j'ai ses problèmes.
Pour le reste: un manque de mouvement et du stress.
Le reste ça va.

Nous allons maintenant bien noter que je mange et combien.
Possible, qu ils découvrent la raison pour laquelle la fièvre a disparue.

Et, oui Jacqueline, j'ai à nouveau des jambes et des pieds très maigres.
L'idée de l'euthanasie, j'ai le laissé tombé.
Je le fais pour Wendy et les petits enfants, mais aussi pour toi Jan et Jacqueline et pour les amis.
Vous avez fait beaucoup pour moi et beaucoup donné.
J’ai constaté que les visites étaient douloureuses pour Jacqueline et qu’elle se sentait mal.
Alors, je donne à la vie encore une possibilité, mais je dois avouer que ce n'est pas facile et amusant pour moi.

J'ai un peu peur pour les jours de fêtes qui viendront. Je me sentirai très mal, perdu et très seul dans ma chambre médicale, loin de tout le monde que j'aime.
Je souffre plus de votre absence que vous oseriez le penser. Mais, ces jours seront rapidement passés.

Alors Jacqueline, j'espère que cette lettre te fera du bien.

Je reste très fâché à l’encontre de notre Ministre de la Justice et ses servicesadministratifs et judiciaires qui sont responsables pour toute cette souffrance et misères ici.
Mais allez, je ne veux pas trop en parler parce que cela me fait du mal.

Je vais terminer ma lettre maintenant.
La lettre peut encore partir avec la poste et je peux encore manger un petit peu.

Jan et Jacqueline, merci-bien pour tout.

Gentilles salutations.
De votre Marcel aimé,

------

Gevangenis Brugge
Medisch Centrum, Kamer 6104
(t.a.v. Marcel Vervloesem)
Lege Weg 200
8200 Brugge
(Belgique, Belgio,)


Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Faiderstraat 10
1060 Sint-Gillis
nr. 443.439.55
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com, postmaster@droitfondamental.eu, issakaba@skynet.be

http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven
http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/
http://www.droitfondamental.eu/

Les commentaires sont fermés.