13/02/2013

Werkgroep Morkhoven et la sûreté de l'État

Image
 
La petite-fille et la fille de Marcel Vervloesem, l'activiste du Werkgroep Morkhoven qui a révélé l'affaire pédocriminelle de Zandvoort, ont été menacés pendant 2 mois. Personne n'a été arrêtée par la Justice belge ce qui preuve encore une fois que la sûreté de l'État belge est impliquée dans cette affaire...
 
---
Lettre à un ami
 
Les menaces sont venus au moment qu'on parlait beaucoup de Marcel sur le site web hollandais 'Argusoog' où le livre de Marcel a été aussi présenté.
 
Un certain Ladi Kiekens, un ami de Victor, demi-frère de Marcel comme vous savez, commençait, comme c'est son habitude, de publié directement toutes sortes de désinformations et d'accusations sur Argusoog.
Argusoog me voulait alors inviter de participer à ce sorte de discussions mais j'ai refusé et j'ai demandé de bloquer ce Kiekens qui voulait uniquement mettre en doute Marcel (et le Werkgroep).
 
Au moment qu'on parlait sur Argusoog du disparition de Manuel Schadwald qui serait lié à l'affaire de Joris Demminck, un fonctionnaire de la justice très haut placé de la justice hollandaise qui a été accusé d'abus des mineurs, il y avait toutes sortes de mouvements de la justice hollandaise (des arrêts, des chantages,) sur les hollandais qui travaillent autour ce sujet et sur le rédacteur d'Argusoog.
 
C'est à ce moment que Victorreke a envoyé un message de son GSM à la petite-fille aînée de Marcel où il le demandait de devenir une amie 'plus proche de la famille' sur Facebook.
Il lui même offrait de l'argent pour un nouvel ordinateur et lui offrait un 'travail' tandis que la fille a juste 15 ans et qu'elle va encore à l'école. Victorreke ajoutait une menace de mort parce que la fille ne voulait pas enlever son message criminel et ne lui voulait pas répondre.
 
On a porté plainte à la police mais la police de Herentals.  Mais le problème est que Victorreke a été nommé comme le président de la commission de la Sécurité et de la Police d'Herentals et il a certains amis chez la police.
 
C'est difficile à croire mais il a été nommé grâce au bourgmestre d'Herentals qui fait part du même parti politique (les socialistes) et qui dans les années 90, au moment que le Premier belge Elio Di Rupo était le vice-premier,  le secrétaire d'Etat et même le ministre de la Sécurité. 
C'est claire alors, ce que nous avons toujours su, que la sûreté de l'État est impliqué dans cette affaire.  C'est pour ce raison aussi que Victorreke dont il y a 30 procès-verbaux concernant des abus des garçons, n'a jamais été poursuivi pendant la campagne contre Marcel qui a été commencé pour étouffer l'affaire Zandvoort.
C'est aussi pour ce raison que les copains de Victorreke qui ont accusé Marcel et qui sont presque tout condamnés, même pour des vols à main armée, sont toujours été protégé par la Justice.
 
Après les menaces de Victorreke, le neveu Dimitri Vervloesem, le fils-crapule mineur de Maaike, la soeur de Marcel qui était enfermée en psychiatrie pendant son enfance et qui a été libéré par Marcel, commençait, comme au début de l'année passé, d'envoyer de messages avec des menaces de mort à la fille.
La justice de Turnhout ne faisait rien parce qu'elle protège Victorreke et les petits bandits comme Dimitri qui portent plainte contre Marcel.
 
Victorreke et ce Dimitri ont un très bon contact.  C'est pour ce raison qu'au début de l'année passée, ce Dimitri allait, comme Victorreke et les membres de sa bande l'on fait en 1998 et les 3 mineurs criminels l'ont fait en 2005, avec un histoire autour des 'abus sexuels' du côté de Marcel et son voisin, au journal Het Nieuwsblad.
Marcel était à nouveau accusé et était enfermé par les mêmes juges qui l'ont poursuivi pendant 10 ans et qui étaient responsable pour la disparition de tous les documents en décharge de son dossier pénal.  
Marcel resterait en prison pendant 6 mois.
(S'il n'a pas compris maintenant qu'il doit briser définitivement avec toute sa famille criminelle, il ne le comprendra jamais)  
 
Trois jours après le début de menaces par Victorreke et Dimitri, tout les sites web du Werkgroep Morkhoven étaient fermés par les autorités.
 
Après 5 semaines de menaces de mort et nos protestations constantes, les autorités belges ont réouvert les sites web.
Mais les menaces de mort ont continué et le 6 février dernier, la petite fille de Marcel a encore reçue une menace du côté de Dimitri qui a la permission de la Justice de faire tous ce qu'il veut.
 
Nous sommes plein a écrire autour cette affaire, sinon les menaces n'arrêtent jamais.
 
Il a quelques jours que nous avons eu enfin une réponse de la FOD Justice (Ministère de la justice) sur notre lettre du 7 janvier 2013 mais notre lettre au Tony Van Parys,  un ancien ministre de la Justice qui est actuellement le président du Conseil Supérieur de la Justice, n'a pas été répondu.
Van Parys est le copain de l'ancien ministre de la justice Stefaan De Clerck du Parti des démocrates-chrétiens flamandes qui a été aussi responsable pour l'étouffement de l'affaire Zandvoort.  Van Parys est celui qui a reçu un des céderoms de Zandvoort et qui l'aurait transféré au procureur-général d'Anvers.
 
Notre lettre au ministre Milquet des Affaires Intérieures (qui est du même parti politique que De Clerck et Van Parys) a aussi resté réponse.
 
Il y a actuellement une discussion en Belgique autour le sûreté de l'État belge parce que les politiciens sont inquiets par le fait qu'il a aussi des dossiers secrets des politiciens.
 
J'ai lu aujourd'hui que Milquet et De Clerck veulent garder la sûreté de l'État...
Et nous savons pourquoi.

30/01/2013

Abus des enfants: Lettre à Ministre-président Charles Picqué

Image

Bruxelles, 16.1.2013

Cher Monsieur Picqué,

Concerne: Menaces de mort – Police de Saint-Gilles

Il y a quelques semaines, j`ai voulu porter plainte chez la Police Zone Midi 5341 à Saint-Gilles.
Mais la police n`a pas voulu noter ma plainte qui concerne Belgacom/Skynet et la disparition de toutes mes pages-web de l’internet le 20.12.2012, juste deux jours après que la petite-fille de 14 ans de Marcel Vervloesem avait reçu des menaces de mort. Monsieur Vervloesem est membre de notre association Werkgroep Morkhoven dont le bureau se trouve a Saint-Gilles, Rue Faider n° 10.

J’ai porté plainte alors chez la maison communale de Saint-Gilles et j’ai demandé un rendez-vous avec vous parce que, dans votre fonction de bourgmestre de St Gilles, vous êtes le chef de la police communale.

Les messages avec les menaces de morts venaient du GSM d’un certain Victor Vervloesem, membre du parti socialiste (sp.a) à Herentals (près de Turnhout) et siégeant également au conseil municipal de la ville d’Herentals. Victor Vervloesem, qui est le demi-frère de Marcel Vervloesem, a également été nommé  président de la Commission de la Police et de la Sécurité de Herentals et il est actuellement aussi membre de la direction du Conseil de la Police de la région ‘Neteland’.

Le problème dans cette affaire est que Victor V. est inconditionnellement soutenu par le sp.a et le bourgmestre Jan Peeters de Herentals. Ce dernier est aussi sénateur pour le sp.a et dans les années 90, il a été Secrétaire d’Etat et  Ministre de la Sécurité. Jan Peeters a certainement eu de bons contacts alors avec les services de la Sécurité belge à Bruxelles.
Par hasard, Peeters était Ministre au moment que votre collègue du Parti Socialiste, Monsieur Elio Di Rupo, était Vice-premier. Je ne veux pas prétendre que Monsieur Di Rupo, qui a aussi été Ministre des Télécommunications, est lui-même impliqué dans cette affaire. Mais je sais qu’ Elio Di Rupo a signé le contrat entre les fournisseurs (Belgacom/Skynet) et la Justice qui permet de fermer des sites web ou des blogs sans aucune motivation, ce qui facilite toutes sortes de formes de censure de l’internet sans qu’on ait besoin de lois hypocrites ‘pour la protection des consommateurs d’internet’, comme cela est actuellement le cas en Amérique.
En 2005, Victor V. faisait circuler une pétition dans laquelle il demandait l’enlèvement de notre association de l’internet. La pétition, qui était signée par une dizaine de personnes, a été présentée au conseil communal d’Herentals et Peeters soutenait les propositions de cette pétition.

Je suppose que la demande en 2007, de Els Van Eeckhaut, une avocate attachée au barreau de Gand,  pour enlever nos blogs de l`engin de recherche de ‘Metatele’ et pour le cryptage de 3 de nos blogs, dont ‘Doofpot Justitie`, a été également le résultat de ce parti-pris de Peeters qui a un relation très bizarre avec Victor V. qui, lui, sait à peine écrire.
Els Van Eeckhaut (sp.a),  fille de l’avocat bien connu Piet Van Eeckhaut , a travaillé au cabinet du Ministre Freya Van den Bossche (sp.a) qui ne voulait pas enquêter nos plaintes sur la fraude autour des maisons sociales du ‘Geelse Huisvesting’ de la direction de laquelle Victor V. est aussi membre. Je l’ai trouvé personnellement pas normal qu’un ex-directeur d`usine a pu  obtenir une maison sociale au quartier où Victor V. lui-même loue une maison du Geelse Huisvesting tandis qu’il y avaient 1500 candidats qui s`étaient inscrits avant lui.  Il avait également suffisamment de ressources financières et venait d’une autre municipalité.
J’ai me suis aussi demandé comment il avait été possible que d`autre part Marcel Vervloesem et ses amis, dont une femme malade âgé de 82 ans, ont  été expulsés de leur maison du Geelse Huisvesting après la circulation de toutes sortes de pétitions avec des plaintes.  Et ce n’est pas une coïncidence que Victor V. avait déjà demandé dans sa pétition de 2005 adressée à bourgmestre Peeters, d’enlever à Marcel Vervloesem  sa maison.

C’est pour cette raison que je considère Victor V. et Peeters, ainsi que les députés du sp.a  à qui j’ai écrit mais qui ne m’ont jamais répondu, de plus en plus comme des membres d’un syndicat du crime. Il n’y a pas d`autre explication à tout ceci.

Victor V. est, comme président de la Commission de la Police et de la Sécurité de Herentals, bien soutenu par un certain Ronny Geens, le Commissaire en chef de la police de Herentals. Ce dernier refusait de noter la plainte de la fille de Marcel Vervloesem ‘parce qu’on ne pouvait rien faire tant qu’on n’avait pas le numéro de la plaque d`immatriculation de la voiture qui était venue à pleine vitesse de la direction opposée’ (ce qui a été immédiatement suivi d`une nouvelle menace de mort).

J’ai porté plainte chez le Ministre de l’Intérieur, J. Milquet (cdH), pour cette affaire et j’attends pour le moment encore sa réponse.

Victor V. est également protégé par la Justice de Turnhout, grâce à son rôle dans l’étouffement de l’affaire pédocriminelle de Zandvoort qui a  été révélée par l’enquêteur Marcel Vervloesem de notre association.

C’est la vraie raison pourquoi il n’a pas été arrêté et interrogé par la police après sa première menace de mort.

J’ai à nouveau porté plainte dans cette affaire chez le Ministre de la Justice A. Turtelboom (VLD), bien que le Ministre ne me répond jamais. Le problème dans ce cas est que Turtelboom qui prêche ‘une magistrature impartiale’ et ‘la punition de la moindre criminalité’, a nommé le procureur Jan Poels de Turnhout comme son chef de cabinet et il y viendra certainement un moment que Poels se verra obligé de reprendre sa fonction comme procureur à Turnhout.  Le procureur Herman Dams qui avait été nommé comme chef de cabinet par l’ex-ministre de la Justice S. De Clerck (CD&V), a connu la même situation.  C’est pour cette raison que certains dossiers au cabinet des Ministres de la Justice restent bloqués.

Juste après la libération conditionnelle de Marcel Vervloesem qui, durant plus de 10 ans, a été la victime d’un vrai procès par les médias, nous avions aussi eu des menaces de mort pendant plusieurs semaines.
Comme les menaces de mort dirigées à la petite-fille et la fille de Marcel Vervloesem, ces menaces de mort là  arrivaient pendant la nuit. Il y avait aussi des lettres avec de menaces de mort.
Nous avons à l`époque porté plainte pour ces menaces chez la police de Saint-Gilles.

Au début de l’année passé, la petite-fille de Marcel Vervloesem a reçu également déjà des menaces de mort. Les menaces arrivaient après que le journal Het Nieuwsblad avait publié une histoire d’un certain Dimitri, le neveu de Victor V., où Marcel Vervloesem était à nouveau accusé ‘d’abus sexuel’ en y ajoutant qu`il avait été enfermé en prison parce que étant un ‘récidiviste incorrigible’.

Il était clair que Victor V. était à nouveau derrière cette accusation, parce qu’il était si stupide de déclarer lui-même au journal ‘Het Nieuwsblad’ à cette même période, que Marcel Vervloesem ‘était tombé dans le piège’.

Ce n’était pas une coïncidence, qu’il y a 10 ans, Victor V. a commencé sa campagne et sa carrière politique dans le sp.a, par une publication dans ‘Het Nieuwsblad’ où il déclarait ‘qu’il y avait 30 ans  son demi-frère l’avait abusé’.  Après sa déclaration, Victor V. avait contacté la télévision commerciale VTM qui à fait ensuite une émission en direct où des jeunes amis de Victor V. racontaient devant la caméra, que ‘chacun d’entre eux avait été, il y a 20 ans, la victime des abus sexuels commis par Marcel Vervloesem’.  L’émission a eu lieu dans le bar-dancing ‘Berkenmus’ où Victor V. travaillait pendant la nuit.

La presse étouffe déjà la vérité de cette histoire depuis des années  et c`est sans aucun doute, en combination avec ma publication de mes centaines de lettres adressées aux ministres de la justice et aux parlementaires, une des raisons de l’enlèvement des blogs de Belgacom/Skynet de l’internet, sans que, comme  administrateur des blogs, j’ai obtenu une réponse sur le sujet de mes plaintes.

En attendant, l’Ombudsman de la Télécommunication a reconnu ma plainte. Belgacom/Skynet a maintenant 2 mois  pour donner son point de vue. Mais il ne peut pas empêcher que toutes les pages-web et l’information disparaissent pendant ce temps d’internet.

C’était pour éviter et corriger les infractions mentionnées ici et pour éviter l’étouffement de cette affaire par les autorités belges, que j`avais voulu porter plainte chez la police de Saint-Gilles.
Puisque, si on fait disparaître de l’information pour couvrir des crimes et de la corruption, on peut parler d’un crime ou d`une complicité dans le crime et on doit le signaler ces faits à la police. De cette façon, notre système fonctionne.

Un petit détail: Il y a 30 procès-verbaux sur Victor V. pour des infractions sexuelles sur des petits garçons qui n`ont jamais été examinés.

J’ai appris que Mme Rodriguez de votre cabinet m’a téléphoné. Je vais la contacter.

Cordialement,

Jan Boeykens
Faiderstraat 10
1060 Saint-Gilles

Photo: Charles Picqué

(Traduction Eheu)

18/05/2012

Marcel Vervloesem a été libéré après 5 mois de détention !

Marcel_nieuwsblad_001.jpg

Bruxelles, 18 mai 2012


Cher(e)s ami(e)s,

Sujet: Marcel est tout à fait libre

Mercredi, le 16 mai 2012, après 5 mois de la détention 'préventive', Marcel a été libéré et il a pû retourner enfin chez lui. On l'a ramené à la maison avec une petite camionette.

Comme d'habitude, la nouvelle était aussi diffusée par l'agence de presse Belga (de l'Etat belge) et elle a été copiée par les journaux, sans le moindre commentaire sous le titre 'Marcel Vervloesem en liberté conditionelle'. Mais ces conditions sont les mêmes conditions qu'il avait avant, avec une seule différence: la police de Turnhout doit contrôler qu'il n'a pas de contact avec notre association, ni avec l'acteur flamand Jo Reymen, ni avec la Fondation des pricesses de Croÿ et Lancelotti, ce qui est complètement ridicule.  
Marcel a aussi l'interdiction d'avoir des contacts avec des associations qui luttent contre l'abus d'enfants.

La décision de libérer Marcel venait après la réunion du tribunal de Turnhout où l'avocat de Marcel a plaidé pendant une demi-heure et où Marcel, pour la première fois depuis son arrestation, a pû parler lui-même.

Les juges prétendaient qu'ils ne savaient rien de l'arrêt de la cour pour l'Application des Peines d'Anvers, en février déjà, déclarant Marcel innocent sur base des résultats de l'enquête judiciaire.

La Ministre de la Justice belge, Anne-Marie Turtelboom (Open VLD, les libéraux flamands) a été pendant 5 mois au courant du dossier de Marcel et de tout ce qui s'est passé dans la prison de Turnhout où il y a tellement de prisonniers (210 au lieu des 120 pour lesquels elle est équipée), qu'une partie des détenus est obligée de dormir sur des matelas à même le sol.
Son ministère n'a répondu qu'une seule fois à nos lettres. C'était après notre plainte concernant le vol de nos brochures et de notre matériel devant le ministère de la Justice à Bruxelles, où se situe son bureau.

Turtelboom ne réagit pas à notre plainte que les lettres de Marcel (même celles de sa fille et de sa petite-fille)  étaient retenues pendant plusieurs  mois  tandis que cela était en violation de la loi et des droits des prisonniersEt comme nous le savons, le ministre et ses services permettaient même que Marcel fût enfermé avec un malade mental dans la même cellule pendant une semaine, ce qui a été la  raison du fait que Marcel a eu des infections et des problèmes cardiaques pour lesquels il a dû partir au service des urgences de l'hôpital St. Elizabeth à Turnhout. Là, pendant 5 jours, Marcel a été enchaîné à son lit d'hôpital. 
Cela prouve encore une fois que Turtelboom voit les gens qui sont enfermés sans la moindre raison justificative en détention préventive comme des criminels.

Et puis il y a eu toute l'histoire au sujet du rapport psychiatrique de V., l'homme qui accusait Marcel, et que les juges de la Chambre du Conseil (chambre correctionelle) de Turnhout ont utilisé comme un prétexte pour garder Marcel pendant 5 mois en prison. Ces juges sont les mêmes qui ont poursuivi Marcel pendant 11 ans dans l'affaire de Zandvoort.  
Le but de ce rapport était aussi de donner à V. le statut de 'victime crédible' et de pouvoir accuser Marcel de nouveau. Le ministre Turtelboom était informée sans cesse pendant des mois dans cette affaire, mais elle ne répondait jamais.

Le ministre a nommé le procureur Jan Poels comme son chef de  cabinet...

Il y a quelques mois,  notre association a envoyé des documents importants de l'affaire Zandvoort à Turtelboom. Le contenu de ces documents était directement lié aux abus et viols des enfants dans les crèches d'Amsterdam.Mais Turtelboom ne répondait pas à la demande de notre association d'envoyer ces informations à son collègue hollandais.

Il y a quelques jours, je me suis plaint auprès du parquet fédéral à Bruxelles au sujet des nombreuses irrégularités dans la poursuite pénale de Marcel à Turnhout.
Le procureur fédéral a répondu d'abord avec la brève déclaration 'qu'il n'y avait aucune indication que l'émail était vraiment envoyé par moi''.
Puis j'ai envoyé au parquet fédéral de plus amples renseignements au sujet de la falsification du rapport psychiatrique dans lequel V. était dépeint comme un «bon garçon» tandis que le psychologue savait que V. a un casier judiciaire au tribunal de la Jeunesse de Turnhout.
Le procureur fédéral me répondit alors que ma lettre avait été transmise au procureur d'Anvers où je pouvais transférer toutes mes informations dans cette affaire.

MERCI À VOUS TOUS POUR VOTRE SOUTIEN !

Jan Boeykens, président de l'association Werkgroep Morkhoven

-----

PS. Vous pouvez publier ma lettre.
Traduction: Eheu

19/04/2012

Le Vif/L'Express attaque le Werkgroep Morkhoven...

médias.cachent.jpgDate: Thu, 19 Apr 2012 15:11:54 
Subject: Le Vif/L
'Express attaque le Werkgroep Morkhoven


Cher(s) ami(e)s,

 
Merci-bien pour votre information.
 
Il y a quelques jours nous avons réagi à un article néerlandophone paru dans un journal du même groupe de presse auquel le Vif appartient et où on attaquait le député Louis Laurent pour le fait d'avoir dit qu'un 'certain activiste l'avait informé que le Premier et le Roi étaient des pédophiles' (ce que je trouvais un peu bizarre).
 
Le journalist disait que Laurent n'avait aucune preuve sur ce qu'il disait et que Le Premier et le Roi 'avaient niés' sa déclaration.
 
Ce qui rendait le petit article très intéressant était le fait que le journaliste disait que Laurent se trouvait sur la liste du Parti politique de l'avocat Modrikamen, l'homme qui défendait une grande partie des victimes de l'escroquerie dans l'affaire Fortis à cause de laquelle le gouvernement Leterme a démissioné.
 
L'affaire Fortis est très actuelle en Hollande parce que l'ex-ministre des Finances hollandais, Wouter Bos, était impliqué dans cette affaire.  Il y a aussi une commission parlementaire belge et des néerlandaise autour cette affaire.
 
J'ai écrit (dans des publications et dans des mail) que l'article référait probablement au Werkgroep Morkhoven, mais j'ajoutais qu'aucune personne du Werkgroep Morkhoven avait contacté Louis Laurent.
 
Nous avons aussi publié différents articles autour de la sale affaire de Fortis ( après des contacts entre le gouvernement belge et le gouvernement hollandais, Fortis a été partiellement vendue au groupe financier Paribas qui a fait en 2011 un profit de 6 miljard d'euro).
 
Nous avons dit dans un de nos articles que certains membres de la direction de Fortis avaient été mentionés à plusieurs reprises dans des affaires de pédophilie.
 
C'est pour cette raison (notre information autour l'escroquerie de Fortis, notre remarque autour la pédophilie,) que le Vif doit avoir été commandé d'écrire cet article dans lequel on réfère maintenant publiquement au 'pédophile Marcel Vervloesem d'Anvers' comme ayant été la source de Louis Laurent.
 
J'ai l'impression que l'article est une sorte de provocation. Le Parti libéral flamand (Open VLD) du ministre Turtelboom et de Guy Verhofstadt et le Mouvement Réformateur (MR) de Louis Michel et ses amis, ne sont pas contents avec nos publications autour de l'enfermement de Marcel et de la politique désastreuse de l'Open VLD sur le plan de la Justice et des prisons.
 
 
Après l'article dans Le Vif/L'Express, les chefs des groupes politiques ont appelé à l'établissement d'un 'cordon sanitaire' autour de Laurent Louis.  Jean-Denis Lejeune qui a porté plainte contre Laurent Louis, sera troisième sur la liste CDH de la Chambre dans l'arrondissement de Liège'...

-------------------
 
Le Vif/L'Express
 
Titre du groupe Roularta, Le Vif/L’Express est le premier hebdomadaire d’information en Belgique francophone, avec 469.000 lecteurs. Son ambition est celle d’un magazine complet, traitant toutes les facettes de l’actualité belge et internationale.
Le Vif/L’Express est le pendant francophone de Knack. Lancé en 1983, Le Vif est édité, depuis plus de 20 ans, en collaboration avec le groupe français L’Express. Cette collaboration rédactionnelle concerne, notamment, les articles traitant de l'actualité non belge (et particulièrement l'actualité française).
Le Vif/L’Express réalise la même pénétration que Knack en Flandre : une diffusion payante de 81.008 exemplaires et 472.000 lecteurs CIM1 (Chiffre de 2005/2006).
Le contenu du Vif/L’Express est tout à fait différent de celui de Knack, bien que les deux rédactions collaborent au sein du Brussels Media Centre où, avec les autres rédactions du groupe Roularta, elles peuvent utiliser les réseaux de documentation, d’information et de recherche qui sont reliés entre eux. De temps à autre, les deux magazines d’information collaborent dans le cadre d’enquêtes nationales et de dossiers thématiques journalistiques.  http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Vif/L'Express

14/04/2012

L'affaire Zandvoort: Serge Garde

affaire d’Outreau.jpgBruxelles, 13 avril 2012

Merci bien Serge.

Ce film m'intéresse. Pouvez-vous me faire savoir quand il sera prêt?  Je veux faire de la publicité pour le film.

Pour ce qui est de Marcel.  Après qu'on avait enfermé Marcel dans une autre cellule dans le but de vraiment le tuer (Marcel a de nouveau de l'eau dans les jambes), un membre de la direction de la prison de Turnhout l'a invité aujourd'hui et lui a promis (avec beaucoup de menaces) de le mettre dans sa 'propre' cellule avec quelqu'un avec qui il pourra (sur)vivre.

Il est déjà depuis presque 3 mois en prison après une accusation qui était, comme habitude, publiée dans 'Het Nieuwsblad'.  Les juges qui ont décidé de l'enfermer sont les mêmes juges qui l'ont  poursuivi pendant 11 ans pour étouffer l'affaire Zandvoort.  Tandis qu'ils nient les résultats de l'enquête et ignorent le jugement de la Cour pour l'Application des peines d'Anvers qui était d'accord pour le remettre en liberté provisoire, ils gardent Marcel en prison avec l'excuse qu'on attend le rapport psychiatrique sur son accusateur.  C'est clair, ils vont toujours trouver une autre excuse pour garder Marcel en prison.

Marcel est en 'préventive' mais en fait il est traité comme quelqu'un qui est déjà condamné.

Entre-temps, le procès autour de Robert M., nommé dans la presse 'le monstre de Riga', dans l'affaire autour des 80 petits enfants abusés dans les crèches d'Amsterdam, a commencé le 6.4.2012.

Je trouve très bizarre que le nouveau ministre de la Justice A. Turtelboom (Parti libéral, le même parti de l'ex-premier Guy Verhofstadt qui est devenu le président du groupe libéral au parlement européen) n'a pas réagi à notre demande de transmettre au ministre de la Justice hollandais les documents de l'affaire Zandvoort dans lesquels on parlait déjà du réseau à Amsterdam.

C'est comme si on veut présenter ce Robert M. comme un prédateur isolé comme Marc Dutroux. Alors le réseau pourra évidemment continuer à travailler.

Nous avons beaucoup de soutien des Hollandais et quelques vidéos ont été fait de Marcel dont une vidéo avec une traduction en français.  Je te l'envoie.  

Demandez à Carl Zéro dans quel sens il est intéressé dans l'affaire parce qu'il y a beaucoup de choses qui se sont passés durant ces derniers temps et on se prépare vraiment à une guère internationale avec ceux qui protègent l'industrie de la pornographie d'enfants.

On nous a vraiment provoqué avec la nouvelle attaque contre Marcel et la saisie du manuscrit de son livre qu'on lu a rendu après l'avait copié.

Marcel est encore en interdiction de parler à la presse. Ca dure déjà 4 ans maintenant et Marcel n'a pas pû nous contacter pendant ces 2 dernières années ni même travailler ensemble avec aucune association qui lutte contre les abus d'enfants.

Ca devient chaque jour plus clair que les autorités (politiciens et magistrature) eux-mêmes protègent l'industrie de la pornographie enfantine.  Et ils ne le cachent même plus.

Jan

(Jan Boeykens, président du Werkgroep Morkhoven)

Photo: L'affaire d'Outreau

26/03/2012

Abus sexuels d'enfants - L'affaire Zandvoort: Serge Garde

actie.gevangTurnhout.jpgSerge,

 
Est-ce que vous savez que Marcel Vervloesem est déjà pendant 2 mois à nouveau incarcéré en prison et  qu'on a commencé le procès autour les abus sexuels à Amsterdam qui est lié à l'affaire Zandvoort ?
 
Jan

L'AFFAIRE PÉDO-CRIMINELLE DE ZANDVOORT: SERGE GARDE ET CARL ZÉRO (1)

http://youtu.be/HbbajdT57Ig

Ecrivez/Write/Scrivere/Schrijf Marcel Vervloesem:

Gevangenis Turnhout, tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, Belgio, België)

25/04/2011

Prisons belges - Arbi Zarmaev: Lettre Ouverte

thoughtcrime.gifCher H.,

Ce sont toujours les mêmes personnages qui reviennent. 

Le ministre de la Justice Stefaan De Clerck et les membres de son Cabinet, les membres de la Ministère de la Justice qui travaillent aux prisons, les directeurs de la prison, la direction générale des prisons belges (et son administration)des avocats, des juges, et des politiciens.

C'est la même gang. Notre 'système démocratique'comme en Italie et ailleurs, est en grande partie dans les mains de la mafia.

Et il est très difficile de s'opposer à ce système, parce que les gens qui y travaillent, ont ​​tous les pouvoirs. Ils contrôlent la presse et ils ont une sorte de pouvoir absolu.

Et ils forment une puissance internationale. Il y a, par exemple, toutes sortes de contacts européens et inter-gouvernementales qui font partie de «la lutte contre le terrorisme». Et les «terroristes» ce ne sont plus des hommes masqués lançant des bombes ou la résistance armés qui s'oppose à la néo-colonialisme.
Non, NOUS et l'opposition politique qui reste, sont les "terroristes" qui doivent être éliminés.

Concerne Arbi dans la prison de Bruges, sa situation s'est quelque peu améliorée. De temps à temps on le met dans un petit espace ouvert  il y a un peu d'air et de lumière.  On lui donne un peu plus à manger parce qu'il est tout à fait faible et mal nourris. On lui a même donné ses pantoufles ;)
Mais il reste enfermé dans une cage de chien de 2 x 3 m, ce qui est bien pire qu'une cage dans un centre de détention pour les chiens. Les chiens qui y résident, ont au moins suffisamment de lumière, d'air et de contact (wafwafwaf) avec d'autres chiens.  Et ils peuvent se voir.

 

18/04/2011

Prisons belges: plainte à l'ombudsman fédéral

ministre De Clerck, Hans Merissen, pas de réponses, plainte, ombudsman fédéral

MINISTRE DE CLERCK, HANS MEURISSEN: AUCUNE RÉPONSE

Monsieur Guido Schuermans, Ombudsman fédéral 43, Rue du Duc, 1000, Bruxelles

Cher Monsieur Schuermans,

Objet: Arbi Zarmaev, prison de Bruges- Le Ministre de la Justice De Clerck et le Directorat-Général des Institutions Pétnitentiaires ne répondent pas à nos questions- Plainte

Dans le dernier rapport annuel que vous et votre collègue Catherine De Bruecker avez soumis au Président de la Chambre, vous constatez ‘‘que les citoyens cette année-ci pas moins que les années précédentes, se plaignent d’un manque d’informations et de travail communicatif de la part du gouvernement fédéral’’. Et effectivement, nous de notre côté ne pouvons que constater que la situation sur ce point devient de plus en plus grave.

Notre conclusion sur ce sujet est basée sur le fait que nous n’avons reçu aucune réponse de la part du ministre de la Justice De Clerck à nos lettres concernant les pratiques de torture et d’isolement (et l’utilisation de drogues psychiatriques) à l’encontre de Monsieur Arbi Zarmaev.

La famille de Monsieur Armaev a envoyé quatre lettres en recommandée au ministre au cours des derniers 21 mois. A ces lettres-là non plus il n’y eut aucune réponse.

Ma visite en compagnie de la famille de Monsieur Zarmaev au cabinet du ministre (115, Rue Waterloo. Bruxelles) il y a dix jours, n’a également pas eu de résultat.   Le service d’accueil nous fit savoir que les lettres sus-nommées se trouvaient rangées dans 'un petit dossier de renseignements’ au sécrétariat du Directorat-Général des Institutions Péntitentiaires, qui est géré par Monsieur Hans Meurissen.

Après avoir téléphoné aux dits services de Monsieur Meurissen, on nous annonça que nous étions attendus au bureau de ce Monsieur, au 76 Avenue Waterloo, 1000, Bruxelles. Arrivés sur place, la sécrétairesse de Monsieur Meurissen nous fit néanmoins savoir ‘‘qu’il n’était pas possible d’arranger un rendez-vous’’ et qu’on nous priait ‘‘d’envoyer un petit mail ou de téléphoner’’ . Quand nous protestâmes que le service d’accueil du cabinet du ministre De Clerck venait juste de lui téléponer pour prendre un rendez-vous, la dame resta muette. Ensuite nous entamâmes les lettres envoyées en recommandée qui était restées sans réponse, disant que cette expérience-là nous semblait suffisante pour oser conclure qu’une réponse à un petit mail de notre part n’était pas vraiment une chose très vraisemblable à attendre. Ce à quoi la dame répondit par un haussement d’épaules pour nous planter là ensuite. Quand nous eûmes regagné le cabinet du ministre De Clerck, le service d’accueil reprit contact avec le bureau de Monsieur Meurissen. On nous transmit le numéro de téléphone de la sécretaresse de Monsieur Meurissen. Quand nous téléphonâmes ensuite à la dame, elle essaya de s’esquiver. A nos insistances, elle finit par répondre finalement ‘‘qu’on allait voir ce qu’on pouvait faire pour nous’’.

Une chose nous paraît ainsi être prouvée par la présente, et c’est que le manque d’informations et le manque de capacités communicatives de la part du gouvernment et ses services, mènent immanquablement à des situations inadmissibles, ce qui amène les citoyens sans cesse à chercher le recours du Ombudsman qui lui n’arrivera jamais à changer quoi que ce soit à la situation.

Voilà donc la raison pour la plainte que nous vous adressez.

En espérant que vous voudriez bien la prendre au sérieux, nous vous prions d’agréer l’expression de nos sentiments les plus distingués.

Jan Boeykens
Président du Werkgroep Morkhoven
10, Rue Faider,
1060 Bruxelles

Photo: Parlement européen

12/04/2010

Bulletin de santé de Marcel Vervloesem: lettre aux députés

Bulletin de santé de Marcel Vervloesem: Le rein artificiel bientôt si pas d’amélioration

Dimanche, avril 11, 2010
By Presidente

Madame, Monsieur le Député (Belges et européens)

Nous nous sommes adressés à vous à de nombreuses reprises ces derniers mois au sujet de la situation de danger à la vie d’un des directeurs de l’ONG belge MORKHOVEN, détenu de la prison de Turnhout : Marcel Vervloesem est le témoin de corruptions engageant des ministres belges depuis 1988. Il a exposé avec son ONG en 2001, la connexité entre le réseau pédocriminel de Zandvoort (88′539 victimes) et l’affaire Dutroux, toujours sensible à ce jour en Belgique, d’où le besoin de le faire taire.

Mr Vervloesem attend que la Cour Européenne des Droits de l’homme anéantisse une condamnation pour des crimes dont la médecine a attesté qu’il ne pouvait pas physiquement avoir commis. Les plaignants ont rétractés leurs accusations, assurant avoir été menacés ou payés pour porter des plaintes mensongères à son encontre. Le conseil supérieur de la justice belge a reconnu deux fautes de procédure. Il a été incarcéré contre l’avis du médecin expert judiciaire.

Mr Vervloesem a survécu par miracle à une interdiction de l’hospitaliser tant que son espoir de survie dépasse trois jours, ce qui déboucha sur cinq interventions chirurgicales majeures, en vingt mois de détention. Il a été menotté 591 heures « pour raison de santé », mais n’a obtenu aucun traitement de son cancer, révélé en janvier 2005 et trois fois métastasé depuis.  Le médecin  de la prison l’a avisé hier, que son insuffisance rénale aiguë s’engageait vers une perte du fonctionnement de ses reins, qui l’obligera à être dialysé tous les deux jours A VIE.

L’ancien président du Conseil de l’Europe a félicité Mr Vervloesem en 1998 pour, par son courage, avoir mis en lumière sur l’odieux trafic d’enfants, avéré connexe à l’affaire Dutroux. Le ministre de la justice, qui le condamne actuellement à une interdiction de traitement susceptible d’entraîner la mort, avait alors dit : « tout le monde savait que ces choses se passent depuis longtemps, mais nous avons fermé les yeux trop longtemps ».

Nous ne comprenons pas le pouvoir du Parlement Européen, si celui-ci est dans l’incapacité de demander au pays européen qui l’accueille, d’abolir l’usage de la torture et de la persécution, que de plus en plus de citoyens dénoncent et trouvent insupportables. Mr Vervloesem doit être octroyé une suspension de sentence, jusqu’au jugement de Strasbourg, afin qu’il puisse vivre et être soigné correctement dans un appartement à Bruxelles, dont il est déjà locataire par contrat oral, dans une maison où personne n’a de casier judiciaire.

Nous en appelons à votre humanité, à votre célérité pour intervenir de toute urgence auprès des autorités belges afin que cesse les fausses « erreurs administratives » et diffamations de toutes sortes, pour priver cet homme de ces droits fondamentaux.

Nous vous remercions de votre attention et reviendrons vers vous pour vous tenir au courant de l’évolution de sa santé.

Pour l’Association Marcel Vervloesem-TEVIREPEDO

La présidente,
Mangione Martine

http://tevirepedo.droitfondamental.eu/?p=1023


QU’EST-CE QUE LA DIALYSE OU REIN ARTIFICIEL   ?

Lorsque la fonction rénale se trouve réduite à environ 5 à 10% de sa capacité normale il est nécessaire de recourir à la dialyse ou à la transplantation rénale, on parle de l’insuffisance rénale terminale Stade 4 .

La dialyse nettoie le sang en utilisant une membrane dite semi-perméable car elle laisse passer l’eau et les ions mais sous certaines conditions. A travers cette membrane, le sang entre en contact avec un liquide appelé dialysat dont la concentration en ions est ajustée aux besoins de l’organisme. Des échanges se font entre le sang et le dialysat et permettent l’élimination d’eau et de déchets. En résumé, la membrane semi-perméable a une fonction de filtration plus ou moins proche de celle du glomérule.

Deux types de dialyses sont possibles, selon la nature de la membrane utilisée :
1°) la dialyse extracorporelle, dite hémodialyse, qui utilise une membrane artificielle
2°) la dialyse péritonéale, qui utilise la membrane tapissant l’intérieur de l’abdomen : le péritoine

C’est avec le médecin et l’équipe soignante que vous pourrez discuter du choix de dialyse. Il est possible de passer de l’un à l’autre, si l’un se trouve inefficace ou mal adapté à votre mode de vie. Les deux sont compatibles avec une transplantation rénale par la suite. Dans tous les cas, vous ferez l’objet d’une surveillance médicale attentive et régulière et la dialyse sera d’autant plus efficace que vous serez respectueux des recommandations.

Source: http://nephro-sud.net/la_dialyse.htm

27/02/2010

Tortures en prison de Hasselt: Lettre au ministre de la justice

DeClerck1

Bruxelles, le 25 février 2010
 
Ministre de la Justice Stefaan de Clerck
Waterloolaan 115
1000 Bruxelles
 
Cher Monsieur le Ministre,

Sujet: La prison de Hasselt - Marcel Vervloesem - privé de soins médicaux - refus de le transférer
 
Par la présente je vous envoye encore une fois un compte-rendu de la situation dans la quelle M. Marcel Vervloesem se trouve. Comme vous le savez, M. Vervloesem est incar-
céré déjà depuis trois semaines à la prison de Hasselt vers laquelle il a été transféré, bien que sa comparution devant la cour pour l'exécution des peines pénales d'Anvers, qui avait été le motif affiché pour ce transfert, ne durait pas plus d'une heure.
 
Comme vous le savez, ayant été amplement renseigné sur ce sujet, Marcel Vervloesem est gravement malade. Il est cardiaque, diabétique grave, il a des problèmes de reins, et il souffre d'un cancer sommeillant. Ces problèmes de santé dont il souffre ont déjà nécesité 20 hospitalisations d'urgence pour qu'il soit opéré (cinq de ces hospitalisation ont eu lieu pendant son enfermement en prison.)
Malgré cette situation, Marcel n'a plus vu de médécin depuis déjà trois semaines maintenant, bien qu'il souffre de nouveaux de troubles cardiaques et qu'il a dû subir une lourde opération au coeur il y a tout juste quelque mois. En ce moment sa pression sanguine n'est toujours pas contrôlée.
Depuis quelque semaines il ne peut plus faire les exercices physiques que le médecin de la prison de Turnhout lui avait pourtant prescrits à cause de sa maladie de coeur et de son diabète.
Il ne peut plus recevoir de lettres. Il ne peut ni écrire de lettres non plus, du fait que la cantine spéciale de la prison avait 'oublié' de lui fournir des timbres. Tout comme avant déjà, la prison de Turnhout avait 'oublié' de remettre son dossier médical au personel qui effectuait le transfert de Marcel, de sorte que maintenant il n'y a plus aucun suivi médical de ses maladies. De même, la prison de Turnhout avait 'oublié' de verser de l'argent sur compte à la prison de Hasselt, de sorte que Marcel a été incapable de s'acheter quoi que ce soit. De la même façon on a 'oublié'' à Hasselt pas moins de six fois de suite de remplir les formulaires que requiert la procedure adiministrative pourque son transfert puisse être effectué. Par conséquent, Marcel n'a toujours pas été ramené à la prison de Turnhout. Pareillement, on avait 'oublié' à Hasselt qu'on n'avait pas la voiture réglementaire pour ce genre de transfert, etc.
M. Vervloesem n'a plus reçu de nouvelles à propos de son transfert vers la prison de Turnhout, depuis que ce transfert avaient été reporté pour la sixième fois ce 22 février 2010. Maintenant on lui promet qu'on va le transférer le premier jour de mars prochain.
En outre, M. Vervloesem n'arrive plus à contacter son avocat en ce moment.
La cour d'exécution des peines pénales avait donné deux mois à Marcel pour préparer toutes ses requêtes etc., mais ce dossier est maintenant complètement bloqué. A force de reporter le transfer de Marcel, on essaye apparemment de l'empêcher de s'occuper de ses affaires.
 
La seule chose qu'on a fait est appliquer un collant sur la porte de sa cellule, qui dit 'surveillance spéciale', parce que Marcel commence à devenir désespéré, suite à son long isolement et à l'absence totale de soins médicaux et à cause de la détérioration de son état de santé qui s'en est suivie. Tout cela fait qu' il commence à avoir des idées suicidaires.
 
Apparemment, vos services judiciaires éprouvent un plaisir exquis à martyriser à mort et à pousser au suicide des prisonniers mortellement malades, que vous avez voulu emprisonner jusqu'à la fin de leurs jours afin de pouvoir étouffer certaines affaires. Après avoir réalisé ses sinistres intentions, on pourra toujours prétendre que 'le détenu avait voulu lui-même mettre fin à ses jours'.
 
Je juge ces pratiques de torture que vous faites appliquer par vos services, totalement inadmissibles et par conséquent je vous demande une fois de plus et pour la tantième fois d'immédiatement mettre fin à ces pratiques, avant que M. Vervloesem ne succombe à une attaque cardiaque où par suite de quelque acte désespéré.
 
J'insiste aussi pourque vous régliez enfin le transfert de M. Vervloesem vers Turnhout.
 
Si vous ne pouvez pas disposer pas d'un véhicule pour ce transfert, nous sommes toujours prêts à en louer un pour vous, vu que cela ne nous coutera pas les 9.000.000 d'euros que vous dépensez pour la location de votre prison à Tilburg.
 
Je vous fais parvenir encore une fois la copie de la liste des plus de 20 hospitalisations et opérations d'urgence de M.Vervloesem, dans l'espoir que vous voudriez enfin en tenir compte 
 
Comptant sur le fait que vous voudrez respecter vos propres paroles regardant une 'Justice humaine', et en attendant votre reponse, je signe,
 
Respectueusement vôtre,
 
Jan Boeykens
Président de l'ASBL Werkgroep Morkhoven
 

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl Faiderstraat 10
1060 Sint-Gillis
nr. 443.439.55
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu

http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/
http://www.droitfondamental.eu/

 


 

prev13Voici une liste avec plus de 20 hospitalisations d’urgence et d’opération subit par Marcel Vervloesem et qui ont été envoyés plus de 40 fois au Ministre De Clerk et ses collaborateurs de cabinet.

Le Ministre qui prône une justice « humaine et équitable » estime qu’un prisonnier ne peut être sorti de prison que 3 jours avant sa mort supposée…

1) Cancer malin – Hopital St H. Hart à Lier – 2 fois
2) Reins – 5 fois – Hôpital St Elisabeth à Herentals
3) Pancréas – 2 fois – 1X Hopital St H. Hart à Lier, 1X UIA d’Anvers
4) Urgence en soins intensifs pancréatite 2 –
5) Urgence en soins intensifs pancréatite 1 – UIA d’Anvers
6) Soins intensifs – Hôpital Fabiola à Sambreville/Hôpital St Elisabeth à Herentals 11X
7) Reins – Gasthuisberg à Louvain – 2 X
8. Disfonctionnement cardiaque opération à l’AZ Imelda Bonheiden – 3X
9) Soins intensifs diabétiques – Hopital St H. Hart à Lier 4X
10) Reins – Hopital St H. Hart à Lier – 1X
11) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges – 1X
12) Dialyse rénale – Hopital St H. Hart à Lier- 1X
13) Hémorragie interne – AZ St Jan Bruges – 1X
14) Opération – AZ St Jan Bruges – 1X
15) Placement chirugical de tuyaux de dialyse – AZ St Jan Bruges – 1X
16) Soins intensifs cardio – St Elisabeth Turnhout – 1X
17) Urgence soins intensifs anémie (leucémie) – St Elisabeth Turnhout – 1X
18) Urgence soins intensifs – St Elisabeth à Herentals – 1X
19) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges
20) En date du 14 mai 2009 il devait du à des problèmes cardiaque consécutif entre autre au manque de médication et un traitement insuffisant être admit en urgence à l’hôpital AZ Sint Jan Bruges mais la direction de la prison avec son avis négatif a réussi 1 jour avant l’admission sur base du rapport du PSD éviter cette admission.


kaartvzw Werkgroep Morkhoven – le réseau pédocriminel de Zandvoort:

http://tevirepedo.droitfondamental.eu/
Morkhoven Skynet
Droit Fondamental – (French, English, Italian)
Zandvoort case
Website – http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
Réseau Zandvoort
Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz
Médecine – Droit Fondamental
Patrice Verdi
Verdwijningen – Disparitions – Missing children

Gevangenis Turnhout
Marcel Vervloesem
Afdeling 4 – Cel: 86
Wezenstraat, 1
2300 Turnhout
Belgique

Signez la pétition ‘Free Marcel Vervloesem!’

Tortures, Belgique, prisons, prison de Hasselt, lettre ouverte, ministre de la justice

Tortures en prison de Hasselt: Lettre au ministre de la justice

 

01/01/2010

Marcel Vervloesem: Lettre au Président du Werkgroep Morkhoven


prisoner

 

Paris, 1 janvier 2010

A Monsieur Jan Boeykens, Président du Werkgroep Morkhoven

 

Effectivement Jan, cela n'est pas possible que Marcel continue à souffrir comme ça. Nous sommes toujours contraints de publier des articles car le fait d'écrire secrètement à tous les interlocuteurs responsables ne change rien et ne suffit pas à être entendus pour soigner Marcel durablement...

J'ai remarqué que les décisions qui sont prises ne le sont qu'après que nous ayons publié des nouvelles sur les souffrances de marcel mais sitôt qu'il est fait un pas en avant cela recommence alors ?

Comment obtenir une hospitalisation de Marcel assez longue pour rééquilibrer à nouveau le diabète qui a été déséquilibré par la détention en isolement et le stress qu'on lui impose? Pour soigner ses reins et son cœur, pour le soulager et traiter son cancer métastasé ?

Nous sommes condamnés à continuer à publier alors qu'il suffirait qu'ils prennent en compte les demandes officielles de son avocat et que cessent les retards dans la transmission de ses rapports et nos demandes pour que nous cessions.

Nos demandes sont légitimes car Marcel est vraiment malade gravement et à chaque fois sa santé se détériore un peu plus. Sa survie n'est pas gagnée et elle ne pourra l'être que si une hospitalisation est décidée très vite pour lui.

Le fait que l'administration dise maintenant que la démocratie impose qu'il ne soit pas menotté davantage que ce qu'il l'a déjà été en allant à l'hôpital est une façon de nous faire porter la responsabilité de la non hospitalisation de Marcel à cause du fait que nous avons déjà dénoncé ce menottage.

Mais la démocratie c'est appliquer à un détenu malade les mêmes droits qu'un individu libre à être soigné totalement jusqu'à complète guérison ou si cela n'est pas possible jusqu'à constante amélioration pendant un temps assez long pour que les médecins puissent faire convenablement leur travail et que sa vie ne soit plus sans cesse en danger.

Cela, toutes les conventions (belges et internationales) le disent et il faut juste les appliquer.

Nous allons continuer sans relâche à demander l'hospitalisation de Marcel et sa libération pour raison de santé au Ministre de la Justice qui peut seul en décider.

Amicalement

Martine


Martine Mangione

http://tevirepedo.droitfondamental.eu/


La situation de Marcel Vervloesem depuis son transfert de la prison de Brugge vers la prison de Turnhout (30 juin 2009 au  24 novembre 2009)

Situation médicale:

21 visites chez le médecin:
1 juillet 2009 - 10  juillet  2009 - 24  juillet  2009 - 30  juillet  2009 - 8  juillet 2009 - 18  juillet  2009 - 27  juillet  2009 - 11 août 2009 - 15 août 2009 - 17 août 2009 - 21 août 2009 - 21 août 2009 - 1 septembre 2009 - 5 septembre  2009 - 11 septembre 2009 - 4 octobre 2009 - 6 octobre 2009 - 8 octobre 2009 - 24 octobre 2009 - 11 novembre 2009 - 18 novembre 2009

6 examens médicaux:
13 août 2009: Analyses sanguines
13 août 2009: Analyses urinaires
20 août 2009: Consultation oculaire par le Dr.Van O. de Turnhout
26 août 2009: Examen diabétique par le spécialistz Dr. A AZ Sint-Jozef, Turnhout
31 août 2009: Analyses urinaires 
24 octobre 2009: Analyses urinaires 

2 injections(vaccins):
6 octobre 2009: grippe
11 novembre 2009: grippe Mexicaine

Soins des pieds du au diabète:
19 août 2009

Soins a cause diabète et controle cardiaque:
615 visites

2 requête de Brugge pour la restitution des résultats d'examens (cardiaques + ...):
11 septembeer 2009
8 octobre 2009

3 demandes d'obtention des dossiers médicaux de Marcel par son avocat:
3 septembre 2009 - L'hôpital  AZ Sint-Jan de Brugge a fait parvenir le dossier 
9 september 2009 - L'hôpital  Sint-Elisabeth a fait parvenir le dossier 
14 octobre 2009 - Dr. F. Van Mol, directeur-general du Service de Santé pénitentiaire du Ministère de la Justice à envoyé le dossier chirurgical de Marcel à son avocat.

kaartvzw Werkgroep Morkhoven - le réseau pédocriminel de Zandvoort:

Werkgroep Morkhoven - Wordpress
vidéos: le réseau pédocriminel de Zandvoort
vidéos: Zandvoort etc. (1)
vidéos: Zandvoort etc. (2)
Werkgroep Morkhoven - Skynet
http://droitfondamental.eu/


27/12/2009

Réseau de Zandvoort - Marcel Vervloesem: Lettre Ouverte


tralies.imagesBruxelles, 27 décembre 2009

Nous avons eu Marcel ce soir au téléphone. Son moral est meilleur à nouveau mais son niveau de sucre est tombé de 600 à 60 maintenant...

Il y a quelques jours nous lui avons rendu visite. Il était très affaibli mais avait retrouvé le moral. Il avait des problèmes de déshydration qui peuvent devenir très dangereux dans son cas et il rentrait juste de l'hôpital où il est resté à peine 2 heures (ça ne suffit pas pour un réhydration complète et un bilan complet).

Le médecin qui était parfaitement au courant des faits des derniers jours, lui a demandé s’il ne serait 'pas possible de moins critiquer les médecins sur le web site'. C'est un peu bizarre après la dernière situation il y 4 semaines avec Erwin Boosten du service psycho-social de la justice à la prison de Turnhout, et qui a été suivie par l'isolation de Marcel qui est tombé gravement malade sans qu'on fasse quelque chose pour lui.

Marcel peut sortir maintenant de sa cellule 6 fois par jour, ce qui est absolument nécessaire dans sa situation médicale. Mais ce n'est pas une solution.

L'année passée il y a eu une dizaine de situations identiques. C'était presque systématique et bien calculé. Chaque fois ce qui reste à Marcel de santé, est à nouveau brisé. Chaque fois nous étions obligés de faire des appels à l’aide désespérés partout pour sauver sa vie.
Chaque fois après une semaine, deux semaines, trois semaines de publications sur internet, on prenait enfin des décisions médicales pour aider Marcel.
C'est un miracle qu'il vive encore. Mais il est clair que ce jeu sadique qui est fait justement pour le détruire et l'assassiner lentement, ne peut pas continuer.

J'ai maintenant un dossier d'un autre prisonnier de la prison de Bruges.
Et il est traité d’une manière identique à celle qu’on utilise avec Marcel.
Le service psycho-médical (PSD) créé initialement pour la 'réintégration et reclassement des prisonniers', utilise la même méthode sadique pour briser ce prisonnier qui se comporte correct et qui n'a jamais eu de sanction.
On 'oublie d’ajouter des rapports', on fait comme si certains rapports n'étaient pas arrivés, le dossier n'est 'pas complet' au moment où l'affaire vient devant le tribunal d’application des peines, on ment constamment, on torture psychologiquement par un jeu continuel d'espoir et de désespoir etc.
Le dossier du prisonnier est complètement bloqué.

Il ne fait aucun doute que c'est un système criminel utilisé par des hommes qui auraient parfaitement pu travailler dans les camps de prisonniers américains où on utilise toutes sortes de tortures avec l'accord du président américain.

Jan Boeykens
Président du Werkgroep Morkhoven

 

23/12/2009

Prisons belges: lettre aux parlementaires


TraliesimagesBruxelles, 22.12.2009

Madame, Monsieur le Député

Madame, Monsieur,

Nous vous demandons solennellement d’intervenir auprès du Ministre de la Justice afin de demander l’hospitalisation d'extrême urgence de Monsieur Marcel Vervloesem, qui demandée par le médecin de la prison de Turnhout pour son état de pré-coma insulinique avec des chiffres de glycémie qui ne sont plus mesurables et une réévaluation de son traitement, doit se faire impérativement en milieu hospitalier, par un passage en RÉANIMATION.

Le gouvernement belge, le Ministre de la justice, l’administration pénitentiaire, les députés belges et européens sont informés régulièrement par diverses associations, dont la notre, du traitement indigne et inhumain assimilable à la torture auquel est soumis ce prisonnier d’exception. Tous sont avisés depuis le 5 septembre 2008, du refus systématique d'octroyer des soins de santé à Marcel Vervloesem, assurant de le maintenir en permanence en danger de mort. Marcel Vervloesem a perdu 8 kilos en trois semaines, ce qui est le signe d'une quatrième métastase de son cancer, qui a été laissé sans soin, en dépit de la demande du médecin de la prison d'un protocole de soin le 10 septembre 2008. Il a actuellement du mal à tenir debout. Il a souffre de nausées, vomissements, vertiges permanents et il devient aveugle : ce sont les signes du pré-coma.

En 2005 déjà, lors d'une incarcération illégale (soumise au jugement de la Cour Européenne des Droits de l'Homme), une fonctionnaire de Ministère de la Justice avait répondu à la demande de s'il était normal de réveiller un patient cardiaque tout les quarts d'heure:
"Mais non, on ne va pas le réveiller tous les quarts d'heure: on va juste voir s'il n'est pas mort". Depuis, le Ministre de la Justice, par l'intermédiaire de ses services, reproche officiellement à Marcel Vervloesem ses contacts avec les ONG de la protection des droits de l'homme, pour leurs publications via leurs médias Internet. Les fonctionnaires ne répondent plus, ni au courrier, ni par téléphone, qu'en répétant systématiquement les mêmes phrases.

La semaine passée, Jan Boeykens, le Président de l'ONG Werkgroep Morkhoven, a contacté par mail et téléphone la direction générale des institutions pénitentiaires et le cabinet du Ministre de la Justice pour rappeler l’urgence de l'hospitalisation. Il a encore appelé ce 21 décembre 2009, mais avant midi, tout le monde étaient "en réunion". Il a parlé à Luc Stas, un conseiller néerlandophone du ministre de la Justice Stefaan De Clerck, qui a déclaré, qu'il "ne répondait aux questions concernant les détenus par téléphone" et il lui a raccroché au nez. Il a parlé à Lieselot Bleyenberg, porte-parole adjointe du Ministre, qui a répondu qu’elle contacterait le service médical. Il a parlé à une collaboratrice de la direction générale des institutions pénitentiaires à Bruxelles, Vanessa Bury, qui est supposée suivre le dossier, mais qui était encore "en réunion".

Un autre fonctionnaire a répondu de contacter le médecin ou le directeur de la prison. Or, l'attaché de direction de la prison de Turnhout, Eric Geudens, a répondu à Maître Raf Jespers, l'avocat de Marcel Vervloesem, qu'il n'y avait 'aucun problème'. En octobre 2008, ce même Geudens avait répondu au téléphone "que l'état de santé de Marcel Vervloesem ne justifiait pas d'hospitalisation". Le lendemain, il n'avait plus que 24 battements de cœur par minute et était emmené en ambulance médicalisée à l'hôpital de Turnhout, où les médecins ont passé 13 heures à le réanimer.

Il apparaît clairement que le Ministère veut prévenir les bêtises de ses fonctionnaires, telles que d'expliquer aux ONG que les gardiens de prisons doivent contrôler tous les quarts d'heure si les prisonniers malades ne sont pas morts. Depuis, les fonctionnaires reportent systématiquement la faute sur l'avocat (sous-entendant que celui de Marcel Vervloesem est un bon à rien), sur le directeur et le médecin de la prison. Or, un article paru le journal "Het Nieuwsblad" publié le 10 2008, démontre que ce sont les services du ministère de la justice de Bruxelles qui s'étaient opposés à une hospitalisation de Marcel Vervloesem, pourtant ordonnée par le médecin de la prison de Turnhout.
Cette interdiction d'hospitalisation avait obligé à renvoyer l'ambulance appelée par le médecin.

En Mars 2009, le Ministre de la Justice a proposé à Mr Vervloesem une pilule pour provoquer un arrêt cardiaque.

Le 26 juin 2009, juge du tribunal de la peine a dit dans son arrêt que 'SEUL LE MINISTRE PEUT DECIDER D'UNE LIBERTE CONDITIONNELLE POUR DES RAISONS MEDICALES', ce qui a été confirmé par la Cour de Cassation.

Le 13 juillet 2009, dans sa lettre à Paul Van Buitenen, Membre du Parlement Européen, le Ministre de la justice a assuré qu’il ne lui était pas permis d’intervenir, en vertu de la loi du 17 mai 2006 concernant (…) l’attribution d’un contrôle électronique est de la compétence exclusive du tribunal d’application des peines.

Le 4 septembre 2009, en réponse à la question parlementaire n° 4-3231, le Ministre de la Justice a assuré que le titre onze de cette loi votée, qui attribue à ce tribunal de juger des libérations conditionnelles pour raison de santé ne serait pas applicable en raison de "l’état de la surpopulation dans les prisons", mais que cela "ne cause aucun préjudice aux détenus".

Notre association a envoyé une lettre recommandée à Mr Stefaan De Clerck pour l’informer personnellement des pathologies très lourdes de Marcel Vervloesem et de la nécessité de lui faire bénéficier d’une liberté conditionnelle pour raison de santé. Nous n’avons obtenu aucune réponse jusqu’à ce jour.

La responsabilité du gouvernement belge, parfaitement au courant de la situation, est donc pleine en tout état de cause :

1°) non-assistance à personne en danger de mort à de nombreuses reprises.
2°) blocage de l'application de la loi sur la libération conditionnelle pour raison de santé et sur le droit des détenus à des soins de santé de qualité identique à celles accessibles aux personnes du monde libre.

Nous insistons auprès de vous, tant l’heure est grave pour nos démocraties, quand homme se meurt, sans qu’aucune des instances avisées ne veuillent intervenir pour lui épargner des souffrances aigües. Chaque jour compte dans la situation de santé de Marcel Vervloesem et il s’achemine de façon certaine vers la mort à brève échéance.

Respectueusement,

 

Martine Mangione

Présidente de l’association Marcel Vervloesem-Tevirepedo
Tevirpedo@droitfondamental.eu

http://tevirepedo.droitfondamental.eu/

------------------------------

Van Tevirepedo Tevirepedo@droitfondamental.eu
Aan meyrem almacidekamer, gerolf annemansdekamer, marie.arena lachambre, josy.arens lachambre, yolande.avontroodt dekamer, daniel.bacquelaine lachambre,xavier.baeselen lachambre, ronny.balcaen lachambre, sonja.becq dekamer, francois.bellot lachambre, philippe.blanchart lachambre, hendrik.bogaert dekamer, hans.bonte dekamer,juliette.boulet lachambre, christian.brotcorne lachambre, koen.bultinck dekamer,colette.burgeon lachambre, ingrid.claes dekamer, david.clarinval lachambre, guy.coeme lachambre, patrick.cocriamon lachambre, alexandra.colen dekamer, francoise.colinia lachambre, philippe.collard lachambre, jean.cornil lachambre, valerie.deom lachambre,guy.dhaeseleer dekamer, hendrik.daems dekamer, georges.dallemagne lachambre,maggie.deblock dekamer, rita.debont dekamer, valerie.debue lachambre, mathias.declercq dekamer, herman.decroo dekamer, francois.dedonnea lachambre, patrick.degroote dekamer, martine.demaght dekamer, filip.deman dekamer, corinne.depermentier lachambre, jenne.depotter dekamer, els.de.rammelaere dekamer, mia.deschamphelaere dekamer, wouter.de.vriendt dekamer, jeanmarie.dedecker dekamer, roland.defreyne dekamer, katia.dellafaille dekamer, roel.deseyn dekamer, olivier.destrebecq lachambre,maya.detiege dekamer, patrick.dewael dekamer, leen.dierick dekamer, camille.dieu lachambre, michel.doomst dekamer, dalila.douifi dekamer, daniel.ducarme lachambre,denis.ducarme lachambre, andre.flahaut lachambre, jean-jacques.flahaux lachambre,catherine.fonck lachambre, andre.frederic lachambre, jacqueline.galant lachambre,david.geerts dekamer, zoe.genot lachambre, joseph.george lachambre, muriel.gerkens lachambre, thierry.giet lachambre, georges.gilkinet lachambre, luc.goutry dekamer,hagen.goyvaerts dekamer, luc.gustin lachambre, olivier.hamal lachambre, kattrin.jadin lachambre, eric.jadot lachambre, jan.jambon dekamer, gerald.kindermans dekamer,meryame.kitir dekamer, bart.laeremans dekamer, sabien.lahaye-battheu dekamer, fouad.lahssaini lachambre, karine.lalieux lachambre, marie.claire.lambert lachambre, renaat.landuyt dekamer, david.lavaux lachambre, carine.lecomte lachambre, josee.lejeune lachambre, eric.libert lachambre, peter.logghe dekamer, peter.luykx dekamer, olivier.maingain lachambre, mariechristine.marghem lachambre, alain.mathot lachambre, yvan.mayeur lachambre, guy.milcamps lachambre, patrick.moriau lachambre, jan.mortelmans dekamer, linda.musin lachambre, nathalie.muylle dekamer,clotilde.nyssens lachambre, jacques.otlet lachambre, katrien.partyka dekamer,barbara.pas dekamer, jan.peeters dekamer, andre.perpete lachambre, cathy.plasman dekamer, annick.ponthier dekamer,magda.raemaekers dekamer, willem-frederik.schiltz dekamer, bert.schoofs dekamer, marie-martine.schyns lachambre, luc.sevenhans dekamer, sarah.smeyers dekamer, therese.snoyetdoppuers lachambre, bart.somers dekamer, ine.somers dekamer, sofie.staelraeve dekamer, bruno.stevenheydens dekamer, isabelle.tasiaux lachambre, raf.terwingen dekamer, eric.thiebaut lachambre, bruno.tobback dekamer,bruno.tuybens dekamer, ilse.uyttersprot dekamer, bruno.valkeniers dekamer, Luk.Van.Biesen dekamer, christine.vanbroeckhoven dekamer, ludo.vancampenhout dekamer, carina.vancauter dekamer, lieve.vandaele dekamer, robert.vandevelde dekamer, jef.vandenbergh dekamer, francis.v.d.eynde dekamer, liesbeth.vanderauwera dekamer, dirk.vandermaelen dekamer, tinne.vanderstraeten dekamer, bruno.vangrootenbrulle lachambre, stefaan.van.hecke dekamer, flor.vannoppen dekamer, ludwig.vandenhove dekamer, paul.vanhie dekamer, hilde.vautmans dekamer, stefaan.vercamer dekamer, mark.verhaegen dekamer, s.verherstraeten dekamer, geert.versnick dekamer, dirk.vijnck dekamer, kristof.waterschoot dekamer, ben.weyts dekamer, brigitte.wiaux lachambre, hilal.yalcin dekamer
cc: antwerp progresslaw.net, Jan Boeykens werkgroepmorkhoven, oip oipbelgique
Datum: 22 december 2009
Onderwerp: Marcel Vervloesem en pré coma a besoin d'une hospitalisation immédiate


kaartvzw Werkgroep Morkhoven - le réseau pédocriminel de Zandvoort:

Werkgroep Morkhoven - Wordpress
vidéos: le réseau pédocriminel de Zandvoort
vidéos: Zandvoort etc. (1)
vidéos: Zandvoort etc. (2)
Werkgroep Morkhoven - Skynet
http://droitfondamental.eu/

08/12/2009

Les réseaux pédocriminels et la corruption en Belgique: Filip Marceron


Corruption 1

20-9-2009

Cela fait plusieurs années que Mr Marcel Vervloesem est persecuté par la « justice » belge pour avoir fourni la preuve de l’existence des réseaux pédophiles en Belgique et a été condamné à la suite d’un proces truqué : ceux qui détiennent actuellement le pouvoir en Belgique ont essayé de le faire mourir en prison, comble de la malfaisance et de l’injustice.
Comment les policiers belges peuvent-ils collaborer à autant de monstruosités visant a protéger ceux qui éprouvent le besoin maladif de violer, torturer et prostituer des enfants ?
L’affaire Dutroux a été étouffée malgré toute l’horreur qu’elle suscite. La Belgique devient un objet de dégout pour la communauté internationale.
Qu’attendent les policiers d’active pour arrêter les malfaiteurs officiels et rétablir la justice ? N’ont-ils donc plus d’âme, plus de coeur, plus de conscience ?

Filip Marceron

—–

9-11-2009

Monsieur,

Les policiers se doivent de respecter :
Le principe d’égalité des citoyens devant la loi, implique nécessairement l’égalité des citoyens devant l’application qui est faite de la loi par l’institution judiciaire.
• Le principe d’égalité de tous les individus devant la justice possède une valeur constitutionnelle, cela implique qu’ils doivent être traités de manière identique par les juridictions.
• Concrètement, l’égalité devant la justice se traduit par la consécration d’un droit au juge naturel : les justiciables se trouvant dans une situation identique doivent être jugés par un même tribunal, selon les mêmes règles de procédure et de fond. Notre association est confiante en ses institutions.
Je ne saurais donc être d’accord avec votre courrier.

Emile Aubly (Staff)
Vice-Président National
Nationale Ondervoorzitter

—-

16-11-2009

Cela fait des années que Mr Vervloesem est persecuté pour avoir fourni la preuve des réseaux pédophiles en Belgique et en France : il est donc scandaleux qu’on l’ait remercié par des années de prison plus tentatives d’assassinat en lui refusant les soins medicaux que necessitent ses maladies.
Vous ne pouvez pas être honnête lorsque vous affirmez que tout est correct en Belgique, les mensonges sont tellement gros qu’il est incroyable qu’on ose les formuler. Dutroux un criminel 'isolé' qui lui d’ailleurs n’est guere resté en prison ! Donc en Belgique les massacreurs d’enfants sont protégés par la justice et la police : incroyable pour un pays autrefois civilisé et humaniste. Je boycotte et appelle au boycott de tous produits et services émanant de la Belgique jusqu’a ce qu’une vraie justice soit rétablie. N’avez-vous plus de conscience morale ???

Filip Marceron

—–

4-12-2009

Monsieur,

L’I.P.A Belgique A.S.B.L est une association de policiers et n’est nullement concernée par les propos de votre lettre. Je vous prie, en conséquence, de vous adresser à la personne habilitée à traiter vos différentes remarques.

AUBLY Emile (Staff)
Vice-Président National
Nationale Ondervoorzitter

http://www.ipa.be/mail/nl/ticketview.php?cmd=view&id=...

 

07/12/2009

Marcel Vervloesem: Lettre de Martine Mangione, Présidente de Tevirepedo


ziekenbed.ketensParis, 4.12.2009

Werkgroep Morkhoven

Cher Mr le Président,

Je vous remercie de ces informations.

La demande de notre association du 14/10/2009 à votre Ministre de la Justice de lui faire parvenir le double du dossier médical de Marcel Vervloesem et ce en ma qualité de personne de confiance désignée par lui, n'a donné lieu à aucun envoi.

Il semblerait que son dossier ait été envoyé à son avocat à cette même date.

Au vu des informations ci-dessous il apparait que Marcel Vervloesem ne reçoit aucun soin pour son cancer ainsi que pour son insuffisance rénale, aucune surveillance spécifique pour sa pathologie cardiaque et que le service médical de la prison ne s'occupe manifestement que de surveiller et traiter son diabète et de le vacciner contre la grippe.

Je souhaiterais donc que Maitre Jespers me fasse parvenir les compte-rendus chirurgicaux de Marcel que je traduirais afin de voir ce qui lui a été fait, évaluer les risques et évolutions à venir et la surveillance dont il devrait bénéficier. Merci donc de me donner sescoordonnées afin que je lui écrive.

Sincèrement

Martine Mangione
Présidente de Tevirepedo

 


La situation de Marcel Vervloesem depuis son transfert de la prison de Brugge vers la prison de Turnhout (30 juin 2009 au  24 novembre 2009)

Situation médicale:

21 vistes chez le médecin:
1 juillet 2009 - 10  juillet  2009 - 24  juillet  2009 - 30  juillet  2009 - 8  juillet 2009 - 18  juillet  2009 - 27  juillet  2009 - 11 août 2009 - 15 août 2009 - 17 août 2009 - 21 août 2009 - 21 août 2009 - 1 septembre 2009 - 5 septembre  2009 - 11 septembre 2009 - 4 octobre 2009 - 6 octobre 2009 - 8 octobre 2009 - 24 octobre 2009 - 11 novembre 2009 - 18 novembre 2009

6 examens médicaux:
13 août 2009: Analyses sanguines
13 août 2009: Analyses urinaires
20 août 2009: Consultation oculaire par le Dr.Van O. de Turnhout
26 août 2009: Examen diabétique par le spécialistz Dr. A AZ Sint-Jozef, Turnhout
31 août 2009: Analyses urinaires 
24 octobre 2009: Analyses urinaires 

2 injections(vaccins):
6 octobre 2009: grippe
11 novembre 2009: grippe Mexicaine

Soins des pieds du au diabète:
19 août 2009

Soins a cause diabète et controle cardiaque:
615 visites

2 requête de Brugge pour la restitution des résultats d'examens (cardiaques + ...):
11 septembeer 2009
8 octobre 2009

3 demandes d'obtention des dossiers médicaux de Marcel par son avocat:
3 septembre 2009 - L'hôpital  AZ Sint-Jan de Brugge a fait parvenir le dossier 
9 september 2009 - L'hôpital  Sint-Elisabeth a fait parvenir le dossier 
14 octobre 2009 - Dr. F. Van Mol, directeur-general du Service de Santé pénitentiaire du Ministère de la Justice à envoyé le dossier chirurgical de Marcel à son avocat.

 


 

25/11/2009

Communiqué du Werkgroep Morkhoven: 21 janvier 2009


E468.tuinARCHIVES

Communiqué du Werkgroep Morkhoven: 21 janvier 2009
(traduction libre - VO)

Marcel Vervloesem, l’activiste du Werkgroep Morkhoven qui a exposé du l’affaire de pédopornographie Zandvoort, dont le Conseil Supérieur de la Justice a confirmé le vols de pièces décharges de son dossier pénal, a été condamné à quatre ans prison et doit paraître demain dans une commission disciplinaire à la prison à Bruges.

Il doit se justifier pour avoir entammé une procédure d'euthanasie et débranché sa pompe à insuline en protestation contre la falsification de son dossier médical et la série de sanctions disciplinaires interminables qui lui ont été imposés ces mois passés.

Marcel Vervloesem une nouvelle fois a été enfermé la semaine passée 24 heures à 24 heures dans une cellule s'isolement, sans surveillance médicale. Il n'a pas eu de contact, de télévision et aucune forme de détente, alors que le docteur Proot (son médecin traitant en prison) lui a dit qu'il "ne s'agissait pas d'une mesure disciplinaire" et lui avait promis qu'il pourrait quitter cette cellule régulièrement, entre autres pour la promenade avec les prisonniers.

Le transfert est entièrement injustifiable, probablement survenu à la demande du docteur Van Mol, Médecin-Chef du service des soins de santé en prison, sous l'autorité du ministre de Justice Stefaan De Clerck et se commet en concertation personnelle avec lui. Marcel Vervloesem souffre de cancer et d'une lourde le forme de diabète, ses reins ne fonctionnent qu'à 60%, il a du subir au cours des mois dernier cinq hospitalisations d'urgence, être opéré d'urgence cinq fois en quelques semaines le temps, le médecin de prison Proot lui a laissé huit possibilités d'infarctus, si réels qu'il devrait dans deux semaines subir deux opérations successives à coeur ouvert. Marcel a eu différentes transfusions de sang, se trouvait relié à la machine rétablir son rythme cardiaque, a dû subir une dialyse pendant plusieurs semaines, a déjà depuis plusieurs semaines une blessure infectée à l'aîne gauche et dépend depuis peu, d'une pompe à insuline.

Le Werkgroep Morkhoven a, il y a quelques semaines, révélé que Marcel Vervloesem a été enchaîné à la table d'opération lors de son hospitalisation récente à l'hopital Saint Jean de Bruges. "Une chose de ce genre n'arrive pas", avait dit le Dr Van Mol en 2002, dans le cas d'un autre prisonnier à qui la même chose était justement arrivée.Le Werkgroep Morkhoven se plaint du nombre de faits en quelques semaines qui ont été modifiés dans le rapport médical du Dr Van Mol, à destination du service des cas individuels, qui doit décider de la libération pour raison de santé. Beaucoup d'informations médicales au sujet de Marcel Vervloesem ont été déformées ou inexactement exposées.
Les informations capitales sur la compatibilité de son état de santé avec son emprisonnement (comme les opérations à coeur ouvert et ses cancers) ont été omis dans le rapport, qui prétend même que Marcel Vervloesem serait "un fumeur", alors qu'il n'a jamais fumé.

Aussi, Maître Raf Jespers, l'avocat de Marcel Vervloesem, est apparu avoir été informé qu'il aura fallu des des mois pour trouver son dossier et réaliser que les rapports médicaux avaient été envoyés "par erreur", dans une autre prison. Le Werkgroep Morkhoven ne voit pas le moyen de résoudre la "surpopulation" dans les prisons belges en laissant des prisonniers malades en stade presque terminal en prison.

La commission disciplinaire ne décidera pas d'enfermer Marcel Vervloesem nu jour et nuit, avec les mains et les pieds menottés à un lit dans un cachot souterrain de la prison de Bruges (punition normale). La commission disciplinaire saisira probablement l'occasion uniquement pour isoler entièrement Marcel Vervloesem du monde extérieur, alors qu'il est très gravement malade, ce qui peut mener dans son état de santé actuel, à sa mort. On espère de cette façon étouffer les scandales et la procédure d'euthanasie avec laquelle Marcel Vervloesem commence le 1.2.2009 et autour desquels il y a eu beaucoup d'attention médiatique.

Le ministre de Justice le Clerck, a été avisé les derniers jours, de l'altitude attachée à ces faits, aussi bien par le Werkgroep Morkhoven que par l'avocat de Marcel Vervloesem, mais n'a pas encore réagi. Dans la prison Bruges, beaucoup détenus semblent mourir de manière mystérieuse, en manque de soin et de médication. La Convention des Droits de l'Homme, qui interdit les traitements humiliants et les tortures, est enfreint quotidiennement.

Aucun compte n'est tenu des tribunaux de l'application des peines, ou de la loi Dupont qui détermine les droits des prisonniers et prévoit des commissions de surveillance pour le contrôle de l'application de la loi. Le Ligue belge des Droits de l'Homme et le Comité de l'ONU contre les tortures vient encore d'exposer les tortures dans les prisons belges et a appelé le gouvernement belge à créer d'urgence un organe de contrôle national pour les prisons, alors que ce contrôle prévu par la Loi Dupont n'est pas effectué.

Jan Boeykens
Le président a.s.b.l. groupe de travail Morkhoven

-------

Les sanctions ont été de un mois d’interdiction :

de sortie de la cellule, en ce compris pour la messe, avec maintient de la possibilité de bénédiction (extrême onction) dans la cellule ;
de visite, à l’exception de sa famille, et uniquement derrière la vitre, selon le régime pour terroristes ;
de téléphoner, sauf à son avocat, et au médiateur qui ne répond pas à son courrier
Et un mois de violations de la vie privée avec contrôle du courrier sortant, dont les enveloppes doivent être remises ouvertes au gardien ;


02-truth-freedom

http://tevirepedo.droitfondamental.eu/
Morkhoven Skynet
Droit Fondamental - (French, English, Italian)
Zandvoort case
Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
Réseau Zandvoort
Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz
Médecine - Droit Fondamental
Patrice Verdi


21/11/2009

Pornographie enfantine de Zandvoort: Lettre ouverte au député Mark Rutte


Rutte

Affaire de pornographie enfantine de Zandvoort: Lettre ouverte au député VVD Mark Rutte (Hollande)

De: Jan Boeykens
A: m.rutte.tweedekamer
date: 10 november 2009
Sujet: pédocriminalité

 

Membres de la Chambre - VVD
Attn Monsieur Mark Rutte


Cher Monsieur Rutte,

Concerne: Lutte contre les réseaux pédocriminels


J'ai remarqué que le VVD soutient le pseudo chasseur de pédocriminels Chris Hölsken.

Ma question à vous est la suivante : Que pense entreprendre le VVD contre les réseaux pédo-pornograpiques, tels que l'affaire de pornographie enfantine de Zandvoort qui compte une dizaine de milliers de victimes (un rapport de la police fédérale Belge parle de 88539 photos d'enfants dont 75 % sont clairement abusés) et qui a été étouffé par les gouvernements et Ministres de la Justice, Néerlandais, Belge et Français d'une main d'experts.


En attente d'une réponse de votre part.
Respectueusement, 

Jan Boeykens
Président de l'Asbl Werkgroep Morkhoven
Faiderstraat 

1060 Sint-Gillis

nr. 443.439.55
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/
http://www.droitfondamental.eu/

--------------

De: Rutte M. tweedekamer.nl
à: Jan Boeykens werkgroepmorkhoven
cc: Teeven F. tweedekamer
datum: 10 november 2009
Sujet RE: pedocriminalité


Cher Monsieur, 


Par la présente j'accuse bonne réception de votre e-mail ci-dessous
Aux vues du contenu de ce dernier je l'ai porté à l'attention de mon confrère Fred Teeven.


En espérant avoir pu vous aider.

Cordialement
Mark Rutte


02-truth-freedom

http://tevirepedo.droitfondamental.eu/
Morkhoven Skynet
Droit Fondamental - (French, English, Italian)
Zandvoort case
Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
Réseau Zandvoort
Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz
Médecine - Droit Fondamental
Patrice Verdi

Photo: Mark Rutte


Politique carcérale en Belgique: Lettre au Député Agnes Kant


agnes_kant2deK

Députée Parti Socialiste Agnes Kant (Hollande)

Chère Madame Kant, 

Concerne : Politique carcérale en Belgique

Vu que le SP était favorable à l'enfermement de prisonniers Belges dans une prison à Tilburg aux Pays-Bas, je vous envoie en annexe un article sur l'état des prisons en Belgique.

Vu qu'un bon nombres de prisonniers belges souffrent de la tuberculose due à des mauvais soins de santé, la tuberculose dérivera vers les Pays-Bas.

J'ai d'ores et déjà avertit les politiciens Néerlandais et le Ministre de la santé publique de ces problèmes, mais malheureusement mes remarques n'ont pas été prises au sérieux.
La raison fût qu'on était bien plus intéressé par les 90 millions d'euro que le gouvernement Néerlandais va encaisser pour la location de sa prison à Tilburg.
Les prisonniers belges sont considérés comme de la marchandise, rien de plus.

Marcel Vervloesem, membre de notre association, qui est gravement malade et qui vient d'être enfermé durant 7 jours dans des circonstances inhumaine en cellule d'isolation est un cas très spécial.
Comme vous le savez, en 1998 il a démasqué l'affaire de pornographie enfantine comptant 89539 victimes, suite à laquelle il fût poursuivi pendant 11, traité de violeur d'enfants.
Cette affaire a été étouffé aussi bien par la justice Néerlandaise, Française que la justice Belge, sans parler de l'Angleterre qui n'a même pas réagit.
Même la justice Allemande qui elle aussi a reçu une copie des cd-roms de Zandvoort a manqué à ses devoirs en n'enquêtant pas suffisamment sur la disparition de Manuel Schadwald, sur qui Marcel Vervloesem et Gina Bernard qui à été assassinée ont enquêtés.

En attente d'une réponse de votre part.

 

Respectueusement, 

Jan Boeykens
Président de l'Asbl Werkgroep Morkhoven

PS : En annexe je joint une copie de notre article sur  http://spiegel-van-de-nederlandse-politiek.skynetblogs.be/


02-truth-freedom

http://tevirepedo.droitfondamental.eu/
Morkhoven Skynet
Droit Fondamental - (French, English, Italian)
Zandvoort case
Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
Réseau Zandvoort
Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz
Médecine - Droit Fondamental
Patrice Verdi

Photo: Agnes Kant


19/11/2009

Les droits de l'homme en Belgique: Lettre Ouverte au Ministre de la Justice


D’un ministre de la Justice à l’autre, Marcel Vervloesem toujours privé de droit fondamental !

Lundi, novembre 9, 2009
By Presidente

stefaan-de-clerck-weigerde-fortis-arrest-te-verbreken_5_460x0Monsieur Stefaan De Clerck laissera t’il un meilleur bilan que son prédécesseur ? Sera t’il l’homme du Droit et d’une justice en accord avec les Droits de l’Homme ? Fera t’il libérer Marcel Vervloesem ? Il fut un temps où il félicitait devant les caméras, le sérieux du travail de Marcel Vervloesem et du Werkgroep Morkhoven comme un certain nombre d’hommes politiques d’ailleurs. Entre temps, beaucoup de magouilles et de diffamations ont amené Marcel Vervloesem en prison mais rien n’a été fait pour rétablir son honneur et son innocence.. Au contraire si l’on se penche sur tout ce qui a accablé cet homme, on s’aperçoit que tout a été fait pour l’amener de façon injuste en prison pour y mourir...


Quant un honnête homme ne peut plus compter sur la Justice de son pays alors que lui reste t’il ?

 

Ministre de la Justice
Stefaan De Clerck
Waterloolaan 115
1000 Brussel

 

Monsieur le Ministre,

Objet: Prison de Turnhout

J’espère que VOUS avez bien pris connaissance de mon courrier concernant le risque de suicide pour Monsieur Vervloesem dans la prison de Turnhout du fait que VOUS admettez que le service Psycho social (PSD)tripatouille avec les rapports des détenus, ce qui les mène à la détresse. Nous avons visité hier Monsieur Vervloesem dans la prison de Turnhout.

Vous n’ignorez sans doute pas qu’il est très mal. Il apparaît de nouveau que deux lettres de sa fille Wendy avec des timbres à l’intérieur ne lui ont pas été remises. Il est clair qu’on veut l’isoler entièrement du monde extérieur et on veut l’empêcher d’écrire encore aux parlementaires.

Une carte de la Néerlandaise Yvonne Van Hertum ne lui a pas été remise non plus. D’autres lettres ont été retenues ou lui ont été remises avec un retard de plusieurs semaines.

Le droit à la correspondance est de nouveau violé par ces agissements et je constate que VOUS n’êtes pas en mesure de mettre un terme à ces pratiques.

En admettant ces situations, VOUS attentez gravement au crédit qui peut être accordé au travail du personnel pénitentiaire.

Dans l’espoir de vous avoir informé suffisamment et dans l’attente de votre réponse recevez mes salutations respectueuses.

Je vous envoie une nouvelle fois la liste des opérations et de plus de 20 transfèrements subis par Monsieur Vervloesem pour que VOUS ne puissiez pas à posteriori raconter que VOUS « ne saviez rien ».

Cela prouve une nouvelle fois votre incohérence au sujet « des prisons surpeuplées » et le non-sens qui réside dans le fait que VOUS maintenez ce surpeuplement par la perpétuation de ces situations au sein des
prisons et que VOUS bloquez l’application du règlement vous-même.

g556n8m91) Cancer métastasé -Pancréas
2) Blocage des reins : Insuffisance rénale de 70%
3) coeur
4) Soins intensifs pour 1 pancréatite + cathétérisme cardiaque- Saint Elisabeth Herentals
5) Soins intensifs pour 1 pancréatite – UIA Anvers
6) Soins intensifs, Comas diabétiques -Fabiola hôpital de Sambre Ville –St Elisabeth Herentals – 11 fois
7) blocage des reins – Mons de maison l’hôpital Louvain – 2 fois
8. opérations cœur AZ Imelda Hôpital – 3 fois
9) bloc intensif et diabétique – H. L’hôpital de Chirurgie cardiaque – 4 fois
10) blocage des reins – Cathétérisme cardiaque – 1 fois
11) Intervention sur gangrène – AZ saint Jan Bruges – 1 fois
12) dialyses rénales- AZ saint Jan de Bruges – 5 fois
13) Hémorragie interne – AZ saint Jan Bruges – 1 fois
14) Gangrène Intervention – AZ saint Jan – 1 fois
15) Chirurgie rénale – AZ de Bruges saint Jan Bruges – 1 fois
16) Soins intensifs, cardiologie – saint Elisabeth Turnhout – 1 fois
17) Soins intensifs, l’anémie (leucémie) – saint Elisabeth Turnhout – 1 fois
18) Soins intensifs- coma d’insuline – Saint Elisabeth Herentals – 1 fois
19) Chirurgie cardiaque – AZ Saint-Jean Bruges
20) Hospitalisation le 14 mai 2009 pour de nouveaux problèmes cardiaques par suite entre autres d’un manque de soins et d’un traitement déficient, dans l’AZ saint Jan à Bruges mais la direction de prison est
parvenue en tout avec son conseil négatif, 1 jour pour cette insertion, sur base du rapport du PSD ceci à prévenir. Les transferts et opérations dans l’AZ Saint-Jean à Bruges et Saint-Elisabeth à Turnhout
ont eu lieu au cours de cette année d’emprisonnement de Marcel Vervloesem dans les prisons à Turnhout et à Bruges.

Jan Boeykens
Président de Werkgroep Morkhoven

Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Faiderstraat 10
1060 Saint-Gilles
nr. 443.439.55
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu

http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/
http://www.droitfondamental.eu/

http://tevirepedo.droitfondamental.eu/?p=698

 

 


http://tevirepedo.droitfondamental.eu/
Morkhoven Skynet
Droit Fondamental - (French, English, Italian)
Zandvoort case
Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
Réseau Zandvoort
Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz
Médecine - Droit Fondamental
Patrice Verdi

Photo: Ministre De Clerck ('Democrat-Chrétien')

 

18/11/2009

Dr. Giorgio Gagliardi: Lettre à Ministre De Clerck

tralies.verdi

 

Dr. Giorgio Gagliardi
Medico Psicoterapeuta
Docente di Psicoterapia Ipnotica AMISI-Milano
Consulente di diverse Associazioni Pro-Vittime
Tel. +39 347 4712328 - +39 0321 658762
Italie

Concerne : Marcel Vervloesem

Monsieur le Ministre,

C'est une véritable honte d'assister à la démolition programmée de l'homme qui a mis au jour les tristes plaies de la société, tels que les réseaux de production de pédopornographie, et qui pour récompense, a été incarcéré trois fois, dans le cadre de procédure manifestement manipulées de tribunaux, les journaux où autre presse, le poussant l'auto destructions, comme la grève de la faim et de la soif et maintenant, au suicide. Marcel même a été persuadé par autrui, de subir une euthanasie, d'abord par les traitements infligés en prisons, et maintenant, se rajoutent les menaces de cachot à cause des diverses publications par son association. Marcel n'est certes pas comparable à un prisonnier ordinaire, mais à un prisonnier qui semble devoir être détruit par tous les moyens.

Aucune des autorités que nous avons contactées et que nous contactons encore, n'ont répondu, sauf pour préciser la bureaucratie nécessaire à lui rendre visite en prison. Aucune des organisations religieuses ou internationales n'ont répondu à nos appels, sauf une fois, pour nous déférer à une organisation subsidiée par l'état belge qui n'a pas daigné répondre.
Le cas alarmant de Marcel n'a même pas été présenté à l'Observateur du Conseil de l'Europe, qui est venu en Belgique pour constater de la situation dans les prisons. Les sources belges font état du nombre alarmant de suicides, et qui croît à la prison de Bruges, comme s'il ne s'agissait pas d'un symptôme indicateur, déjà dénoncé les observateurs de l'ONU ?

J'ai suivi les vicissitudes médicales de Marcel et j'ai remarqué que certaines interventions et conséquences, comme la gangrène survenue à l'endroit où a été inséré le cathéter pour la coronarographie, étaient prévisibles, et qu'elles auraient pu être prévenues par un traitement correct.

Les services de la défense des victimes attachés à ces affaires doivent intervenir car la situation est anomale : les changements de cellule, les ambulances qui ne l'amènent pas dans un hôpital, mais dans autre prison, avec une centre médical ! Ensuite les médicaments essentiels qui ne sont pas toujours fournis.

C'est vraiment déplorable et je ne comprends pas comment aucune enquête n'a encore été ouverte sur ces modalités d'assistance aux prisonniers aussi malades que Marcel, qui sont menottés même sur un brancard ou attaché à divers opérateurs médicaux. Puis cela continues avec un changement de cellule, pour le mettre dans une cellule avec des excréments humains. Et si un prisonnier pourrait fuir malgré son état, pourquoi ne pas lui attribuer un bracelet électronique, plus sûr et moins douloureux que les menottes ?

Les documents disparus de son dossier et les vérités cachées par l'ex ministre de justice lors d'une récente interpellation parlementaire me reviennent toujours à la mémoire. Certes, on rajoute aux traitements imposés à Marcel, celui des enfants du réseau de Zandvoort qui demandent justice, que personnes n'écoute, qui n'ont plus voix et capitulent, pendant que par contre, il n'y a d'intérêt que pour décider Marcel à capituler, de manière à enlever une épine dans le flanc de quelques autorités et amis de l'hôpital d'Anvers, où le réseau Zandvoort est apparu la première foi. La loi, que même le prêtre de la prison de Bruges a demandé pour Marcel par humanité pour des questions majeurs et un directeur qui aurait répondu en haussant les épaules !

Un beau coup d'éponge et ensuite, le silence et la poussière du temps, qui cependant ne couvriront jamais bien, ni Marcel, ni les enfants victimes des réseaux pédocriminels mis en lumière et dénoncés par Marcel.

Le tribunal de Strasbourg peut toujours exposer la honte sur les accusations retenues contre Marcel, mais rien ne parviendra à résoudre, comme ce directeur en haussant les épaules, le fait que maintenant, tous voyagent sur Internet : les gens modestes ne sont plus illettrés, ni stupides, ni déficients, et peuvent sur Internet, lire les lignes et tirer leurs conclusions.

Distinctement

Giorgio Gagliardi
1612009
22033 Asso (Italie)

 


Voici une liste avec plus de 20 hospitalisations d’urgence et d’opération subit par Marcel Vervloesem et qui ont été envoyés plus de 40 fois au Ministre De Clerk et ses collaborateurs de cabinet.

Le Ministre qui prône une justice « humaine et équitable » estime qu’un prisonnier ne peut être sorti de prison que 3 jours avant sa mort supposée...

1) Cancer malin – Hopital St H. Hart à Lier – 2 fois
2) Reins – 5 fois – Hôpital St Elisabeth à Herentals
3) Pancréas – 2 fois – 1X Hopital St H. Hart à Lier, 1X UIA d’Anvers
4) Urgence en soins intensifs pancréatite 2 –
5) Urgence en soins intensifs pancréatite 1 – UIA d’Anvers
6) Soins intensifs – Hôpital Fabiola à Sambreville/Hôpital St Elisabeth à Herentals 11X
7) Reins – Gasthuisberg à Louvain – 2 X
8. Disfonctionnement cardiaque opération à l’AZ Imelda Bonheiden – 3X
9) Soins intensifs diabétiques – Hopital St H. Hart à Lier 4X
10) Reins – Hopital St H. Hart à Lier – 1X
11) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges – 1X
12) Dialyse rénale – Hopital St H. Hart à Lier- 1X
13) Hémorragie interne – AZ St Jan Bruges – 1X
14) Opération – AZ St Jan Bruges – 1X
15) Placement chirugical de tuyaux de dialyse – AZ St Jan Bruges – 1X
16) Soins intensifs cardio – St Elisabeth Turnhout – 1X
17) Urgence soins intensifs anémie (leucémie) – St Elisabeth Turnhout – 1X
18) Urgence soins intensifs – St Elisabeth à Herentals – 1X
19) Opération du coeur – AZ St Jan Bruges
20) En date du 14 mai 2009 il devait du à des problèmes cardiaque consécutif entre autre au manque de médication et un traitement insuffisant être admit en urgence à l’hôpital AZ Sint Jan Bruges mais la direction de la prison avec son avis négatif a réussi 1 jour avant l’admission sur base du rapport du PSD éviter cette admission.
Les hospitalisations d’urgence à Bruges et Turnhout ont eu lieu pendant l’année d’emprisonnement de Marcel Vervloesem à la prison de Turnhout et la prison de Bruges.

 


http://tevirepedo.droitfondamental.eu/
Morkhoven Skynet
Droit Fondamental - (French, English, Italian)
Zandvoort case
Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
Réseau Zandvoort
Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz
Médecine - Droit Fondamental
Patrice Verdi


15/11/2009

Association Marcel Vervloesem-Tevirepedo: Lettre Ouverte


Marcel.dood.mail-4declerck.286380Lettre ouverte de la Présidente de l’Association Marcel Vervloesem-Tevirepedo pour la libération immédiate du détenu pour raison politique Marcel Vervloesem

Vendredi, novembre 6, 2009

Qui est Marcel Vervloesem ?

5 septembre 2008, Mr Vervloesem se présenté à la prison de Turnhout, pour son premier transfert ordonné par l’Etat. Il commence une grève de la faim et de la soif, qui en règle générale, ne laisse que quelques jours de survie. Réponse : Promesse de bracelet électronique en mai 2009, soit quand il est prévu d’être mort. 171 bracelets électroniques seront distribués entre le 29 janvier et le 27 mai 2009, dont à des néofascistes qui ne feront pas une nuit en prison, mais Mr Vervloesem, présumé innocent n’en aura pas, malgré son cancer à soigner.

Le 9 septembre 2008, le ministère de la justice intervient de Bruxelles pour interdire l’hospitalisation prescrite par le médecin et ordonne son transfert n°2 au block médical 61 de la prison de Bruges, soit une sanction qui en soit, interdit la promenade. Il est incarcéré dans une cellule d’isolement médicalisée à fenêtre fermée et ventilateur bruyant. Il n’a accès qu’à une eau fétide, vraisemblablement en provenance d’un réservoir qui échappe aux contrôles de l’hygiène. Il arrête la grève de la soif, mais continue le jeûne, en l’attente de la visite de ses confrères.

Les sanctions imposées derechef et sans conseil disciplinaire ont totalisé :

•          32 jours d’isolement total, avec refus de mise à disposition de l’argent qui lui est envoyé pour lui permettre de téléphoner.

•          20 jours de régime d’hydratation à l’eau bouillante, qui provoque des douleurs aigues à jeun et agit en un puissant déboucheur intestinal. Conséquences : blocage rénal, déstabilisation de la glycémie et de la tension artérielle.

•          18 jours d’interdiction de visite de ses amis. Rétention de son courrier, aussi bien entrant que sortant.

•          8 jours de maintien en régime d’isolement quand il arrête la grève de la faim, sans visite du médecin ni protocole de ré hydratation. Conséquences : coma diabétique.

Transfert n° 3 en soins intensifs (48h) pour une réanimation dont il se réveille menotté. Refus de soins aux reins. Conséquences : Rétention d’eau.

Transfert n° 4 dans une cellule normale du block 61.

Transfert n° 5 à la prison de Turnhout. Régime d’isolation et privation de ses médicaments, dont l’insuline (48h).

Transfert n° 6 en cellule normale. Refus de soin de la rétention d’eau. Conséquences : Deux valves cardiaques blessées et leucémie.

Transfert n° 7 en soins intensifs en cardiologie (5 jours) : le pouls réduit à 24 battements la minute. Refus de traitement des reins et du cathétérisme cardiaque prescrit par le cardiologue.

Transfert n° 8: retour au block 61 à la prison de Bruges. Conséquence : demande d’euthanasie, à cause des conditions de détention incompatibles avec ses maladies terminales et l’impossibilité d’obtenir les traitements prescrits par les spécialistes. Réponse : incitation au suicide d’un médecin en prison l’avisant qu’il lui suffit d’arrêter ses médications et de manger normalement pour mourir en dix jours. Un deuxième médecin rencontré en prison l’encouragera ultérieurement à ce suicide en lui disant que « le ministre le libérerait pour prévenir les suicides en prison ». Le ministre de la Justice lui, n’a rien trouvé de mieux que de lui proposer une pilule pour provoquer son arrêt cardiaque.

Ses codétenus lui apprennent que la sanction normale est d’être dénudé, chevilles et poignets menottés au quatre coins d’un lit en cellule d’isolation durant 9 jours, le médecin et la directrice de la prison venant tous les jours constater l’évolution de ces prisonniers nus. Pas de régime pour diabétique autre que la privation des aliments comportant trop de sucre, sans compensation. Il échange des timbres qui lui sont envoyés contre de la nourriture.

Suite à publication de ces faits par son ONG, sanctions : interdiction de tout contact autre qu’avec des patients psychiatriques.

Transfert n° 9 en cellule dite « pour diabétique », avec un patient scatologique, donc qui répand ses excréments partout, et qui marmonne 24 heures sur 24. La nouvelle section « pour diabétique » n’assure qu’occasionnellement le régime pour diabétique. Déni de nécessité de cathétérisme prescrit par le cardiologue (12 jours). Conséquence : Tentative de suicide par refus de médication. Le médecin de prison négocie le suicide contre le cathétérisme. Conséquence :

Transfert n° 10 pour intervention chirurgicale et remise en cellule avec l’artère fémorale ouverte. Conséquence : hémorragie interne.

Transfert n° 11 en soins intensifs (3 jours) :

1.         Déblocage chirurgical des reins (après 50 jours de manœuvres dilatoires) et dialyse.

2.         Suture de la veine fémorale.

3.         Placement chirurgical d’un tube dans le cou pour une transfusion de 3 litres de sang.

Transfert n° 12 : 11 jours de soins post opératoires avec le patient scatologique. Conséquences : gangrène laissée sans soin. Refus d’hospitalisation au long cours ayant pour conséquence

5 Transferts (n° 13-17) en ambulance pour dialyses jusqu’au rétablissement de 60% de ses capacités rénales, menotté. Il est maintenu à l’hôpital, en secret de sa famille, au 17ième transfert, mené en pleine nuit en soins intensifs pour une hémorragie au niveau de l’artère fémorale. Le lendemain : amputation de chairs et d’os gangrenés, lui laissant un trou où il peut cacher la moitié de son poing. Il est maintenu 8 jours sous une lumière électrique 24 heures sur 24, menotté au lit d’hôpital, jusqu’à ce qu’il demande de rentrer en prison pour pouvoir dormir. (Torture par entrave au sommeil.)

Négociation menée par le médecin de prison au sujet des cautérisations des valves cardiaques en échange du retrait d’Internet, d’un article de la fondation Princesses de Croÿ et Massimo Lancellotti, qui relate les 5 premières hospitalisations d’urgence faites dans le secret, soit sans en aviser la famille, en violation du règlement. Marché conclu en échange de 2 hospitalisations à 3 semaines d’intervalle par opération préconisée, sans menottes, ni lumière 24 heures sur 24 et sans limitation pour la revalidation.

Transfert n° 18 en « cellule d’observation » en dehors du block médicalisé, en régime d’isolation, avec une sonnette en cas d’infarctus (48h).

Transfert n° 19 dans une cellule normale du block disciplinaire 35, sans sonnette en cas d’infarctus, mais où les gardiens assurent que les prisonniers obtiennent le régime pour diabétique. Un des directeurs le menace de sanctions avec violence, si les ONG qui exposent sa situation ne retirent pas d’Internet, le terme « tentative de meurtre » et l’enquête publique sur le médecin chef de toutes les prisons. Les ONG refusent. Conséquences:

sanction/transfert n° 20 dans la cellule du patient scatologique avec interdiction d’en sortir pour des contacts sociaux. Conseil Disciplinaire :

sanction/transfert n°21 pour 1 mois dans une cellule à trois du block disciplinaire 35, avec interdiction d’en sortir, de visites, de téléphone, d’aller à la messe, de lecture, de tous les courriers entrant et sortant. Il est privé durant 4 jours de toute médication. Le médecin de la prison ne réagit que lorsque des alertes sont lancées par des ONG sur Internet relatant que sa vie est en danger supplémentaire.

Le Conseil d’Etat juge la sanction illégale, le prisonnier ne pouvant être tenu pour responsable des écrits des ONG. Conséquence : Levée de la sanction au bout d’une semaine.

Transfert n° 22 au block disciplinaire en cellule individuelle. Rupture du marché conclu en matière médicale. Une seule opération à cœur ouvert sera autorisée, avec manœuvres dilatoires couvrant la période du 05-11-2008 au 4-03-2009. Promesse de bracelet électronique prévu pour le mois de mai, reportée au mois d’août, puis reportée sine die et refus de tout congé pénitentiaire. Il reçoit l’avis lui interdisant d’aller au baptême de son petit-fils, 8 mois après le baptême.

Les traitements réservés à Marcel soulèvent l’indignation internationale, mais aussi celle des prisonniers qui téléphonent sur leur propre crédit pour aviser ses collaborateurs quand il est en danger. Il est confronté à des détenus dangereux, violents et condamnés pour les crimes qu’il a passé sa vie à combattre. Les autres prisonniers forment une chaîne de solidarité pour le protéger. Il est également soutenu par les gardiens, qui protestent qu’un homme dans un tel état soit maintenu dans un block disciplinaire. Ils ont ordre de vérifier tous les quarts d’heure s’il n’est pas mort, et de prévenir la direction, qui prévoit de gros troubles dans la prison lorsque cela arrivera. A cette date, l’état entame une procédure en vue de l’expulser de son domicile et fait évacuer ses effets personnels de sa maison, comme s’il était déjà mort.

Transfert n° 23 : opération à cœur ouvert, avec pied enchaîné et menotté en salle de réanimation et renvoi au bout de 10 jours avec prescription de trois mois de revalidation.

Transfert n° 24 au block 61 avec le patient scatologique (48h).

Transfert n° 25 : retour au block disciplinaire 35, où la revalidation est suspendue pendant les vacances de Pâques, les W/E et les jours fériés.

Transfert n° 26 : le médecin obtient des conditions de détentions plus humaines à la prison de Louvain. Contre-ordre du service psychosocial : trois semaines après l’opération à cœur ouvert, il est enfermé menotté dans un fourgon à cage durant une journée puis ramené au block 35, dans une autre cellule, où il est privé d’insuline durant 4 jours, puis son traitement de 10 comprimés qu’il prend quotidiennement depuis plus de 10 ans est réduit à seulement 3 comprimés durant 12 jours.

Alourdissement de ces conditions de détention par harcèlement : stockage dans la cave des affaires qui lui sont envoyées, y compris le papier et les timbres. Renvoi de l’argent qui lui est destiné sous prétexte qu’il serait « inconnu ». Courrier entrant et sortant est retardé, parfois même confisqué. Même des prisonniers veulent témoigner de la cruauté exceptionnelle de ses conditions de détention. Trois semaines de manœuvres dilatoires reportant une prescription d’électrochocs cardiaques pour stabilisation d’une arythmie considérée dangereuse. Conséquences : arrêt des médications et continue à manger normalement ainsi que lui avaient indiqué deux médecins en prison. Il survit contre toute attente 44 jours à un seuil de glycémie dans le sang lui ayant causé 11 comas diabétiques, mais avec des vomissements toutes les deux heures et signes cliniques de stade critique de déshydratation.

Sa survie attire la curiosité de nombreux gouvernements, laboratoires de recherche médicale et universités, néanmoins aucune de ces personnes ne proteste au sujet des traitements inhumains dont il est victime. Il est qualifié de « miracle vivant ».

Stefaan De Clerk, Ministre de la Justice belge, ne concède la levée de sanction disciplinaire au bloc 35 que lorsqu’une télévision française fait une émission de 14 minutes, sur le scandale de cette détention. Autorisation du transfert n° 27, à la prison de Turnhout pour des conditions de détention « plus humaines », en attente de la décision du Tribunal d’Application des Peines, pour sa demande de libération conditionnelle, basée notamment sur la convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Mr VERVLOESEM reprend ses médications, mais le ministère refuse maintenant son autorisation pour l’électrochoc cardiaque autorisé 44 jours plus tôt.

Il est incarcéré à la prison de Turnhout, privé de soin pour un cancer métastasé évoluant depuis 4.5 ans, réduit à une réhydratation de fortune préconisée en Afrique en l’absence de sérum de réhydratation. Le médecin de la prison de Turnhout est très consciencieux, dit Marcel et il fait tout ce qu’il peut, mais il n’a rien à dire: c’est le ministre qui décide.

Le tribunal d’application des peines a refusé le bracelet électronique à Marcel Vervloesem il a justifié son refus par deux motifs : seul le ministre peut décider de la libération de détenus malades et d’autre part en raison de « critique de la justice » sur un site Internet auquel le détenu n’a pas accès.

Marcel Vervloesem souffre le martyr et n’est pas soigné pour son cancer, ses jambes sont pleine d’œdèmes car il est en insuffisance rénale et parce que son cœur est malade. Il a fait de multiples demandes de congé pénitentiaire, toutes ont été refusées, il n’a pas le droit à une libération pour bonne conduite alors qu’il était libérable le 5/09/2009, on lui refuse tous ses droits et le rapport établi par le service psychosocial de la prison est empêché d’arriver jusqu’au tribunal d’application des peines par des manœuvres dilatoires afin qu’il ne puisse bénéficier de ses droits.

Sa souffrance physique et les pressions exercées pour qu’il accepte d’être transféré à la prison de Bruges où il a tant souffert pour de nouveaux examens cardiaques, de même quel’attitude étrange des psychologues qui lui font  perdre l’espoir nécessaire à sa survie, le poussent à souhaiter mourir, on va encore lui refuser le 07/11/2009  sa libération par faute de transmission du rapport par le service psychosocial.  C’est ce qu‘il m’a écrit dernièrement. En tant que personne de confiance de ce détenu j’ai essayé de me faire communiquer ces derniers examens de santé, en vain.

Les députés belges , le gouvernement belge, le Conseil Supérieur de la Justice, le Roi des Belges, les ONG tous sont au courant de ces traitements inhumains et dégradants au sein de l’Union Européenne.

Cet homme courageux est au bout du rouleau, nous vous demandons d’intervenir auprès des personnes suivantes afin qu’il puisse bénéficier d’une libération et qu’il puisse finir ces jours en paix parmi les siens.

Mr Hans-Gert Pöttering Président du Parlement Européen epbrussels@europarl.europa.eu
Mr Jacques BARROT Vice Président de la Commission Européenne jacques.barrot@ec.europa.eu
Mr FRATTINI Vice-président de la Commission Européenne segreteria.frattini@esteri.it
Mr P. Nikiforos DIAMANDOUROS Médiateur Européen eo@ombudsman.europa.eu
Mr Andrew DRZEMCZEWSKI Commission des questions juridiques et des droits de l’homme de l’Assemblée Parlementaire andrew.drzemczewski@coe.int
Secrétariat Conseil des Barreaux Européens cdcj@coe.int
Mme Navanethem Pillay Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme infodesk@ohchr.org
Mr Francesco CRISAFULLI Co-agent de la Cour Européenne des Droits de l’Homme francesco.crisafulli@esteri.it
CC : Mr Stefaan DE CLERCK Ministre de la Justice (Belgique) stefaan.declerck@just.fgov.be

 


http://tevirepedo.droitfondamental.eu/
Morkhoven Skynet
Droit Fondamental - (French, English, Italian)
Zandvoort case
Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
Réseau Zandvoort
Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz
Médecine - Droit Fondamental
Patrice Verdi

Photos: Marcel Vervloesem, Ministre de la Justice belge Stefaan De Clerck

 

L'affaire Dormans - 9.6.2004: Lettre à Marcel Vervloesem


MurLaHonteVerdi

Bruxelles, 9 juillet 2004

A Monsieur Marcel Vervloesem
Koninkrijk 64
2200 Morkhoven

Cher Marcel,

J'ai reçu une lettre recommandée de la Cour de l'Appel d'Anvers concernant ma plainte contre la femme qui t'accusais
faussement "d'escroquerie" et la décision du Procureur du Roi de Turnhout de refuser toutes investigations complémentaires à l'affaire - entre autre au sujet du policier hollandais qui l'accompagnait sous une fausse identité. Il y est écrit la phrase suivante:

'L'affaire Dormans/Boeykens pour la Chambre d'accusation, Cour d'appel, Waalse Kaai, à Anvers, est déterminée sur le 4 novembre 2004, à 14.00 heures. Le dossier peut être consulter à partir au moins quinze jours avant ce date, auprès du greffe de la Cour d'appel '.

La lettre a été signée par R. Goethals, le Chef-Greffier - celui qui m'a signifié l'audience alors que la séance avait déjà eut lieu - ce qui m'avait évidemment empêché d'y assister.

Comme tu sais, j'ai protesté contre cette méthode de travail dans une lettre recommandée à Goethals. Il ne m'a pas répondu et ma plainte n'a pas été rajoutée au dossier - ce que j'ai pu constater lors de ma visite au greffe de la Chambre du conseil à Turnhout. Je pense donc que ma lettre a été volontairement enlevée du dossier.

J'ai aussi porté plainte auprès du président du Conseil Supérieur de la Justice (l'instance qui doit garantir que la Justice respecte ses propres règles) mais je n'ai eu - comme dans tous les affaires concernant le Werkgroep Morkhoven - aucune de réponse.
Enfin j'ai contacté le cabinet du ministre de Justice Laurette Onkelinx mais elle est aussi resté sourde.

Etant donné qu'il n'y a aucun sens à écrire des lettres aux services corrompus, j'ai décidé, après délibération commune avec les autres membres de notre groupe d'action, de rédiger un tract pour organiser à nouvelle actions devant les portes des Cours d'Appel d'Anvers et de Bruxelles. Nous allons aussi organiser des actions autour le parlement à Bruxelles.

Jan

Jan Boeykens - Werkgroep Morkhoven
(http://groups.msn.com/WerkgroepMorkhoven)

P.S. Dans le tract, je note que ma plainte a été déformée. J'ai en effet déposé plainte contre Madame Dormans, contre l'officier de police hollandais et contre "X". Dans la lettre précitée de la Cour d'appel du 28 juin 2004, il n'y est fait mention que de la plainte 'Dormans/Boeykens '.

Lorsque le tribunal de Turnhout et la cour de l'appel d'Anvers laissent croire que l'officier de police hollandais 'ne pouvait pas être interrogé ou recherché', celui ci était interrogé par ses propres services !

Les documents judiciaires en la matière devraient se trouver dans le dossier (si on ne les a pas enlevés entre-temps) - avec la véritable identité de l'officier de police + son adresse.

En outre, dans une lettre recommandée au procureur Herman Janssens à Turnhout, j'ai communiqué le véritable identité et l'adresse de l'officier, ce qui ce retrouve dans le dossier.

J'ai pensé que ça serait utile de mentionner dans le tract que :

- le tribunal de Turnhout ne recherche pas les criminels visibles sur les cédéroms du réseau pédocriminel de Zandvoort et qu'aucune recherche n'a été effectuée sur les centaines d'enfants (+ bébé's).

- le procureur du Roi - Herman Janssens - a promis de commencer une enquête sur le juge de jeunesse français qui se trouve sur les cédéroms mais il se base sur un courrier de l'inspecteur G. Zicot (accusé dans l'affaire Dutroux) pour reporter cette recherche. Depuis six mois, il n'a pas obtenu de résultat.

- le tribunal de Turnhout t'a assigné la semaine passée et te poursuit pour 'possession de matériel pornografique' du fait que tu as demandé à l'avocate de remettre les cédéroms Zandvoort au procureur Bourlet pour enquête et assistance à ces enfants en danger.

- le tribunal de Turnhout n'a entreprit aucune enquête relative à la déclaration écrite d'une de tes prétendues victimes - qui a pris son bourgemestre à témoin - pour affirmer que tous avaient reçu de l'argent pour t'accuser faussement de viol et de torture.

 

 

 


LINKS:

Werkgroep Morkhoven Skynet
Droit Fondamental - (French, English, Italian)
Zandvoort case
Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
Réseau Zandvoort
Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz
Médecine - Droit Fondamental
Patrice Verdi


Lettre Ouverte à Marcel Vervloesem: Patrice Verdi


MurLaHonteVerdi

A l’attention de Monsieur Marcel VERVLOESEM

Cher ami, Je vous écris de CANNES, cette belle ville de France où les criminels semblent être sédimentés au pouvoir politique local dans l’indifférence ou la peur des concitoyens.

Je vous écris de France, ce beau pays, où JAURES, SARTRE, CAMUS n’auraient jamais imaginé malgré le communisme, une dictature d’Etat aussi bien établie dans le confort d’une démagogie qui supprime toutes formes d’opposition sociale par des moyens policiers, judiciaires ou économiques probants.

Je vous écris tout simplement mon ami afin de vous avertir que nous sommes devenus des frères dans la dénonciation des crimes et délits d’ETATS qui tentent de nous faire taire par des moyens directs ou détournés.

Je vous écris car j’ai le sentiment que mes lettres ne vous parviennent plus car je divulgue au Monde médusé les conditions scandaleuses d’une détention, la vôtre, mais aussi un système de pensées et d’actions qui permet à des pédophiles d’accéder à des fonctions sociales élevées alors que les résistants que nous sommes, sont pourchassés, harcelés et menacés de toutes les manières possibles et imaginables par des esprits pervers.

Je vous écris car ma foi en l’homme n’admet pas la peur de tous ces criminels et n’admettra jamais la dictature qui nous est imposée quotidiennement.

Je vous écris encore et toujours afin de vous assurer de mon soutien inconditionnel et que le vouvoiement que j’use dans cette lettre ouverte démontre uniquement tout le respect et l’amour que je vous porte.

En Mai 1993, j’entrais en fonction au service de la Nation, je me sentais souvent étranger au Monde mais pas à la souffrance des hommes, je parlais à tous les gens, j’essayais d’aider les plus pauvres, je ne travaillais donc pas comme un Policier mais comme un citoyen au milieu d’autres citoyens, égaux en tous points à ma fonction.

Depuis 2001, j’ai connu l’humiliation, la prison, le harcèlement financier, moral, judiciaire, politique et brusquement le regard des gens s’est transformé, j’étais devenu le corrompu, le voyou, le délinquant, toute cette bonne société me tournait le dos car elle savait que la pédophilie existe mais refusait d’y croire, le peuple avait scellé presque définitivement sa destinée, il préférerait désormais me considérer comme un traître, il ignorait certainement qu’à travers mes condamnations, c’était la population que l’on visait et tous les fonctionnaires de Police ou de Justice que l’on prévenait du sort qui pouvait leur être réservé.

Nous sommes le sept octobre 2009, la dictature s’est imposée de facto, personne n’a protesté ni les journalistes, ni les intellectuels, ni les ecclésiastes , tout le monde semble se complaire dans une France qui se débarrasse de ses chômeurs , de ses malades, de ses hommes ou femmes qui n’aspirent qu’à la liberté fondamentale de pensée et d’agir dans l’intérêt de tous et non pas dans leur propre intérêt.

La peur est palpable, les gens se taisent ou se suicident car ils ne souhaitent pas combattre un système aussi pervers et corrompu.

Pourtant, vous, Monsieur Marcel VERVLOESEM, vous le faîtes depuis plus de dix ans, vous avez sacrifié votre santé pour cette noble cause qui nous est et sera toujours commune quelle que soit notre destinée.

Par ce combat symbolique, nous serons reconnus dans l’avenir avec les membres honorables de nos associations comme les rares personnes qui n’ont jamais eu peur du système et ont combattu le despotisme institutionnel.

J’espère que vous serez libéré prochainement car si l’écrivain russe Alexandre SOLJENITSYNE a vaincu le GOULAG et donc le KGB, c’est avec de simples mots que l’histoire a changé.

Je vous embrasse comme le ferait un compagnon d’arme, un frère de sang.

Patrice VERDI

 

Bon anniversaire Marcel, toute ma famille et mes amis se joignent à moi pour vous embrasser chaleureusement ! A bientôt….

Tags : vervloesem pedophilie europe france belgique

 

 


LINKS:

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental - (French, English, Italian)
- Zandvoort case
- Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
- Réseau Zandvoort
- Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz
- Médecine - Droit Fondamental
- Patrice Verdi

 

08/09/2009

Abus d'enfants: Lettre de Marcel Vervloesem à Patrice Verdi

Marcel.dood.mail-4declerck.286380

 

Lettre de Marcel Vervloesem du 2 septembre 2009


Cher Patrice,

Merci pour votre lettre du 26.08.2009, que j’ai plaisir a recevoir, ici dans ma prison. Je m’excuse directement de vous écrire en néerlandais, parce que je ne connais pas bien le français. Si j’avais un ordinateur dans ma cellule, ce problème serait résolu avec un bon programme de traduction, mais je n’ai pas autant de luxe. Je souhaite avant tout vous répondre.

Le problème que vous décrivez est une triste réalité, qui n’est pas si simple. Il est, et reste un fait que travailler dans ce domaine, est très difficile et prend énormément de temps. Aussi, on devient rapidement victime d’obstruction par ceux qui ont le pouvoir et devraient prendre leur responsabilité. Le manque de bonne volonté, fait que le petit monde criminel peut calmement suivre son chemin, sans crainte.

Le problème dépasse les frontières et touche des milliers de victimes. Des victimes qui demandent de l’aide et ne sont pas entendues par les autorités. Mais ces milliers voix qui demandent de l’aide et de la compréhension, ne sont pas entendues, parce qu’elles ne seraient pas importantes. Les gens qui osent s’engager pour ces victimes, deviennent aussi victimes des accusations, des chasses aux sorcières, des humiliations et aussi des poursuites qui se terminent en prison. Notre optique ne nous permet toutefois pas de laisser tomber nos principes. Nous devons continuer malgré tout à lutter contre ces traitements inhumains et dégradants, parce que ces milliers de victimes ont le droit d’être aidées. Parce que ces victimes ont le droit d’être entendues. Et dans notre lutte, nous devons nous mettre sur le côté, si il le faut.

Il est un fait que ce n’est pas agréable. J’aurai aussi préféré avoir une autre vie et un autre destin. Calmement, dans un petit fauteuil devant la télévision, complètement aveugle sur les choses qui m’entourent. Mais comme activiste, je suis conscient que je ne pourrais pas vivre dans cette indifférence. Les milliers d’enfants sur les cd-roms de Zandvoort, dans le dossier national et international, dans notre pays, en France et ailleurs, ont droit à notre soutien et notre aide. C’est indépendant du destin qui nous attend.

Je comprends aussi votre situation en tant que policier, en connaisseur du terrain. Je comprends aussi votre frustration, votre sentiment de colère et votre partielle impuissance. Savez-vous pourquoi Patrice ? Parce que depuis 1998, je suis moi-même objet de cette situation et j’ai vécu ce que cela signifie. Est-ce que vous connaissez les humiliations pendant des années, le lynchage médiatique, les accusations sales, toutes les condamnations que j’étais obligé d’accepter sans protester, à cause de mon combat pour les milliers de victimes ?

Mais cette douleur n’était encore rien. Le pire, le plus pénible de voir comment les gens sont aveugles et idiots face aux victimes qui crient pour appeler à l’aide. Ma douleur est insignifiante à côté de ça. Mais peut-être ma douleur a-t-elle réveillé un certain nombre de gens ? La route est toutefois encore longue, très difficile et il ne sera pas aisé d’atteindre notre but commun.

En revanche, toute petite amélioration, toute petite avance signifie énormément pour eux. Qui sommes-nous ou serions-nous, cher Patrice, si nous restions aveugle et sourd dans cette problématique ? Serions-nous alors supérieur à ces hommes exploitent ces milliers d’enfants ? Je ne me plaints pas d’avoir toujours, avec mes propres petits moyens, lutté pour les enfants. Ils le méritent.

Pour ce moment, je suis enfermé. C’est le destin de tous les activistes. Je n’ai plus à attendre grand-chose en tant qu’activiste dans ma vie, vu ma situation médicale (diabète, cœur, reins et sang malades, cancer) qui m’oblige à aller 5 fois par jour à l’infirmerie.

Je vis dans un tout petit espace, pour ma situation médicale : 2m30 sur 4 m, que je partage avec un autre prisonnier. Savez-vous que je vis sur un espace de 81 petites dalles ? Je ne peux pas regarder à travers les barreaux de la fenêtre, parce que cette fenêtre est trop haute. Savez-vous Patrice, qu’on a du m’opérer 5 fois depuis mon incarcération, le 5 septembre 2008 et que j’ai été enchaîné durant 591 heures comme un chien, à toutes sortes de lits d’hôpitaux, appareils médicaux, etc., avec des menottes en métal au pied, parce que le règlement de prison le prescrit ?

Et pourquoi, parce qu’on s’engage pour ces milliers d’enfants. Mais mon destin est comme ça. Je n’ai pas droit au congé pénitentiaire. Je ne peux pas embrasser mes petits-enfants. Je ne peux pas rendre visite à ma famille et à tous ceux qui m’aime, parce que ma conscience m’oblige à ne pas laisse tomber mon point de vue, qui est bien connu. Ma situation n’est pas de l’eau de rose, Patrice. Je suis même obligé de taper mes lettres en caractère majuscule, parce que les petits caractères sont brisés et il n’y a pas moyen d’en avoir un autre. Je continue malgré tout à expliquer les mots de tout mon cœur.

Je sais aussi que dans beaucoup de pays, beaucoup de gens sont actifs autour de mon destin et ma douleur. Je sais qu’il y a des protestations sur ma situation, qu’elle est exposée en publique et que les autorités ont reçu de nombreuses lettres. Et je suis très heureux pour ça. Mais Patrice, pensons en première place aux milliers de victimes !

Un certain site m’a nommé le 'Nelson Mandela belge'. Je suis nommé un prisonnier politique, et je ne sais pas quoi encore. Mais cher Patrice, je suis simplement Marcel, un petit activiste et je veux le rester. Il n’y a pas de barreau, pas de chaîne, pas de mur de prison qui m’empêchera de rester comme ça et de garder ma conscience.

Je vous envoie aussi de tout cœur, mes meilleures salutations.

Marcel Vervloesem

(A la main)
De tout cœur, je vous souhaite beaucoup de courage pour votre travail magnifique.

----

Photos: 1) Marcel Vervloesem 2) Le Ministre de la Justice belge Stefaan De Clerck (CD&V - Parti des Démocrates Chrétiens Flamands)

 


LINKS:

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental - (French, English, Italian)
- Zandvoort case
- Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
- Réseau Zandvoort
- Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz
- Médecine - Droit Fondamental
- Patrice Verdi

03/09/2009

Libération de Marcel Vervloesem: International Police Association


Mobilisation de L’IPA pour la libération de Marcel VERVLOESEM

Mardi, septembre 1, 2009
By B-C Verdi

 

IPA
Messieurs,


De nombreux membres de l’IPA, International Police Association, protestent vivement des traitements réservés à Mr Marcel VERVLOESEM, qui comme beaucoup d’entre nous, a été calomnié et condamné en dépit des dispositions fondamentales du droit international, suite à nos rapports sur le crime organisé ou la corruption.

Mr VERVLOESEM a apporté à nos collègues belges et hollandais lesdits « CD-ROMS de ZANDVOORT » en 1998, où se trouvent 93 081 photos d’enfants abusés, selon nos collègues d’Interpol. Il a été incarcéré en dépit de la reconnaissance par le Conseil Supérieur de la Justice Belge, de deux fautes de procédure et d’un état de santé qui le présumait dans l’impossibilité de pouvoir survivre à la prison.

Nous estimons que les conditions de détention de notre ami enquêteur et « Policier d’Honneur » sont inacceptables :

Il a été privé de soins de santé élémentaires, engendrant cinq opérations majeures in extremis, dont l’amputation d’une gangrène, et est privé de traitement à un cancer métastasé. Il est exposé au mépris du public avec des menottes, bien  que reconnu sans risque d’évasion. La présence de gardiens durant les consultations de médecins lui est imposée, d’où violation du secret médical. Il est privé de congés pénitentiaires, avec mention des publications sur le réseau qu’il a dénoncé, mais dont il n’est pas l’auteur.

Nous attendons la libération de Mr VERVLOESEM, selon la loi belge qui prévoit qu’un prisonnier est libérable au tiers de sa peine, déduit du double de la période de détention préventive, soit le 5 octobre 2009.  Cette mesure a été accordée à un criminel condamné et exposé par Mr VERVLOESEM dans son PV: n°8.220/01 – 03.04.2001 – T.3620/96 : Michel NIHOUL, complice de Marc DUTROUX !

Bien placés pour connaître les traitements réservés à ceux qui exposent les réseaux, nous apportons tout notre soutien à ce prisonnier, qui partage les valeurs d’honneur et de courage qui qualifient notre corporation.

Patrice VERDI
Police municipale – matricule n° 096632
06400 CANNES
FRANCE

http://reseaux-francais.droitfondamental.eu/wordpress/?p=...

 


Après ce message le website de Monsieur Patrice Verdi a été piraté.
La France est touchée par le réseau Zandvoort mais, comme la Belgique, elle étouffe l'affaire.

01/09/2009

Abus sexuels: Lettre à Marcel Vervloesem

chezMarcel-pospital 006

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Expéditeur : MANGIONE Martine
Destinataire : Monsieur Marcel VERVLOESEM
C/O : GEVANGENIS TURNHOUT
WEZENSTRAAT, 1
2300 TURNHOUT Belgique


Cher Marcel,

Je tiens à vous exprimer publiquement mon soutien entier et total dansvotre lutte qui honore toutes les femmes et tous les hommes et votreinnocence doit être reconnue tout de suite !

Vous avez donné votre vie entière et votre santé pour la seule chose quivaille la peine qu’on lutte dans ce monde: la protection pour un enfantet une chance supplémentaire pour lui de ne pas croiser un jour sur sonchemin des prédateurs qui abiment son corps et son âme à tout jamais.

Je me bats et me battrais à vos côtés et aux côtés de tous ceux quisouffrent pour faire éclater la vérité. S’il vous assassine ou s’il vousgarde emprisonné malgré votre état de santé ils ne feront que décuplernotre détermination à les combattre. Pour un qu’ils tenterontd’anéantir, dix se lèveront contre eux et s’ils tentent d’anéantir cesdix, alors cent se lèveront.

Tous ceux qui se taisent et rendent des jugements injustes, couvrenthonteusement des crimes contre l’humanité, il est donc temps qu’ilsrendent la liberté aux innocents, reconnaissent l’existence devéritables réseaux organisés, fassent libérer ces enfants et punissentTOUS les coupables sévèrement

Certains se croient intouchables car ils occupent des postes hautsplacés et pensent que rien ne peut les atteindre mais ils se trompent.Ils s’enivrent de cette pseudo-puissance mais en vérité ils ne sont quedes impuissants pour avoir besoin d’asservir des corps de bébés etd’enfants…

Leur heure a sonné car c’est une chose que de s’en prendre à des enfantssans défense, s’en est une autre que de s’en prendre à des personnesdéterminées comme nous le sommes.

Ils peuvent commettre leurs crimes qui rapportent la somme de 10milliards $ (8 milliards €) selon les chiffres UNICEF lors du troisièmecongrès mondial des ONG au Brésil en 2008, grâce à l’inertie coupabledes gouvernements du monde y compris de l’Union Européenne.

Cessons de croire à cette hypocrisie qui consiste à multiplier les déclarations officielles et les textes législatifs de protection des enfants contre les abus sexuels alors qu’il n’y a aucune volonté politique ni action sérieuse pour arrêter les responsables à grande échelle c’est-à-dire les commanditaires des enlèvements d’enfants, les « consommateurs » qui s’en servent car enfin allons nous voir la réalité en face:

Ces photos et vidéos ne sont pas des enfants virtuels. Derrière chacune d’elle il y a un enfant qui a été enlevé, vendu, torturé, violé et souvent tué en direct pour en faire des « snuffs movies » qui s’achètent à des prix que seuls quelques uns parmi les plus riches peuvent se payer.

C’est parce que vous vous êtes retrouvé face à cela Marcel que vous avez été sali, tourmenté, ruiné, et que vous êtes en prison aujourd’hui après un procès grotesque qui vous a condamné en dépit de fautes de procédure énormes, et d’un déni de droit absolu.

Mais nous sommes chaque jour plus nombreux car s’il y a une chose que les gens haïssent au plus haut point ce sont les lâches qui s’attaquent aux enfants et ceux qui les protègent !

Allez Marcel ne doutez pas que nous œuvrons chaque jour avec vous et pour ces enfants qui attendent que la Lumière de la liberté éclaire enfin leurs cachettes où des criminels les enferment pour les abuser.

Je vous envoie toutes mes pensées positives cher Marcel et je suis fière de lutter à vos côtés !

A bientôt de vous voir

Martine MANGIONE

http://justice-medecine.blog.droitfondamental.eu/wordpress/

Contact et droit de réponse: werkgroep@morkhoven.org, werkgroepmorkhoven@gmail.com

 


- Website Morkhoven (anglais, français, italien, néerlandais)
- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental (français, anglais, italien)
- http://pedopitchoun2.blogspace.fr
- Prisons belges - tortures
- Prisonniers belges en Hollande
- Prisonniers de Guantanamo - Karel De Gucht et Hillary Clinton
- Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU: La Belgique
- surpopulation carcérale
- prisonniers malades
- prisonniers malades: Loi Dupont
- Droits des prisonniers - l'Ombudsman européen
- prisonniers malades: La Convention européenne des Droits de l'Homme

- Réseaux pédocriminels: Zandvoort
- Réseau pédocriminel de Zandvoort: question parlementaire
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV, Video 1 (français, soustitres néerlandais)
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV, Video 2 (français, soustitres néerlandais)
- Video 'SOS Marcel LIBRE'
- Video 'Marcel Vervloesem, hymne de la Résistance'


12/08/2009

Violation des droits de l'homme dans les prisons belges: Députés Européens

 

declerck.286380

 

 

 

 

 

 

 

 

Madame, Monsieur le Député Européen,

L'association Werkgroep Morkhoven et moi-même vous avons interpellé à la mi-juillet 2009, au sujet de l'état de santé très grave de Marcel Vervloesem, détenu à la prison de Turnhout en Belgique. Nous vous demandions de bien vouloir intervenir auprès des autorités belges afin de vous assurer qu'il puisse bénéficier des soins de santé auquel tout
être humain a droit.

Actuellement, Marcel Vervloesem ne reçoit toujours pas de soins à son triple cancer. J'ai pu constater, lors de ma visite à la prison, qu’il présente des œdèmes des membres inférieurs et une coloration jaune de la peau, présumant d'une évolution de ce cancer non traité. Il est aussi porteur d'une pathologie cardiaque, d'un diabète insulinodépendant et d'une insuffisance rénale, (ses reins ne fonctionnant plus qu'à 50% d'après ce qu'on lui a dit). Il a besoin d’un bilan médical complet et d'un traitement de toute urgence.

Stefaan De Clerck, ministre de la justice, a fait transférer Marcel Vervloesem à la prison de Turnhout pour lui octroyer des conditions de
détention « plus humaines ». Le PSD (service psychosocial des prisons flamandes) sous la tutelle de ce ministre, a pour mission de donner un
avis sur l’opportunité des congés pénitentiaires et des libérations conditionnelles sous surveillance  électronique pour raison de santé. Le règlement l’oblige, en cas de transfert d’un prisonnier, à communiquer son dossier à leurs confrères de la prison où il est transféré.

Le PSD de Bruges n’a pas encore, en six semaines, communiqué au PSD de Turnhout le rapport psycho social de Marcel Vervloesem. La violation du
règlement empêche que le service ad hoc émette un avis, ce qui lui permettrait d'aller consulter un médecin à l'extérieur. Trois semaines de manœuvre dilatoires supplémentaires feraient atteindre la
date butoir, avec pour effet de reporter de six mois, un accès à des soins de santé urgents.

Le Ministre De Clerck ne répond pas au courrier qui lui est envoyé pour sauver ce que peut de l’état de santé de Marcel Vervloesem. Le Président du Werkgroep Morkhoven a écrit à tous les membres du parlement belge ainsi qu'au médiateur fédéral, mais en vain. Personne ne répond.

En désespoir de cause, nous faisons appel encore une fois à votre intervention, pour le respect des lois européennes en Europe.
Nous vous prions de bien vouloir insister auprès du  s'assure que  ses services respectent ses propres règlements, et  fasse envoyer d’urgence le dossier de Mr Vervloesem au PSD de la prison de Turnhout.

En vous remerciant d’avance de bien vouloir considérer le droit à la vie d’un prisonnier, nous vous prison d’agréer l’expression de toute notre
considération.


Martine Mangione,

Professionnelle de la santé et Collaboratrice
Fondation Princesses de Croÿ et Massimo Lancellotti
Werkgroep Morkhoven asbl/vzw


Les correspondances ou réponses sont à envoyer à Jacqueline de Croÿ Vice-présidente du WERKGROEP MORKHOVEN à l'adresse suivante:
werkgroep.morkhoven@droitfondamental.eu

 


- Website Morkhoven (anglais, français, italien, néerlandais)
- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental (français, anglais, italien)
- http://pedopitchoun2.blogspace.fr
- Prisons belges - tortures
- Prisonniers belges en Hollande
- Prisonniers de Guantanamo - Karel De Gucht et Hillary Clinton
- Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU: La Belgique
- surpopulation carcérale
- prisonniers malades
- prisonniers malades: Loi Dupont
- Droits des prisonniers - l'Ombudsman européen
- prisonniers malades: La Convention européenne des Droits de l'Homme

- Réseaux pédocriminels: Zandvoort
- Réseau pédocriminel de Zandvoort: question parlementaire
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV, Video 1 (français, soustitres néerlandais)
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV, Video 2 (français, soustitres néerlandais)
- Video 'SOS Marcel LIBRE'
- Video 'Marcel Vervloesem, hymne de la Résistance'

Photo:
Le Ministre de la Justice belge Stefaan De Clerck (Chrétiens Democrates flamands)

 

25/07/2009

Réseaux pédocriminels: Président du Werkgroep Morkhoven à l'hôpital

 

jan hopital 011

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


24.7.2009

A Jan Boeykens, Président du Werkgroep Morkhoven

Cher Jan,

Très désolé d'apprendre la crise que tu viens de souffrir.
Toutes ces monstruosités commises sur des enfants avec de surcroit la couverture de ces horreurs par des officiels ont de quoi rendre malade les honnêtes gens, Marcel a été particulierement atteint, on le serait a moins.
Un tel degré de dégradation humaine et se produisant avec l'implication de personnages du plus haut niveau est probablement sans precédent dans l'histoire de la Belgique (et de la France !), pourriture qui peut croitre puisqu'aucun détenteur de pouvoir ne veut vraiment s'y opposer, que ce soit de l'interieur ou de l'exterieur du pays.

Je reste convaincu que ceux qui commettent ces atrocités sur enfants, ces corruptions, mensonges et traffics en tous genres auront un jour a payer personnellement pour leurs crimes, a quelque niveau qu'ils se trouvent. Personne n'échappe a la justice naturelle qui est supérieure a la justice humaine car sans faille et sans bureaucratie: ceux qui ont rendu malade autrui par leurs mauvaises actions a leur tour avec le temps subiront de justes consequences et aucun pouvoir humain ne pourra les en protéger.

Je te souhaite de tout mon coeur de te retablir bien vite

Filip M.

 


 

- Website Morkhoven (anglais, français, italien, néerlandais)
- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental (français, anglais, italien)
- http://pedopitchoun2.blogspace.fr
- Prisons belges - tortures
- Prisonniers belges en Hollande
- Prisonniers de Guantanamo - Karel De Gucht et Hillary Clinton
- Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU: La Belgique
- surpopulation carcérale
- prisonniers malades
- prisonniers malades: Loi Dupont
- Droits des prisonniers - l'Ombudsman européen
- prisonniers malades: La Convention européenne des Droits de l'Homme

- Réseaux pédocriminels: Zandvoort
- Réseau pédocriminel de Zandvoort: question parlementaire
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV, Video 1 (français, soustitres néerlandais)
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV, Video 2 (français, soustitres néerlandais)
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV - Dailymotion (français)
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV (français, soustitres italiens)
- Marcel Vervloesem sur BFM-TV (français, soustitres anglais)
- Video 'SOS Marcel LIBRE'
- Video 'Marcel Vervloesem, hymne de la Résistance'

Photos:
- Jan Boeykens, Président du Werkgroep Morkhoven, qui a été hospitalisé du 10 à 21.7.2009. Ses problèmes médicals étaient liés au stress de l'enfermement inhumain de Marcel Vervloesem, enquêteur et porte-parole de l'association, à la prison de Bruges.
- Michael Jackson, faussement accusé de pédophilie et poursuivi par la presse.

 

05/07/2009

Soutien à Maria-Pia Maoloni, maman de Fiona et Milla


Maria.gioia di gruppo 2.261x196

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Werkgroep Morkhoven rappelle que c'est un droit fondamental des parents de voir leurs enfants

BONSOIR,

Je vous transmets un modèle de lettre que vous pourriez envoyer aux différentes institutions belges et internationales afin de les solliciter à répondre sur la situation dramatique de mes enfants et les raisons pour lesquelles mes enfants et moi-même restons sans contact depuis plus de DEUX ANS; ceci à l'encontre des conventions internationales des droits de l'Homme et de l'Enfant.

Cela serait important que vous puissiez, en tant que citoyen, écrire à ces institutions et de leur demander de s'expliquer sur cette scandaleuse injustice qui perdure depuis des années et qui semble ne déranger personne dans les hautes sphères de ce pays, qui se dit "Etat de droit".

Pourriez-vous m'envoyer, sur cette adresse email (mariapia@live.fr) la copie de votre lettre en mentionnant les institutions à qui vous l'avez adressée (et les adresses emails correspondantes)?

Ci-dessous, je vous transmets le modèle de lettre à envoyer ainsi que les adresses des différentes institutions.

L'union fait la force, dit-on! Si chacun d'entre nous réunissait son énergie pour lutter contre la violence sur nos enfants, mes petites filles ne seraient pas actuellement violentées devant l'indifférence des autorités et des institutions belges. Le silence est COMPLICE des actes criminels infligés sur mes enfants. Je vous remercie infiniment pour vos démarches qui représentent, à mes yeux, l'espoir que des valeurs d'humanité et de respect pour la vie existent encore chez certaines personnes qui ont le courage de les défendre.

Au nom de Fiona et Milla, je vous remercie infiniment,

MAOLONI Maria-Pia,
Maman de Fiona et Milla

"sauver un enfant, c'est sauver l'humanité entière"

 


MODELE DE LETTRE A ENVOYER:

J'ai pris connaissance de l'histoire de Mme Maria-Pia MAOL0NI et de ses petites filles Fiona et Milla ANTONINI sur Internet.

Je suis stupéfaite d'apprendre que ces 2 petites filles enlevées en Italie, sont, à ce jour, séquestrées en Belgique par leur famille paternelle, suspectée d’abus sexuels sur celles-ci.

Leur maman, Maria Pia MAOLONI, n'a plus de nouvelles depuis plus de 900 jours.

De plus, la famille maternelle qui réside en Belgique ne peut avoir contact avec Fiona et Milla.

Je dois vous dire que j'ai du mal à comprendre pourquoi Fiona et Milla sont aussi bien privées de contact avec leur maman et avec leur famille maternelle depuis autant de temps.

J'ose espérer que vous pourrez m'éclairer sur la question.

Cordialement.

 


ADRESSES A ENVOYER :

Direction générale de la Législation et des Libertés et Droits fondamentaux,
Autorité centrale d’Entraide judiciaire internationale en matière civile
Boulevard de Waterloo 115
B- 1000 BRUXELLES
Numéro de téléphone/ telephone number : + 32 (2) 542 67 00
Numéro de télécopie/telefax number : + 32 (2) 542 70 06
e-mail : rapt-parental@just.fgov.be
kinderontvoering@just.fgov.be

Cour Pénale Internationale - Les communications et les plaintes conformément à l’article 15 du Statut de Rome peuvent être envoyées à:
Unité des informations et des éléments de preuve
Bureau du Procureur
Boîte Postale 19519
2500 CM, La Haye
Pays-Bas
ou par courriel à: otp.informationdesk@icc-cpi.int
ou par télécopie au: +31 70 515 8555

AJE, Association des journalistes européens - Section française
=> envoi d'un article de presse
37, rue de la Crête
59650 Villeneuve d'Ascq
Tél. : 06 09 12 11 16 - Mél. : contact@ajefrance.com

Jacques Barrot
Vice-président de la Commission européenne
Responsable pour Justice, Liberté et Sécurité
=> Formulaire en ligne rempli
jacques.barrot@ec.europa.eu

Monsieur Bensaida, directeur du SPJ et de l'aide à la jeunesse de Mons: taoufik.bensaida@cfwb.be

La commission deontologique du service de protection de la jeunesse : laetitia.lambot@cfwb.be

OMBUDSMAN EUROPEEN : eo@ombudsman.europa.eu

PRI@dekamer.be

CONSEIL SUPERIEUR DE LA JUSTICE BELGE : Info@csj.be

SERVICE DE PROTECTION JUDICIAIRE DE MONS : spj.mons@cfwb.be

La Ligue des droits de l'Homme
Chaussée d'Alsemberg, 303
1190 Bruxelles (Belgique)
Tél : (32) 2.209.62.80
Fax : (32) 2.209.63.80
E-mail : ldh@liguedh.be

Direction
Dominique ROZENBERG
Emmanuelle DELPLACE
Tel: 02/209.62.85
drozenberg@liguedh.be

RAPPORTEUR DU RESPECT DES DROITS DE L’ENFANT CONTRE L’EXPLOITATION SEXUELLE ET LA PEDO-CRIMINALITE:
JUAN MIGUEL PETIT
urgent-action@ohchr.org
tb-petitions@ohchr.org
1503@ohchr.org

Le médiateur du Parlement européen pour les enfants victimes d'enlèvement parental transfrontalier:
Evelyne GEBHARDT, MEP
c/o Magdalena KLEIM
ASP 05G302
Rue Wiertz
B-1047 Brussels, Belgium
Email: MediationChildAbduct@europarl.europa.eu
Fax: 0032 2 283 2042

LE PARLEMENT EUROPEEN:
Hans-Gert Pöttering
Président du Parlement européen
rue Wiertz 60
Wiertzstraat 60
B-1047 Bruxelles
B-1047 Brussel (Belgique)
+32 / (0)2 284 20 05
+32 / (0)2 230 75 55
epbrussels@europarl.europa.eu

CHILD FOCUS
site@childfocus.org
abuse@provider.be
secretariat@missingchildreneurope.eu
BELGIQUE/BELGIUM

Roseline DEMOUSTIER
Directeur Général, Service Public Fédéral Justice, Ministère de la Justice, Boulevard de Waterloo 115, B-1000
roseline.demoustier@just.fgov.be

Jean GAUTIER
Conseiller Général, Direction Générale des Affaires Consulaires, Ministère des Affaires Etrangères, Rue des Petits Carmes 15, B-1000 BRUXELLES
Tel. +32 2 501 87 67, Fax: +32 2 513 55 47, E-mail: jean.gautier@diplobel.fed.be

ITALIE/ITALY
Francesco CRISAFULLI
Magistrat, Attaché juridique R.P. - Co-agent à la Cour européenne des Droits de l’Homme, Représentation Permanente de l’Italie auprès du Conseil de l’Europe, 3 rue Schubert, 67000 STRASBOURG
Tel. +33 (0)3 88 60 82 11, Fax : +33 (0)3 88 60 65 64
E-mail: francesco.crisafulli@esteri.it

ASSEMBLEE PARLEMENTAIRE/PARLIAMENTARY ASSEMBLY
Commission des questions juridiques et des droits de l'homme de l'Assemblée/Committee on Legal Affairs and Human Rights of the Assembly
Andrew DRZEMCZEWSKI
Head of Secretariat, Committee on Legal Affairs and Human Rights, Parliamentary Assembly on Legal Affairs, Room 6001, Palais de l’Europe, STRASBOURG
Tel. +33 (0)3 88 41 23 26, Fax: + 33 (0)3 88 41 27 02
E-mail: Andrew.DRZEMCZEWSKI@coe.int

CONSEIL DES BARREAUX EUROPEENS/COUNCIL OF THE BARS AND LAW SOCIETIES OFEUROPE

SECRETARIAT (CDCJ E-mail: cdcj@coe.int)
RUE EMILE CLAUS / EMILE CLAUSSTRAAT,28
WebSite: www.consbruxelles.esteri.it/consolato_bruxelles
ITALIE

Ambassade de la République italienne
1050 IXELLES
ambbruxelles@esteri.it

 

02/06/2009

Qui taît des crimes, pousse au meurtre

Marcel.dood.mail-4declerck.286380réseaupédocriminelle de Zandvoort

 

Lettre à Wendy Vervloesem

Je sais sur que ton papa est tombé dans un piège pour quelque chose qu'il n'y a jamais été passé. Je vais te raconter ce que je sais depuis déjà des mois. Dans la période, avant que j'ai été enfermé (dans la maison de correction de Mol), j'ai eu des contacts avec Luc V. et son fils Ruben V. (également enfermé dans la maison de correction de Mol). Je devais pour Luc V. et son fils Ruben, aller acheter des drogues (en Hollande). J'ai reçu pour cela de l'argent de Luc V. Cela a duré pendant un période. Ces drogues étaient remises par Ruben à son copain Winnie VS.

Luc V., au moment où nous étions ensemble, a dit que si nous avions des problèmes et devions être arrêtés, que nous devions alors dire à la police, que nous avions obtenu ces drogues et cet argent de ton papa pour pouvoir nous en sortir. Si nous étions enfermés, nous devions fuguer chez ton Papa. Il avait imprimés dans nos coeur que si nous avions des problèmes avec la justice, nous devions dire avoir été violés et sexuellement abusés par ton papa. Nous obtiendrons alors des avantages. Luc V. nous a dit que la justice pourrait briser ton Papa alors. Il disait que le tribunal ne pourrait jamais prouver que ces déclarations étaient inexactes. Nous devions expliquer les choses au sujet de ton papa, comme on pouvait lire de son frère Victor et la plainte dans la gazette.
Ruben était très enthousiaste de ça. Nous aurions le soutien de Victor et de ses copains. Ton Papa n'aurait certainement pas pu se défendre contre nous.

Ainsi Luc V., a envoyé son fils Ruben régulièrement à ton Papa pour faire des photocopies de lettres. De cette façon Ruben pouvait laisser entrer son copain Winnie VS chez ton Papa. Ils devaient demander à ton Papa de pouvoir jouer sur l'ordinateur, mais en réalité ils devaient ouvrir des lignes de sex. Ruben et son copain devaient placer des affaires chez ton Papa, pour pouvoir le faire accuser. C'est la vérité.

J'ai déclaré à la police (de Herentals) comment cette affaire a été règlé, avec les drogues et Luc et Ruben V. et j'ai dit à la police que j'ai vendu des drogues à Ruben. J'ai aussi raconté à la police que je n'ai pas fait de deal de drogues avec les plus jeunes mais que j'avais donné quelques droques à Luc V. qui les a probablement donné à son fils. Cela se trouve aussi comme ça dans le procès-verbal.

Normalement je avais informé ton papa mais je n'ai jamais pensé qu'ils iraient jusque là. Je veux en tout cas confirmer ceci et témoigner. Si tu vas voir ton Papa, alors souhaite lui beaucoup de force. Savez Wendy, si il y a un pédophile, alors c'est le frère de ton Papa.

Victor Vervloesem voulait violer Nickske C.(le troisième jeune qui accusait Marcel Vervloesem) et moi près de l'étang 'stekkes', mais ce récit, tu le connais déjà et je te l'ai déjà raconté.

Stefan D.

------------------

Extraits des procès-verbaux :

Déjà le 18 mai 1998, époque Temse-Madeira. (Traduction) : Lettre M.A. Heist o.d.Berg dd. 18.05.98 - TU.37.10102448/98 : "Si un jour je devais avoir des problèmes avec le tribunal, je devais alors expliquer que Marcel Vervloesem m’avait agressé. J'aurais dû alors contacter Victor Vervloesem. Celui-ci paraît avoir beaucoup à dire au tribunal. Je n'ai jamais participé à ces jeux parce que moi je sais que Victor Vervloesem a agressé deux de mes amis."
(VO: Brief M.A. Heist o.d.Berg dd. 18.05.98 - TU.37.10102448 / 98: "Als ik ooit problemen zou hebben met het gerecht dan moest ik maar verklaren dat Marcel Vervloesem mij zou aanranden. Ik moest dan met Victor Vervloesem in verbinding treden. Die zou naar het schijnt veel te zeggen hebben op het gerecht. Ik heb aan die spelletjes nooit meegedaan omdat ik weet dat Victor Vervloesem twee van mijn vriendjes heeft aangerand. ")

13 décembre 2004. (Traduction) Le procès-verbal de la police de Heist.o.d.Berg dd.13.12.2004 pv. ME.18.L7.104977/2004 l'interrogatoire Stefaan D. Arendonk : "Je peux vous dire que j’ai été agressé par Victor Vervloesem aux étangs "stekkes" à Morkhoven. Il a essayé de saisir les parties de sexe. Les faits se sont déroulés en présence de mon ami Nickske C. de Morkhoven."
(VO: Proces-verbaal Politie Heist.o.d.Berg dd.13.12.2004 pv. ME.18.L7.104977 / 2004 verhoor ST.D. uit Arendonk: " Ik kan u zeggen dat ik aangerand ben geweest door Victor Vervloesem aan "stekkesvijver" te Morkhoven. Deze heeft geprobeerd mijn geslachtsdelen te grijpen. De feiten deden zich voor in het bijzijn van mijn vriendje N.C. uit Morkhoven. ".)

 


Réseau pédocriminel Zandvoort: Affaire Vervloesem sur BMF - TV

Serge Garde en direct, interviewé par Karl Zéro
Mercredi 3.6.2009 - 22h10

Karl Zéro en s'entretiendra avec le journaliste Serge Garde au sujet des traitements réservés au l'activiste Marcel Vervloesem par les autorités belges BFM, chaîne de télévision française d'information continue accessible sur Internet en direct puis en différé dans le monde entier sur Internet http://www.bfmtv.fr , ce mercredi 3 juin 2009 - 22 h00 GTM

Aujourd'hui (2.6.2009) Paul Van Buitenen, membre du parlement européen, rencontra Marcel Vervloesem au prison de Bruges

-------------

 

CONTACT:

Jan Boeykens - Princess Jacqueline de Croÿ
Werkgroep Morkhoven vzw-asbl
Rue Faider 10
1060 Saint-Gilles (Bruxelles)
Tel: 0032 (0)2 537 49 97
WerkgroepMorkhoven@gmail.com
postmaster@droitfondamental.eu
issakaba@skynet.be

 

LINKS:

- Werkgroep Morkhoven Skynet
- Droit Fondamental - (French, English, Italian)
- http://pedopitchoun2.blogspace.fr
- Zandvoort case
- Website - http://www.morkhoven.droitfondamental.eu/ (English, French, Italian, Dutch)
- Réseau Zandvoort
- Prisonniers politiques: Ibrahim Baryaz

PHOTOS:

- Marcel Vervloesem qui est gravement malade (cancer, maladie du coeur, diabète, maladie des reins,) et est enfermé pendant 9 mois à la prison.
- Stefaan De Clerck, Ministre de la justice belge, qui ne veut pas laisser enquêter l'affaire Zandvoort en les disparitions des documents et de 7 cd-roms Zandvoort aux courts de Turnhout et d'Anvers. Il y a plus qu'un mois que le Ministre déclarait à l'avocat de Vervloesem qu'il faisait enquêter sur les conditions de détentions de Marcel Vervloesem mais Le Ministre n'a pas respecté ce promesse. De Clerck (membre du Parti flamand Démocrate Chrétien) qui parle constamment d'une 'justice humaine' et de son 'Masterplan pour des prisons humaines' maintient en prison, des prisonniers gravement malades, jusqu'à la fin de leur vie. Au même moment, il se plaint au gouvernement hollandais de la 'surpopulation' de ses prisons. Il y a quelques semaines que le gouvernement hollandais a accepté de vendre à l'état belge une prison, pour déporter quelques centaines de prisonniers belges dans les prisons hollandaises, qui deviendra une sorte de Guantanamo hollandais.